NOUVELLES
17/10/2019 17:38 EDT

Le «père» de la famille retenue dans une ferme aux Pays-Bas a été arrêté

Une deuxième arrestation dans ce dossier encore nébuleux.

Piroschka Van De Wouw / Reuters
Le locataire de la ferme, un Autrichien de 58 ans identifié par les médias comme Josef B., avait été arrêté mardi.

La police néerlandaise a arrêté jeudi le père d’une famille séquestrée durant presque une décennie dans une ferme, expliquant chercher à savoir si une “certaine croyance dans une foi” était à l’origine de l’affaire.

L’homme de 67 ans est soupçonné d’atteinte à la liberté et à la santé d’autrui ainsi que de blanchiment d’argent après que lui et ses six enfants supposés eurent été découverts dans cette ferme à Ruinerwold, selon la police.

Il s’agit de la deuxième arrestation dans cette affaire : le locataire de la ferme, un Autrichien de 58 ans identifié par les médias comme Josef B., avait été arrêté mardi. Un juge a ordonné jeudi son maintien en détention pour deux semaines supplémentaires.

“Nous faisons face à une situation exceptionnelle dans cette affaire. Ces gens ont vécu entre eux dans cette maison depuis 2010, à l’écart de la société”, a expliqué la police dans un communiqué.

Le groupe “prétend former une famille” : l’homme de 67 ans arrêté jeudi serait le père des six jeunes gens, dont celui qui a donné l’alarme après s’être enfui dans un bar local.

“Nous avons des raisons de croire que les personnes impliquées ne sont pas restées sur place contre leur volonté. Nous enquêtons pour savoir si une certaine croyance dans un mode de vie ou une foi a conduit aux conditions de vie dans lesquelles on a retrouvé ces gens”, a expliqué la police.

“La situation que nous avons découverte nécessite une approche prudente où les jeunes adultes retrouvés reçoivent soins et attention”.

Selon la télévision néerlandaise RTV Drenthe, Josef B. et les sept membres de la famille étaient tous membres de l’Eglise de l’Unification, organisation religieuse controversée également appelée secte Moon, née en Corée du Sud.

 À VOIR: Ils attendaient «la fin du monde»