NOUVELLES
25/05/2020 14:42 EDT | Actualisé 25/05/2020 18:52 EDT

Les clients au rendez-vous dans les commerces de la région de Montréal

Les entreprises et les clients doivent s'adapter à une nouvelle réalité.

De nombreux détaillants de la région de Montréal ouvrent leurs portes lundi, et les clients sont invités à respecter la distanciation et à suivre les protocoles d’hygiène.

Le port d’un masque, des barrières en plexiglas et la désinfection fréquente sont quelques-unes des mesures mises en place, alors que le Québec assouplit les pratiques relatives à la lutte contre la COVID-19.

La région métropolitaine reste durement touchée, mais le premier ministre François Legault autorise la réouverture des magasins de détail, à condition qu’ils soient accessibles directement de l’extérieur et que les clients puissent se tenir à distance les uns des autres.

Vers 10h30, des dizaines de personnes attendaient en file à l’extérieur d’une succursale de la boutique Zara. Plusieurs avaient hâte de se procurer des vêtements d’été.

À l’entrée, des employés portant un masque se trouvent près d’un poste où se laver les mains. Une pancarte indique que le nombre de clients doit être limité.

Rencontrée dans la file d’attente, Irina Vasiliu a dit ne pas être soucieuse à l’idée de magasiner. Elle est d’avis qu’il n’y a pas plus de risques qu’à l’épicerie et fait confiance au gouvernement, qui a donné le feu vert.

Plusieurs personnes dans la file d’attente avaient un masque, mais pas Mme Vasiliu. Elle a dit se sentir en sécurité malgré tout.

La province a recommandé à maintes reprises aux clients de porter des masques faciaux non médicaux, mais n’a pas rendu la mesure obligatoire.

Rassuré au niveau de la sécurité et excité de magasiner, Sami Derian sortait d’un H&M, ayant acheté des pantalons et des t-shirts.

“Plusieurs personnes deviennent déprimées, a-t-il dit. Je pense que ça ne leur fait que du bien de sortir de chez-eux et de voir des gens. C’est bon pour le moral, tout simplement.”

Ryan Remiorz/PC
Des clients font la file devant le magasin Simons, au centre-ville de Montréal.

M. Derian a dit que son passage au magasin s’est bien passé, même s’il ne pouvait pas essayer les vêtements.

Au magasin de chaussures Brown’s, plusieurs clients se promenaient, aidés d’employés ayant des gants, un masque et une visière.

Éric Ouaknine, directeur de l’expérience en succursale pour la compagnie, était satisfait des premières heures de réouverture. Il a dit que même s’il y avait moins de clients (comparativement à l’affluence avant la fermeture dictée par le gouvernement), ceux sur place semblaient avoir l’intention de faire des achats.

“Je pense que l’affluence va être moindre, a dit M. Ouaknine. Cela dit, je pense que les gens qui se présentent sont là pour acheter. Moins de lèche-vitrine, plus de dépenses.”

M. Ouaknine a énuméré parmi les protocoles de l’entreprise le recours à du gel nettoyant et des repères pour la distanciation physique, ainsi qu’une hausse du plafond pour les transactions sans contact avec cartes de crédit.

Il admet que ce pourrait être un défi de garder deux mètres de distance entre les clients et les employés, et qu’il est à peu près impossible de vendre des chaussures sans que les gens aient pu les essayer.

“Le mieux qu’on peut faire est de leur faire se laver les mains à leur entrée dans le magasin”, a-t-il dit.

Certains propriétaires de magasins affirment qu’ils s’adaptent à la nouvelle réalité en limitant le nombre de clients, en prenant des rendez-vous, en proposant de payer sans contact et en offrant des options pour récupérer les commandes passées en ligne.

Hors de la région montréalaise, les commerces non essentiels ont pu rouvrir le 4 mai.

Les centres commerciaux du Grand Montréal restent fermés; ceux du reste du Québec vont pouvoir rouvrir leurs portes lundi prochain.

Les salons de coiffure, d’esthétique et de tatouage pourront aussi ouvrir le 1er juin, mais seulement à l’extérieur de la région de Montréal.