NOUVELLES
20/06/2019 16:59 EDT | Actualisé 20/06/2019 18:09 EDT

Les Petits Chanteurs du Mont-Royal chantent pour sauver leur chorale

Plus de 90% des parents envisagent de retirer leur jeune de la maîtrise, ce qui met la survie du projet éducatif en péril.

HuffPost Québec
Les Petits Chanteurs du Mont-Royal chantent pour sauver leur maîtrise. 

Les Petits Chanteurs du Mont-Royal ont chanté leur déception à l’égard de la décision de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) de mettre fin à une entente signée il y a plus d’un demi-siècle. Devant le collège Notre-Dame, jeudi midi, plus d’une centaine de jeunes du primaire et du secondaire, accompagnés d’une vingtaine de parents, ont laissé entendre leurs craintes.

Les Petits Chanteurs fréquentent l’école primaire publique située directement à côté de l’oratoire Saint-Joseph, puis l’entente en question leur permet d’aller faire leur secondaire, subventionné presque entièrement par Québec, au Collège Notre-Dame qui est une école privée située à proximité.

Or, la fin de cette entente obligerait les enfants à voyager jusqu’à Villeray où se situe l’école publique accueillant le nouveau programme. Pour la plupart des parents, laisser leurs enfants faire le trajet d’une quarantaine de minutes, seul dans les transports en commun, est inconcevable. Si bien que plus de 90% d’entre eux risquent de retirer leur jeune de la maîtrise, ce qui pourrait mettre en péril la survie de la chorale, a fait déploré Andrew Gray, directeur musical de la chorale.

Ajouter 10 heures de perdu dans les transports en commun par semaine, c’est du temps qu’ils n’auront pas pour se reposer et c’est du temps qu’ils n’auront pas pour faire du sport, une activité que tous les enfants se doivent de pratiquer.Andrew Gray, directeur musical de la maîtrise.

Public ou privé... ce n’est pas la question pour les parents

Le transfert d’école, outre l’emplacement, sera aussi une transition du privé au public. Or, les parents des Petits Chanteurs soutiennent ne pas être dérangés par ce changement, mais plutôt par la perte du joyau culturel et par la longue distance à parcourir.

«Au-delà du discours du public-privé, ce n’est même pas le sujet, il faut sauver ce que c’est comme institution simplement. Oui c’est une bonne école, mais il y a plein d’écoles qui sont excellentes et je suis le premier à dire que les écoles publiques le sont», a mentionné Simon Fournier, ancien Petit Chanteur et ex-adjoint au directeur artistique.

De son côté, Claude «Mégo» Lemay, ancien chef d’orchestre de Céline Dion et ancien Petit Chanteur du Mont-Royal, souligne l’importance de la maîtrise au seins du domaine musical. «Aujourd’hui, je voulais ajouter ma petite voix pour demander aux gens d’aider à sauver cet établissement, qu’il ne faut pas perdre», a-t-il ajouté.

Une année encore

Depuis l’annonce de la CSDM en mars dernier, la maîtrise des Petits Chanteurs du Mont-Royal a lancé la campagne Tous en choeur regroupant une pétition, un compte Twitter @ChoeurPCMR ainsi que le mot-clic #TousenchoeurPCMR.

Si nécessaire, il reprendront divers moyens de pression à l’automne prochain, lors de la rentrée scolaire 2019-2020. Il s’agit de la dernière année avant le changement prévu. Une chose est certaine, leur message va continuer d’être diffusé sur à leurs réseaux sociaux, a précisé M. Gray

Dans quelques jours, les Petits Chanteurs vont amorcer une tournée musicale à travers quatre pays d’Europe, où ils en profiteront pour faire passer leur message et amasser des signatures pour leur pétition qui approche des 17 000 signatures.