BIEN-ÊTRE
09/08/2019 14:49 EDT

Ottawa compte faire baisser le prix des médicaments brevetés à partir de 2020

À l’heure actuelle, les prix des médicaments brevetés au Canada sont parmi les plus élevés au monde.

okskaz via Getty Images

OTTAWA — Le gouvernement fédéral fait un «premier pas très important» vers un régime national d’assurance médicaments en annonçant une réforme pour baisser le prix des médicaments brevetés.

Le Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés (CEPMB), l’organisme de réglementation des prix de médicaments au Canada, devrait disposer de «tous les outils nécessaires» pour éviter que les médicaments soient vendus à des prix «excessifs».

À l’heure actuelle, les prix des médicaments brevetés au Canada sont parmi les plus élevés au monde. Les Canadiens paient environ 25 pour cent de plus que le prix médian déboursé par les autres pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et ce, pour les mêmes produits pharmaceutiques.

Nouveaux facteurs

La réforme annoncée par Ottawa prévoit que le CEPMB devra prendre en compte de nouveaux facteurs pour calculer les prix des médicaments. La liste inclut la valeur pharmacoéconomique des produits, la taille du marché, ainsi que le produit intérieur brut (PIB) et le PIB par habitant.

L’organisme devra aussi tenir compte du prix de vente au détail dans d’autres pays développés comparables au Canada. La réforme du fédéral vient changer la liste de ces pays servant de référence, si bien qu’on a retiré les États-Unis et la Suisse — qui ont les prix de médicaments les plus élevés au monde — pour les remplacer par l’Australie et le Japon, entre autres.

La réforme du fédéral devrait permettre aux Canadiens d’économiser près de 13,2 milliards $ sur 10 ans, selon les estimations du ministère fédéral de la Santé.

Ces modifications annoncées vendredi devraient entrer en vigueur dans un an. Elles ne touchent que les médicaments brevetés, qui sont de juridiction fédérale, et excluent les médicaments génériques remboursés par les régimes publics des provinces.

À VOIR AUSSI: Ces quatre médicaments sont extrêmement dangereux pour nos reins.