Jardin et plantes vertes: quoi faire et ne pas faire avant l'hiver?

Votre plante verte affiche des taches brunes? Votre jardin est jonché de feuilles mortes? Voici quoi faire.

À quelques semaines de l’hiver, notre jardin luxuriant a viré au jaune, nos plantes vertes affichent ici et là des taches brunes. Quoi faire et ne pas faire alors que le mercure chute? Nous avons parlé à Mélanie Grégoire, célèbre horticultrice et auteure du nouvel ouvrage «Plantes vertes, une jungle entre quatre murs».

Au secours!

Votre plante verte affiche des taches brunes? C’est peut-être dû à un arrosage excessif.

«Les plantes sont vivantes. Et, bien trop souvent, les gens n’ont aucune idée de leurs besoins et de leur entretien. On arrose trop souvent les plantes. Rappelez-vous qu’une plante va souffrir beaucoup plus d’un excès d’eau que d’un manque d’eau!», explique Mélanie Grégoire.

Résultat: des taches brunes sur les feuilles et des racines moisies.

Pour bien s’occuper d’une plante, il faut avoir étudié la question, connaître ses besoins en lumière et en eau.

Les heures d’ensoleillement diminuant à l’automne, les plantes produisent moins de photosynthèse et ont donc moins besoin d’eau. Il faut s’ajuster selon les saisons. Ensuite, pour pallier le chauffage et l’air plus sec, notre spécialiste prône de vaporiser de l’eau directement sur les feuilles de vos plantes vertes, une à deux fois par semaine. Aussi, n’hésitez pas à changer vos plantes de place pour celles qui ont besoin de plus de lumière.

«C’est aussi la période des insectes. Ils se multiplient plus. Les fenêtres étant moins ouvertes, coccinelles et araignées ne sont plus là pour réguler leur présence.»

Le meilleur truc? Regardez-les, observez-les, admirez-les! Parce qu’elles sont belles, que le vert est à la fois rassurant, mais aussi parce que vous pourrez juger de leur état de santé.

«Pas besoin d’insecticide ni d’engrais à l’automne, la plante vous parle!» Si la plante nous parle, ne nous privons pas de lui parler non plus.

N’oubliez pas cette règle: à l’automne et à l’hiver, les plantes fonctionnent un peu plus au ralenti... comme nous.

L’engouement pour les plantes vertes est complètement fou. En 2018, sur Instagram, le mot-clic «plantsofinstagram» a détrôné les «foodies», captivant une nouvelle génération.

Les plantes en pot que l’on a sorties pour l’été doivent être rentrées. «Je dis qu’il faut les rentrer à la Fête du travail. Les écarts de température deviennent ensuite trop importants.»

Si vous ne les avez pas déjà rentrées, ne perdez plus de temps!

Rempoter ou pas à l’automne, telle est la question.

«Non, on rempote au mois de mars. Pas à l’automne lorsque la lumière du jour diminue. Si vous le faites maintenant, le rempotage va ralentir la croissance de la plante puisqu’elle va passer plus de temps à faire croître ses racines logées dans un plus grand pot.»

En résumé: moins d’eau, pas de rempotage, fini engrais et insecticide, on vaporise tranquillement les feuilles de nos plantes vertes préférées qui s’adaptent à la luminosité diminuant et se mettent à... végéter.

Chop chop et protection

On s’arme d’un sécateur et d’une tondeuse à gazon.

«Coupez le gazon au plus court! Pour les vivaces, c’est le temps aussi de couper et de nettoyer. Conservez les feuilles des vivaces pour protéger le sol autour des plantes.»

Quant aux feuilles d’automne qui jonchent désormais le sol, il est important de les passer à la tondeuse- déchiqueteuse pour les réduire en petites parcelles qu’on va répandre sur le sol pour le protéger de l’hiver tout en le laissant respirer.

Les feuilles non déchiquetées ne permettront pas au sol de respirer!

Planter à l’automne, oui ou non? «Oui et on profite des spéciaux. On peut planter vivaces et arbustes en cette saison, pas le reste.»

Comment protéger nos plantes à l’extérieur est un sujet de discussion. Mais la grande règle est de protéger uniquement quand on a une bonne raison de le faire, selon notre spécialiste. Explications.

«Si la plante n’est pas adaptée à notre climat, on la protège. Si l’exposition implique trop de neige, trop de vent pour la plantation, on protège», détaille Mélanie Grégoire.

Mais en général, on a tendance à trop protéger, ce qui pourrait causer plus de dommages. Question d’agenda aussi, on ne déploie pas ce dispositif avant mi-novembre. Une plante protégée trop tôt pourrait prendre des coups de chaud, voire brûler.

En résumé: on s’active dehors pour couper, nettoyer et protéger sol et plantes en suivant les consignes énoncées ci-dessus.

Les plantes dépolluantes

«Pourquoi s’entourer de plantes ? Pour embellir et ensoleiller toutes les pièces, pour cultiver un bout des tropiques chez soi (même en hiver!), pour assainir l’air ambiant tout en augmentant le bien-être de tous.»

Les plantes ont un rôle dépolluant pas négligeable surtout quand on s’apprête à moins aérer nos espaces. Voici, selon la NASA, les 10 meilleures plantes dépolluantes et les polluants qu’elles absorbent (en plus du CO2 ):

› Aglaonema : formaldéhyde et benzène

› Aloe : formaldéhyde et monoxyde de carbone

› Anthurium : xylène et ammoniac

› Chamaedorea (palmier nain): xylène et formaldéhyde

› Chlorophytum (plante araignée) monoxyde de carbone, formaldéhyde, toluène, benzène et xylène

› Ficus elastica (caoutchouc): formaldéhyde et monoxyde de carbone

› Hedera : formaldéhyde, toluène, benzène, xylène et ammoniac

› Nephrolepis (fougère de Boston): formaldéhyde et xylène

› Sansevieria (langue de belle-mère): formaldéhyde, toluène, trichloréthylène, benzène et xylène, la plante absorbe aussi les odeurs

› Spathiphyllum: benzène, trichloréthylène, xylène, formaldéhyde, vapeur d’alcool et ammoniac.