POLITIQUE
04/09/2019 11:43 EDT | Actualisé 04/09/2019 11:46 EDT

Le PQ veut accueillir des sympathisants et des groupes au sein du parti

Ils pourront intervenir dans certaines instances du parti.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne
Photo d'archives du chef par intérim du PQ, Pascal Bérubé.

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD, Qc — Le Parti québécois (PQ) veut ouvrir ses portes à des sympathisants ou groupes qui ne seront pas membres.

Il propose de nouvelles règles de fonctionnement qui leur permettront de s’exprimer et d’influencer l’orientation du parti. Ces règles seront soumises pour adoption au congrès de novembre à Trois-Rivières.

Le PQ a dévoilé ce projet de nouveaux statuts à son caucus des élus, qui sont réunis mercredi et jeudi à Valleyfield en vue de préparer la rentrée parlementaire.

Ainsi, le parti reconnaît maintenant le statut de sympathisant, soit un citoyen qui partage les objectifs du parti sans militer activement avec une carte du parti. Ils pourront ainsi intervenir dans certaines instances.

 

En outre, le PQ reconnaît aussi l’existence d’un «réseau de coopération et son agora», qui regroupera des organismes hors du parti qui veulent collaborer à l’atteinte de ses objectifs politiques. 

Enfin, le parti veut aussi créer des comités d’affinités, qui sont des groupes qui se rassemblent sur la base d’intérêts, de caractéristiques ou d’idées communes. Il s’agira de structures souples pour faire de la concertation et réfléchir à des idées.

Indépendance: déclaration de principe

Le Parti québécois (PQ) a par ailleurs présenté mercredi matin une déclaration de principe sur les raisons de faire l’indépendance, mais sans faire mention des modalités d’accession telles qu’un référendum.

Le but de cette déclaration est de recentrer l’action et l’identité du parti sur le projet de souveraineté.

Cette déclaration de principe sera soumise à des consultations et au congrès extraordinaire prévu en novembre.

En mêlée de presse au caucus des élus du PQ à Valleyfield, le député de Rimouski, Harold LeBel, a dit que cette déclaration était rendue nécessaire parce que le parti a changé de chef souvent, que les gens ne le reconnaissent plus, et que le PQ veut être reconnu pour ce qu’il est.

Quant à savoir pourquoi il n’est pas fait mention des modalités d’accession à l’indépendance, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a affirmé qu’à trois ans des prochaines élections, il est trop tôt pour commencer à faire de la stratégie.

La déclaration est construite sur des valeurs telles que la liberté, la justice et l’équité, le nationalisme, ainsi que l’environnement.

À voir: Véronique Hivon ne sera pas de la course à la chefferie