NOUVELLES
10/03/2020 15:34 EDT | Actualisé 11/03/2020 11:56 EDT

Prévost taxera plusieurs produits à usage unique

Les gobelets à café jetables, les contenants de boissons et les bidons de lave-glace comptent parmi les articles qui coûteront plus cher à Prévost.

SolStock via Getty Images

La Ville de Prévost percevra d’ici quelques mois des redevances de 5 à 50¢ sur une panoplie de produits à usage unique pour financer son nouveau Fonds pour la consommation responsable. Une première au Québec.

«La philosophie derrière le règlement, c’est de tendre vers le zéro déchet», explique le conseiller municipal Joey Leckman, qui est aussi vice-président du Parti vert du Canada. «Ça va servir à mettre en place des systèmes qui vont permettre à nos citoyens de poser les bons gestes.»

Si la liste finale des produits touchés n’est pas encore arrêtée, le nouveau règlement devrait inclure une redevance de 10¢ sur des produits à usage unique comme les bouteilles et les contenants de boisson en plastique, en carton multicouche, en aluminium, en acier ou en verre de 900 millilitres et moins qui ne sont pas consignés. 

Les gobelets de café jetables seront également touchés par la nouvelle mesure. Bien qu’il appréhende la réaction de certaines grandes chaînes de restauration rapide présentes sur le territoire, M. Leckman explique que la Ville compte appuyer tous les commerces qui souhaitent implanter La Tasse, un système de gobelets réutilisables consignés auquel participent de plus en plus de commerçants à travers la province.

Les produits qui font déjà l’objet d’une consigne seront quant à eux taxés à hauteur de 5¢. Les bidons de lave-glace - qui «ne sont utilisés que quelques secondes», souligne M. Leckman - coûteront 50¢ de plus.

Contrairement au système de consigne québécois, les sommes perçues ne seront pas remboursées aux consommateurs s’ils rapportent leurs contenants. Elles serviront plutôt à financer des initiatives écoresponsables.

M. Leckman explique que l’argent pourrait notamment permettre à des stations-services de se munir de distributeurs de lave-glace en vrac, ou encore financer l’achat d’un premier lave-vaisselle pour un restaurant qui remplace les contenants jetables par de la vaisselle réutilisable. La Ville pourrait aussi se procurer des ensembles de vaisselle que les résidents pourraient louer lorsqu’ils organisent des réceptions.

Une partie des redevances sera également remise aux commerçants pour couvrir les tâches administratives supplémentaires dont ils devront s’acquitter. M. Leckman dit percevoir beaucoup d’ouverture chez les commerçants, notamment chez le propriétaire des deux IGA de Prévost, «le meilleur citoyen corporatif de la Ville».

Le règlement prévoit aussi, dès son adoption, l’interdiction des pailles, des touillettes à café et des coton-tiges en plastique à usage unique. «Et l’an prochain, il n’y aura plus de contenants de styromousse à Prévost», prévoit le conseiller municipal. Le règlement contiendra une clause permettant son élargissement à d’autres produits au cours des prochaines années.

«Il y a un vent de changement à Prévost», se réjouit M. Leckman. Lundi, la ville a reçu la certification Communauté bleue, octroyée par l’organisme Eau Secours aux communautés qui adoptent un cadre communautaire afin de «reconnaître l’eau comme un bien commun».

D’autres municipalités, dont Montréal, se penchent sur l’interdiction des plastiques à usage unique. Le gouvernement fédéral de Justin Trudeau a promis de bannir plusieurs produits de plastique à usage unique dès l’an prochain. 

À VOIR: On a percé les mystères du bac brun