NOUVELLES
07/08/2019 16:21 EDT | Actualisé 07/08/2019 16:31 EDT

Montréal donne un coup de pouce aux compagnies de véhicules en libre-service

La Ville réduit le prix des vignettes de stationnement universelles de 38% pour les véhicules à essence ou hybrides et de 55% pour les véhicules électriques.

dan_prat via Getty Images
Le service d'autopartage car2go 

Afin de garantir la progression des véhicules en libre service (VLS), qui gagnent en popularité depuis les dernières années, et pour encourager l’électrification des transports, la Ville réduira les tarifs des vignettes universelles. Par ailleurs, les véhicules pourront désormais utiliser les parcomètres du centre-ville. 

La nouvelle règlementation, qui prévoit entrer en vigueur à compter du 16 septembre, prévoit des tarifs annuels de 835$ pour les véhicules à essence ou hybrides et de 300$ pour les véhicules électriques. 

«En offrant une réduction des tarifs des permis de VLS, nous souhaitons faire augmenter le nombre de véhicules électriques sur le territoire, offrir une plus grande couverture géographique des services déjà présents et créer un engouement pour attirer d’autres entreprises à s’implanter Montréal. Une saine compétition est toujours bénéfique et est profitable pour les utilisateurs de ce service, qui seront mieux desservis», a souligné par communiqué Éric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme, de la mobilité et de l’Office de consultation publique de Montréal. 

Depuis la mise en place de ces vignettes, les tarifs n’ont jamais été aussi bas. En parallèle, l’écart entre les vignettes pour les véhicules à essence ou hybride (no 403) et celles pour les véhicules électriques (no 405), n’a jamais été aussi grand. 

Tandis qu’en 2016, les deux vignettes se situaient au même prix, le tarif pour le permis pour les véhicules à essence ou hybrides est maintenant près de trois fois plus élevé que le tarif prévu pour les véhicules électriques. 

Considérant que le parc de véhicules en libre service connait une expansion de 10% chaque année, la Ville mise sur cette croissance constante de location pour compenser, d’ici 2024, les impacts financiers de la nouvelle règlementation. 

Celle-ci sera présentée lors de la séance du comité exécutif le 14 août prochain. 

À VOIR AUSSI: La voiture autonome en test sur l’autoroute.