POLITIQUE
07/01/2020 20:11 EST

Plusieurs Québécois seraient tentés par la direction du Parti conservateur

Parmi ces candidats pressentis: l’ex-premier ministre du Québec Jean Charest, l’actuel député Gérard Deltell et l’ancien sénateur conservateur Michael Fortier.

GEOFF ROBINS/AFP via Getty Images
Andrew Scheer prend la parole lors d'une conférence de presse à Regina, en Saskatchewan, le 22 octobre 2019. (photo d'archives)

Alors que les prétendants à la direction du Parti conservateur du Canada commencent à se positionner, on s’aperçoit que c’est du Québec que proviennent plusieurs candidatures, malgré les résultats médiocres du parti dans cette province lors des dernières élections. Ou peut-être à cause de ces insuccès, justement.

Parmi ces candidats pressentis: l’ex-premier ministre du Québec Jean Charest, l’actuel député Gérard Deltell et l’ancien sénateur conservateur Michael Fortier. Mais aussi l’homme d’affaires et proche du parti Bryan Brulotte, le conservateur québécois de longue date Richard Décarie, l’ancien membre du personnel politique conservateur Aron Seal et le magnat de l’industrie du divertissement Vincent Guzzo.

M. Guzzo, qui possède une importante chaîne de cinémas au Québec, se fait connaître depuis quelques mois au Canada anglais en participant à l’émission de télé-réalité «Dragons’ Den», l’équivalent de «Dans l’oeil du dragon». M. Guzzo soutient qu’il sonde actuellement ses appuis et évalue ses chances de succès.

Il a déclaré mardi que le nombre de candidats potentiels au Québec suggère que les Québécois sont impatients de voir les conservateurs reprendre le pouvoir à Ottawa. «Ça indique que nous avons fait l’erreur dans le passé de dire que le parti a sa base dans l’Ouest», a-t-il estimé. «La vérité, c’est qu’il y a plus de similitudes entre l’Alberta et le Québec que les gens ne le croient.»

La liste potentielle des candidats est en fait déjà plus longue actuellement qu’elle ne l’était lors de la dernière course à la direction du parti en 2017. Le Québécois Maxime Bernier avait alors failli gagner contre Andrew Scheer. Le seul autre candidat du Québec dans cette campagne était Steven Blaney, ancien ministre de Stephen Harper et réélu en octobre dernier dans sa circonscription de la région de Québec.

Après avoir remporté la course, M. Scheer avait passé beaucoup de temps au Québec, où il espérait faire des gains lors des élections d’octobre 2019. Le parti espérait augmenter le nombre de ses sièges, mais il a vu sa campagne dérailler rapidement. Andrew Scheer a vacillé dans les débats en français et il a été attaqué de toutes parts pour certaines de ses politiques et opinions personnelles, entre autres sur l’avortement et le mariage gai.

Le seul point positif aura été la reconquête de la circonscription de Maxime Bernier, qu’il n’a pas réussi à conserver à la tête de son nouveau Parti populaire du Canada. Mais dans l’ensemble, les insuccès du 21 octobre ont soulevé au Québec une vague de mécontentement à l’égard de M. Scheer, à qui on montrait ouvertement la porte. Le licenciement de son chef de cabinet, qui était fortement impliqué dans la stratégie du parti, n’a pas calmé le jeu. Face à une pression croissante en provenance du Québec et d’autres régions du pays, M. Scheer a finalement démissionné à la mi-décembre, affirmant qu’il n’était plus en mesure de diriger le parti.

Un «candidat extérieur»?

Selon Vincent Guzzo, ce ne sont pas les opinions de M. Scheer qui ont fait peur aux électeurs, mais son incapacité à les exprimer clairement. S’appuyant sur son expérience dans les affaires et dans le secteur du divertissement, il estime que les politiciens sont de plus en plus déconnectés, et que les conservateurs doivent se demander sérieusement s’il convient d’opter encore une fois pour un chef issu des rangs du parti.

En 2017, un «candidat extérieur» de haut niveau s’était lancé dans la course: Kevin O’Leary, qui avait également été une vedette de «Dragons’ Den», a utilisé le même langage mais il n’a jamais pu obtenir le soutien de la base et a jeté l’éponge avant le scrutin — il a appuyé Maxime Bernier.

M. Guzzo assure qu’il n’est pas Kevin O’Leary et qu’il comprend mieux la machine politique dont il aurait besoin pour gagner. Il consulte actuellement les membres de sa famille, la base du parti et ses dirigeants locaux, et il attend de voir qui d’autre se présentera dans la course. Il soutient qu’il faudra changer la «recette gagnante» parce qu’elle ne gagnera pas plus la prochaine fois.

Je n’ai pas besoin d’attention, je n’ai pas besoin de publicité, je n’ai pas besoin de me faire voir dans les journaux. Je n’ai pas de problème à appuyer quelqu’un qui pourrait faire un meilleur travail que moi pour rejoindre les Canadiens et parler au nom des Canadiens.Vincent Guzzo

Si Jean Charest, qui a été chef du Parti progressiste-conservateur dans les années 1990, fait partie de ceux qui émergent, il devra faire face à Richard Décarie, qui a été chef de cabinet adjoint de Stephen Harper lorsque son parti était dans l’opposition. M. Décarie s’occupe actuellement de communications stratégiques au Québec.

Il a déclaré mardi qu’il ne pouvait supporter l’idée de voir Jean Charest, qui a été libéral provincial, prendre le relais à la tête des conservateurs, ce qui constituerait selon lui une «gifle» pour les «vrais bleus» qui ont bâti ce parti ces dernières années.

«Je trouve qu’il faut vraiment s’impliquer pour lui bloquer la route (...) de façon démocratique, débattre et que les membres votent. Dans ce contexte-là, ça m’incite à me présenter, et si jamais il ne se présente pas, on verra où on sera rendus.»

Lui aussi — comme d’autres «conservateurs sociaux» — estime que M. Scheer n’a pas perdu à cause de ses positions, mais parce qu’il n’a pas réussi à les défendre.

«Certains croient qu’Andrew Scheer a trompé les conservateurs sociaux, mais parce qu’il a perdu les élections, les anciens progressistes-conservateurs veulent maintenant tuer le Parti conservateur», a-t-il soutenu.

Les conservateurs éliront leur nouveau chef le 27 juin lors d’un congrès à la direction à Toronto.

À VOIR AUSSI: Survol de la carrière parlementaire d’Andrew Scheer