POLITIQUE
03/06/2020 09:06 EDT

Les libéraux demandent l'approbation des députés pour de nouvelles dépenses

Les détails dévoilés mardi révèlent que l’ensemble des sommes engagées s’élève à 87 milliards $ de plus que ce qui avait été prévu en février.

Sean Kilpatrick/La Presse canadienne
Le premier ministre Justin Trudeau.

OTTAWA — Les libéraux de Justin Trudeau ont fait part aux parlementaires des détails de modifications qu’ils souhaitent apporter aux mesures d’aide économiques liées à la crise sanitaire de la COVID-19. Le gouvernement souhaite bonifier le budget de la Prestation canadienne d’urgence (PCU).

Ottawa avait estimé les fonds nécessaires à 35 milliards $ pour répondre à la demande, mais les inscriptions ont explosé et, au cours des derniers jours, l’évaluation a été revue à la hausse.

D’après les plus récentes données, en date de lundi, plus de 8,3 millions de Canadiens avaient demandé l’aide de la PCU, pour un montant total de 42,6 milliards $ versés aux travailleurs ayant perdu leur emploi en raison de la pandémie.

Les détails dévoilés mardi concernant les dépenses supplémentaires que souhaite effectuer le gouvernement révèlent que l’ensemble des sommes engagées s’élève à 87 milliards $ de plus que ce qui avait été prévu en février.

Les parlementaires ne doivent se prononcer que sur une allocation budgétaire supplémentaire de six milliards de dollars puisqu’ils ont déjà accordé des pouvoirs élargis permettant au gouvernement d’ouvrir ses coffres durant la pandémie.

Le débat concernant les dépenses supplémentaires n’aura droit qu’à quatre heures de discussions ce mois-ci en raison du mode de fonctionnement adopté par la Chambre des communes durant la pandémie.

L’ensemble des mesures d’aide incluant le soutien aux systèmes de santé des provinces, la recherche contre la COVID-19 et l’aide économique d’urgence totalise 152,7 milliards $.

Afin de réduire la dépendance à la PCU, des experts ont suggéré que le gouvernement devrait modifier le programme pour offrir un incitatif aux travailleurs à retourner au boulot quand la situation sera sécuritaire ou encore sur le marché de l’emploi.

En contrepartie, on propose de prolonger l’aide de ceux qui en ont vraiment besoin et qui ont atteint la période limite de quatre mois sans avoir pu reprendre le travail.

Parmi les autres changements apportés, les libéraux veulent réduire le budget de la subvention salariale de 73 à 45 milliards $ en raison de la faiblesse de la demande. En date de mardi, on comptait 195 509 entreprises approuvées dont l’aide totale représente 9,36 milliards $.

Le ministère des Finances consulte en vue de possibles modifications apportées au programme qui a été prolongé jusqu’à la fin de l’été.

De nombreuses PME n’auraient pas eu l’occasion de profiter du programme puisqu’il a été rendu disponible après qu’elles aient déjà fermé leurs portes et renvoyé leurs employés à la maison d’après ce qu’a déclaré mardi le président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, Dan Kelly, devant un comité du Sénat.

Sur une note plus pessimiste, il a ajouté que de nombreuses PME ne pourraient pas réembaucher tous leurs employés et que plusieurs d’entre elles ne pourront même pas se relever de la crise.