POLITIQUE
22/11/2019 09:58 EST

Les jeunes du PLQ veulent mettre fin aux investissements dans le pétrole et le gaz

Les jeunes croient que cette industrie n’est pas viable à long terme.

sasacvetkovic33 via Getty Images

MONTRÉAL — L’aile jeunesse du Parti libéral du Québec (PLQ) prend une position ferme face aux secteurs industriels du pétrole et du gaz.

Elle demande aux candidats à la direction du parti de s’engager à mettre fin à toutes les subventions et à retirer tous les investissements du gouvernement et de ses organismes dans le secteur pétrolier et gazier dans les deux premières années d’un gouvernement libéral.

Dans un communiqué publié quelques heures avant le Conseil général du PLQ qui aura lieu en fin de semaine à Sherbrooke, l’aile jeunesse explique que continuer d’investir dans les énergies fossiles exposera les fonds publics et la retraite des Québécois à d’importants risques financiers. Les jeunes croient que cette industrie n’est pas viable à long terme et qu’elle ne répond pas aux cibles environnementales de l’Accord de Paris sur le climat conclu en 2015.

Les jeunes affirment que le Québec doit continuer d’être un leader en matière de luttes aux changements climatiques en passant de la parole aux actes.

Les Jeunes libéraux possèderont 33 pour cent des votes lors de l’élection du prochain chef.

La députée Dominique Anglade de Saint-Henri/Sainte-Anne, à Montréal, est pour le moment la seule aspirante à la direction du Parti libéral du Québec. Cependant, Alexandre Cusson, maire de Drummondville et ex-président de l’Union des municipalités du Québec, pourrait confirmer en fin de semaine qu’il se lancera dans la course à son tour. 

C’est lors de ce Conseil général que la course à la direction sera lancée. Pour la première fois de son histoire, le PLQ désignera le prochain leader par un vote au suffrage universel au printemps 2020. Tous les membres pourront voter.

À voir: un Amazon Québec verra-t-il le jour?