NOUVELLES
07/08/2020 17:07 EDT

Le pic des Perséides dans la nuit de mardi à mercredi

Les gens pourront profiter des premières heures de la nuit, soit jusqu’à 1h environ, pour voir quelques dizaines de météores par heure.

Benjamin Schaefer via Getty Images

Les Perséides atteindront bientôt leur pic d’activités, ce qui donnera lieu encore une fois à ce qu’on surnomme la pluie d’étoiles filantes.

La pluie de météores que nous voyons toujours vers la mi-août est le résultat du passage de la la Terre tout près de l’orbite de la comète 109P/Swift-Tuttle. Ce sont les milliards de particules de poussières de son sillage qui offrent ce spectacle aux habitants de la Terre.

Au Québec, le pic du maximum d’activités des Perséides sera durant la journée du 12 août. Étant donné que ce sera le jour, il faudra donc se rabattre sur la nuit du 11 au 12 août pour pouvoir apercevoir des dizaines d’étoiles filantes chaque heure.

«Effectivement, ça fait qu’on rate le maximum d’activités, mais les nuits avant et après sont somme toute pas trop mal», a expliqué Loïc Quesnel, coordonnateur d’activités scientifiques au Planétarium de Montréal.

«Le pic des Perséides a une durée assez courte de quelques heures, mais c’est une pluie de météores qui a l’avantage d’être présente plusieurs jours avant et plusieurs jours après le pic», ajoute-t-il.

S’éloigner de la pollution lumineuse est un bon réflexe pour accentuer ses chances de voir des étoiles filantes. Il y a toutefois une source de pollution lumineuse de laquelle on ne peut pas se soustraire, rappelle M. Quesnel: la Lune. 

M. Quesnel souligne que la Lune se lèvera en deuxième partie de nuit lors des nuits du 11 et 12 août. Les gens pourraient donc profiter des premières heures de la nuit, soit jusqu’à 1h environ, pour voir quelques dizaines de météores par heure.

Il faudra toutefois surveiller les conditions météorologiques à l’approche des 11 et 12 août. Si le ciel ne s’annonce pas dégagé, M. Quesnel suggère d’observer le ciel les 9 et 10 août, même si le nombre d’étoiles filantes sera moins élevé.

Loïc Quesnel rappelle qu’il y a deux points importants pour améliorer son observation des Perséides. Il faut tout d’abord s’éloigner de toute source de pollution lumineuse, donc des grandes villes. Il recommande d’utiliser une carte qui indique la pollution lumineuse pour trouver un endroit propice et tranquille pour observer le ciel. La deuxième est de privilégier des endroits où l’horizon est dégagé. Bref, ne pas être au beau milieu d’une forêt.

On a pu commencer à apercevoir les Perséides dans le ciel à partir de la fin juillet. Quelques météores seront aussi observables quatre jours après le pic.