POLITIQUE
05/09/2019 14:10 EDT

Laïcité: Pascal Bérubé n'exclut pas de relancer le débat en 2022

«C’est toujours notre position» que d’imposer la laïcité d’État à davantage de catégories d’emploi que ce qui a été adopté par les caquistes.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne
Photo d'archives.

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD, Qc — Le débat sur la laïcité est-il clos au Parti québécois? Oui, estime le député Martin Ouellet, mais jusqu’en 2022, a nuancé le chef intérimaire péquiste Pascal Bérubé.

Maintenant que le projet de loi 21 du gouvernement caquiste a été adopté, «pour nous, ce débat-là a eu lieu, on est capable d’avancer sur autre chose que, exclusivement, ce débat qui nous a déchirés au cours des 10 dernières années», a dit M. Ouellet en mêlée de presse à l’issue du caucus des élus péquistes à Salaberry-de-Valleyfield, jeudi.

Pascal Bérubé écarte une relance du débat dans le mandat actuel, mais il n’exclut rien pour 2022.

Le dernier gouvernement péquiste de Pauline Marois était pourtant à l’origine de la Charte des valeurs, un projet de loi sur la laïcité qui allait plus loin que la loi du gouvernement Legault. Le PQ a voté pour le projet de loi 21 de la CAQ, mais souhaitait le renforcer.

M. Ouellet a rappelé que dans la nouvelle Déclaration de principes du PQ dévoilée mercredi, il était question d’identité, de culture et de valeurs, mais pas de laïcité.

En conférence de presse peu après, Pascal Bérubé a dit que le PQ n’allait pas proposer un nouveau projet de loi et veut plutôt voir les effets de la législation caquiste adoptée en juin sous bâillon.

«On est passé à autre chose», a-t-il déclaré, tout en n’écartant pas de revenir à la charge, mais «pas dans ce mandat», donc jusqu’en 2022.

«C’est toujours notre position» que d’imposer la laïcité d’État à davantage de catégories d’emploi que ce qui a été adopté par les caquistes.

Rappelons que la loi du gouvernement Legault interdit le port de signes religieux notamment aux policiers, procureurs de la Couronne et gardiens de prison, ainsi qu’aux enseignants. Le PQ demandait d’élargir l’interdiction aux éducatrices en garderie et aux écoles privées.

À voir: des citoyens poursuivent leur combat contre la Loi sur la laïcité de l’État