Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Opération de surveillance policière accrue pendant la relâche scolaire

La semaine de relâche ne doit pas devenir une semaine de relâchement, a averti la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault.
La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault
La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault

QUÉBEC - La police ne connaîtra pas de répit durant la semaine de relâche scolaire.

Une opération de surveillance policière d’envergure est en train de s’organiser à travers le Québec pour faire en sorte que les citoyens restent dans le rang et obéissent aux directives gouvernementales visant à freiner la propagation du virus de la COVID-19.

Tous les corps policiers du Québec seront mis à contribution pour assurer le succès de cette opération, qui s’étirera du 26 février au 7 mars.

L’annonce a été faite mercredi matin par la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, en point de presse à l’Assemblée nationale.

La semaine de relâche ne doit pas devenir une semaine de relâchement, a commenté la vice-première ministre, en disant miser sur la mobilisation de l’ensemble des policiers au cours des prochaines semaines autour de cet objectif.

Le mandat des policiers sera notamment de faire respecter le couvre-feu que doivent observer tous les citoyens du Québec, soit de 20 h à 5h en zone rouge et à compter de 21h30 en zone orange.

Ils devront aussi s’assurer de faire respecter l’interdiction maintenue des rassemblements privés.

La police sera surtout présente dans les endroits et les régions qui attirent beaucoup de gens et favorisent les rassemblements durant les périodes de congés: lieux de villégiature, zones touristiques où se concentrent un grand nombre de chalets, sentiers de motoneige, parcs, patinoires, centres commerciaux, etc.

En zone orange, les restaurants pourraient eux aussi recevoir la visite de la police durant cette période.

Québec a donc renoncé à installer des barrages policiers (entre les différentes régions et aux frontières des provinces voisines) durant cette période de l’année habituellement fertile en déplacements, un scénario qui avait été envisagé, préférant opter plutôt pour une présence accrue des forces de l’ordre sur le terrain.

Les mesures de confinement seront en vigueur au moins jusqu’au 8 mars.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.