POLITIQUE
01/10/2019 14:11 EDT | Actualisé 01/10/2019 14:13 EDT

Le Parti conservateur et le Parti populaire boudent un questionnaire sur le climat

Une coalition de 14 organisations environnementales avait des questions à poser aux différents partis...

Photos La Presse canadienne
Andrew Scheer Maxime Bernier (Photos: PC)

Les conservateurs d’Andrew Scheer et le Parti populaire de Maxime Bernier n’ont pas répondu à un questionnaire sur leurs politiques en matière de changement climatique, alors que les quatre autres principaux partis fédéraux ont fourni des réponses complètes et détaillées.

Une large coalition de 14 grandes organisations environnementales du Canada, qui comprend notamment Équiterre et Greenpeace, a parrainé ce questionnaire détaillé. Les conservateurs avaient d’abord ignoré le questionnaire des écologistes, mais lorsque La Presse canadienne les a relancés, le parti a fourni une brève réponse globale résumant sa plateforme environnementale. “C’est un signe clair qu’ils ne prennent pas cette question très au sérieux”, a déclaré Catherine Abreu, directrice générale de Réseau action climat.

Le questionnaire demandait par exemple si les partis présenteraient un plan visant à atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre fixés par le Canada, et comment ils réduiraient les émissions et protégeraient les secteurs vulnérables de l’économie et de la main-d’oeuvre pendant la phase de transition “vers une économie sobre en carbone”. Le Parti vert, le Bloc québécois, le Parti libéral et le Nouveau Parti démocratique ont tous répondu de façon précise aux questions posées.

Selon Mme Abreu, cette réaction démontre que pour la plupart des partis, l’environnement est aujourd’hui un enjeu de campagne important - et ils se font concurrence pour offrir la meilleure plateforme aux électeurs.

Pas de réponse... ou très peu

Le Parti populaire du Canada n’a pas du tout répondu au questionnaire, Maxime Bernier dénonçant notamment la “fausse urgence climatique” et mettant en doute l’ampleur du facteur humain dans le réchauffement de la planète. Mais Mme Abreu estime que la réponse des conservateurs n’était guère meilleure. “J’ai l’impression que les conservateurs font le pari que leurs électeurs ne seront pas dérangés par l’indifférence (du parti) à l’égard de cette question.”

Joint lundi, le porte-parole du Parti conservateur, Simon Jeffries, a renvoyé au document d’orientation du parti, qualifié de “plateforme environnementale la plus exhaustive jamais proposée par un parti de l’opposition au Canada”.

Au moins six millions de Canadiens sont membres des organisations appartenant aux deux regroupements qui ont parrainé le questionnaire, a noté Mme Abreu. Selon Tim Gray, de l’organisme Environmental Defence, la coalition avait réalisé un questionnaire similaire, moins détaillé, avant les dernières élections fédérales, et les conservateurs l’avaient également ignoré.

On peut consulter les réponses au questionnaire à l’adresse election2019ecosondage.ca.

À VOIR AUSSI: La marche de Montréal pour le climat en images