POLITIQUE
31/05/2019 15:23 EDT

Le plan sur «l'urgence climatique» du NPD

Le Nouveau Parti démocratique propose notamment de faire passer l’ensemble des véhicules fédéraux à l’électrique d’ici 2025.

MONTRÉAL — Dans son plan sur «l’urgence climatique», le Nouveau Parti démocratique propose un train de mesures, allant de la hausse de l’aide financière pour l’achat de véhicules électriques à l’accès à l’assurance-emploi pour les travailleurs qui sont encore en emploi, mais dont l’emploi est dans une industrie menacée par la transition énergétique.

Dans une ambiance de campagne électorale avec musique entraînante et applaudissements nourris de militants qui l’attendaient, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a dévoilé son plan, vendredi à Montréal, aux côtés de son lieutenant pour le Québec, Alexandre Boulerice, ainsi que de candidats et militants.

Plus d’électrification

Le plan propose aussi de faire passer l’ensemble des véhicules fédéraux, y compris ceux de Postes Canada, à l’électrique d’ici 2025.

Pour ce qui est de l’aide financière pour l’achat de véhicules électriques, le NPD maintient la subvention de 5000 $ annoncée dans le dernier budget Morneau, mais il y ajoute l’exemption de la TPS pour la classe moyenne. De plus, les incitatifs augmenteraient graduellement pour atteindre 15 000 $, mais uniquement pour les véhicules zéro émission construits au Canada.

En matière de transport collectif, le NPD veut là aussi encourager l’électrique et même «ouvrir la voie au transport collectif gratuit».

 Habitation

En matière d’habitation, le plan néo-démocrate propose de donner accès aux propriétaires à des prêts à faibles taux d’intérêt pour encourager les économies d’énergie.

Le but est d’améliorer la consommation énergétique des fenêtres, de l’isolation et autres pour l’ensemble des logements au Canada d’ici 2050, dont la moitié d’ici 2030.

«Le plan le plus ambitieux»

De façon plus générale, le plan vise à adopter des mesures pour limiter l’augmentation des températures à 1,5 degré Celsius. Il déclarera l’urgence climatique et adoptera une loi qui exigera que le gouvernement établisse un plan pour atteindre des cibles de réduction des gaz à effet de serre pour viser ce 1,5 degré Celsius.

Le NPD veut aussi mettre sur pied un Bureau indépendant de la responsabilité climatique pour mesurer les progrès accomplis. 

«On a le plan le plus ambitieux; on a le plan le plus complet», s’est exclamé M. Boulerice, aux côtés de M. Singh.

Travailleurs touchés

Pour ce qui est de l’assurance-emploi, le NPD propose qu’un travailleur qui oeuvre dans une industrie touchée par la transition énergétique puisse toucher à la fois son salaire et des prestations d’assurance-emploi pendant qu’il suit une formation pour se recycler dans une industrie plus verte.

«Il faut défendre les travailleurs, ne jamais leur donner l’idée qu’on les laisse tomber. On propose des mesures concrètes pour aider monsieur et madame-tout-le-monde qui ont un travail qui est peut-être en péril. C’est la façon de le faire, au lieu de dire “vous devez être dans une crise”» pour recevoir de l’aide, a expliqué M. Singh.

Le NPD veut aussi maintenir la politique de tarification du carbone et éliminer l’exemption qui a été accordée aux grands pollueurs.

Le NPD fait le pari que son plan permettra de créer 300 000 emplois dans cette transition énergétique.

Il croit pouvoir atteindre une économie de 900 $ par ménage par année par ses différentes mesures d’efficacité énergétique.

M. Singh souhaite que son plan qui «est tellement détaillé» saura convaincre les électeurs de ne pas voter pour le Parti vert, mais plutôt pour le NPD.

À Ottawa, la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, a noté les «bonnes idées» du NPD en matière environnementale en soulignant que le Parti libéral du Canada en avait déjà implanté.

Mais elle a aussi soutenu que le plan néo-démocrate allait «nuire aux emplois, faire mal aux employés» de certaines industries.