NOUVELLES
26/03/2020 11:09 EDT | Actualisé 26/03/2020 16:48 EDT

Prestation de 2000$: des préposés aux bénéficiaires gagnent moins s'ils travaillent

Certains préposés affirment qu’ils seraient mieux payés en restant chez eux à ne rien faire.

SelectStock via Getty Images
Nurse aiding an elderly man stand up from wheelchair

Des syndicats de préposés aux bénéficiaires ont reçu des appels de leurs membres qui ont calculé qu’ils seraient mieux rémunérés s’ils restaient à la maison et cessaient de s’occuper des personnes âgées dans les résidences privées pour aînés.

Il s’agit d’une conséquence paradoxale de la prestation d’urgence de 2000 $ annoncée mercredi par le gouvernement fédéral. Cette prestation représente l’équivalent de 500 $ par semaine en moyenne.

Or, les préposés aux bénéficiaires qui travaillent dans les résidences privées pour personnes âgées ne touchent même pas cette somme, même à temps complet. Payés 13 $ ou 14 $ l’heure, cela donne un salaire hebdomadaire de 455 $ à 490 $.

Ces résidences privées sont rattachées à des groupes connus comme les Résidences Soleil, le Groupe Chartwell, mais on en trouve aussi de plus petites et des indépendantes.

Le Syndicat québécois des employés de service, affilié à la FTQ, a confirmé jeudi avoir reçu quelques appels de ses membres qui ont fait le calcul. Ils voulaient savoir s’ils seraient admissibles à la prestation de 2000 $ s’ils démissionnaient.

Certains membres ne mâchaient pas leurs mots et affirmaient qu’ils seraient mieux payés en restant chez eux à ne rien faire qu’à mettre leur santé en danger pour continuer à travailler en s’occupant de personnes âgées dans des résidences privées, a rapporté le SQEES.

″Ça n’a aucun sens”

“Nos gens nous disent: ”ça n’a aucun sens, je mets ma santé et ma sécurité en jeu et je m’aperçois que je suis moins payé que des gens qui vont rester chez eux”″ , a résumé en entrevue Sylvie Nelson, présidente du SQEES.

Et elle souligne que la situation est la même pour ses autres membres qui sont préposés à la cuisine, à l’entretien, aux services auxiliaires dans les mêmes résidences privées pour personnes âgées.

“Nous, on leur dit “c’est important que vous restiez en place”. Mais c’est évident qu’ils aimeraient avoir une bonification de leur salaire”, fait valoir la dirigeante syndicale.

Qui plus est, les travailleurs d’épicerie et d’autres dans le commerce de détail touchent maintenant une prime de 2 $ l’heure, à cause du coronavirus. Mais pas les préposés aux bénéficiaires qui s’occupent des personnes âgées dans les résidences privées pour aînés, qui sont pourtant jugés essentiels.

“Ce serait le fun qu’il y ait une reconnaissance pour ces gens-là aussi”, souligne Mme Nelson.

Legault: effet domino

Interrogé à ce sujet en conférence de presse, le premier ministre François Legault a semblé confondre les préposés aux bénéficiaires du secteur public et du secteur privé, puisqu’il a répondu: “on négocie avec les syndicats”. Et il a réitéré sa volonté de mieux payer les préposés aux bénéficiaires, même dans le secteur public.

Or, dans le secteur public, les préposés aux bénéficiaires gagnent 20,55 $ au premier échelon et jusqu’à 22,35 $ au cinquième et dernier échelon. Mais les exigences de formation sont plus élevées dans le secteur public que dans les résidences privées pour aînés.

Le premier ministre a toutefois dit compter sur un “effet domino” pour les préposés aux bénéficiaires des résidences privées, lorsque le gouvernement aura réussi à négocier avec les préposés du secteur public.

M. Legault a aussi fait valoir que la prestation d’urgence fédérale n’était que temporaire.

Décret demandé

Bien qu’il s’agisse d’employeurs privés, Mme Nelson croit que le gouvernement Legault y peut quelque chose. D’ailleurs, le ministère établit des normes pour ces résidences privées et y loue des chambres.

“Ce serait le temps” qu’il adopte un décret pour établir des conditions de travail minimales dans les résidences privées, fait-elle valoir.

Il existe déjà une quinzaine de tels décrets dans l’entretien d’édifices publics et dans les agences de sécurité, par exemple.

Ces décrets concernent différents employeurs privés, sont négociés entre deux parties, avant de voir les conditions de travail étendues à toute une industrie donnée. Ils bénéficient tant aux syndiqués qu’aux non-syndiqués.

Satisfaits

Le syndicat des Teamsters, affilié à la FTQ, qui représente aussi des préposés aux bénéficiaires, s’est félicité de l’affirmation du premier ministre Legault sur l’effet domino du public sur le privé.

“Des enveloppes monétaires pour les salaires pourraient être versées par le gouvernement provincial pour aider les CHSLD et résidences privées à hausser les salaires des travailleurs”, a fait valoir ce syndicat.