Des fournitures scolaires neuves pour les élèves défavorisés

«Ils ont le droit d'avoir la même chance que tous les autres enfants, quel que soit le milieu dans lequel ils naissent», affirme la directrice générale du Regroupement Partage, qui en est à sa 11e Opération Sac à Dos.
De gauche à droite: Patrick de Bellefeuille, présentateur à MétéoMédia et porte-parole de l'Opération Sac à Dos; Martine Saint-Clair, artiste et ambassadrice du Regroupement Partage; Sylvie Rochette, DG du Regroupement Partage; la jeune Maïka et sa maman Vicky Gauthier, qui ont bénéficié de ces services il y a quelques années; Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM; Abi Koné, commissaire scolaire pour la CSMB et Miville Boudreault, président de la CSPI.
De gauche à droite: Patrick de Bellefeuille, présentateur à MétéoMédia et porte-parole de l'Opération Sac à Dos; Martine Saint-Clair, artiste et ambassadrice du Regroupement Partage; Sylvie Rochette, DG du Regroupement Partage; la jeune Maïka et sa maman Vicky Gauthier, qui ont bénéficié de ces services il y a quelques années; Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM; Abi Koné, commissaire scolaire pour la CSMB et Miville Boudreault, président de la CSPI.

Ça y est, nous sommes déjà rendus à la fin août: l’année scolaire s’apprête à prendre son envol. La fameuse rentrée crée beaucoup de remous et d’excitation, tant chez les petits que les grands. Mais pour certains parents, le début des classes est aussi synonyme de grand stress financier, puisqu’ils sont incapables de payer les factures des nombreux effets scolaires.

C’est là qu’entre en jeu le Regroupement Partage, qui a déjà distribué 5000 sacs à dos, boîtes à lunch, fournitures scolaires, ainsi qu’une épicerie de base, à des familles montréalaises la semaine dernière, dans le cadre de sa grande opération annuelle. Mais les besoins sont grands, particulièrement dans l’Est de l’Île. De nombreuses familles sont déjà sur la liste d’attente de l’organisme, en plus de celles qui s’ajouteront en cours d’année. C’est pour cette raison que l’organisme poursuit sa 11e Opération Sac à Dos, en organisant une collecte de dons ce jeudi 29 août (voir les emplacements des bénévoles à la fin du texte).

Quelques items qu'on retrouve dans les Magasins-Partages.
Quelques items qu'on retrouve dans les Magasins-Partages.

«Il y a énormément de nouvelles personnes qui vont s’inscrire dans les commissions scolaires de septembre à décembre, explique Sylvie Rochette, directrice générale du Regroupement Partage. Que ce soit des gens qui déménagent de quartier parce que leur loyer est trop cher, mais également des nouveaux arrivants.»

L’organisme s’associe donc à la Commission scolaire Pointe-de-l’Île (CSPI) cette année, pour aider davantage d’enfants.

«Nous avons une augmentation fulgurante d’élèves, constate le président de la CSPI, Miville Boudreault. Et la grande majorité, ce sont des élèves issus de l’immigration, des familles en attente d’un statut de réfugié; ils sont donc dans une situation très précaire. Encore ce matin, une mère est venue avec ses six enfants pour les inscrire à l’école.»

En moyenne, il se forme une nouvelle classe à toutes les semaines à la CSPI, ajoute M. Boudreault.

Et la pauvreté touche beaucoup d’autres quartiers de Montréal. Le Regroupement Partage a d’ailleurs 15 magasins à travers la ville pour accueillir et aider les familles défavorisées. Des «Magasins-Partage», où les enfants peuvent choisir leur sac, leurs fournitures, leurs denrées. Et leurs parents déboursent 10% de la valeur de leur panier. Il s’agit aussi d’une porte d’entrée pour les familles défavorisées, qui seront référées à des organismes de leurs quartier qui pourront les aider à sortir de la pauvreté.

«Tous les enfants ont le droit de se réaliser, de réaliser leurs rêves de carrière. Ils ont le droit d'avoir la même chance que tous les autres enfants, quel que soit le milieu dans lequel ils naissent.»

- Sylvie Rochette, DG du Regroupement Partage

Vicky Gauthier est très reconnaissante d’avoir pu bénéficier des services du Regroupement Partage, il y a quelques années, alors qu’elle a développé un cancer qui l’a empêchée de travailler. Partout où elle demandait de l’aide, on lui demandait son rapport d’impôt de l’année précédente, qui dévoilait un revenu trop important pour y avoir droit. Au Regroupement Partage, «on m’a juste demandé: ″comment allez-vous?″»

Ses enfants ont pu choisir leur sac et leurs fournitures scolaires.

«Il y a une fierté qui vient avec ça. Le sac est neuf, fonctionnel, il n’est pas déchiré, il ne manque pas un zipper... Ça change tout pour eux!» explique la maman de deux enfants, aujourd’hui âgés de 11 et de 14 ans.

«Le stress d’avoir des choses brisées, qui viennent de l’an passé, qui sont inutilisables... c’est ça que j’avais à offrir à mes enfants avant que le Regroupement Partage m’aide. Je trouvais ça extrêmement difficile.»

Ce stress constant pour les parents, il est inévitablement transféré aux enfants, en cette période de rentrée, souligne Sylvie Rochette.

«Ça met de l’angoisse sur la famille, ça se répercute sur les enfants et les enfants vivent ça à la rentrée scolaire. Ils ne se sentent pas outillés, ne se sentent pas comme les autres enfants, et commencent l’année scolaire à reculons. Et ce n’est pas ça qu’on veut. Parce que les enfants d’aujourd’hui, ce sont nos adultes de demain.»

La collecte publique de l’Opération Sac à Dos aura lieu ce jeudi 29 août. Des bénévoles seront disponibles à ces différents endroits, à Montréal, pour recueillir vos dons:

  • Square Victoria (coin McGill et Saint-Jacques), 7 h à 9 h 30, 11 h à 14 h
  • Métro Square-Victoria, 7 h à 9 h 30, 11 h à 14 h
  • Métro Bonaventure, 7 h à 9 h 30
  • Métro Radisson, 7 h à 9 h 30, 16 h 30 à 18 h 15
  • Métro McGill, 16 h 30 à 18 h 15
  • Place du Canada (coin de la Cathédrale et René-Lévesque), 11 h à 14 h
  • Coin Papineau et René-Lévesque, 16 h 30 à 18 h 15
  • Coin Papineau et Sherbrooke, 16 h 30 à 18 h 15

Vous pouvez également faire un don en ligne.