Vivre

On a jasé avec… Ariel, star de la «soft porn»

«Une seule photo de mes seins le matin me fait gagner plus de 3000 $US par mois. Dans notre système capitaliste, c’est ma meilleure option pour faire un bon montant d’argent en très peu de temps.»
Ariel, qui préfère ne pas dévoiler son vrai nom publiquement, aime se réapproprier l’étiquette de «pute virtuelle». 
Ariel, qui préfère ne pas dévoiler son vrai nom publiquement, aime se réapproprier l’étiquette de «pute virtuelle». 

À 34 ans, Ariel Rebel est une entrepreneuse web avec des projets plein la tête. «Solo girl» - ou modèle érotique - depuis le début des années 2000, la jeune trentenaire se rêve désormais en «sexy Anthony Bourdain», et rédige présentement son premier livre de recettes.

Il faut dire que pouvoir poursuivre, on the side, ses mille projets artistiques (documentation de voyages, photographies de modèles ou de paysages, gestion de son site, création d’un logiciel), est l’un des avantages de la profession de celle qui avait au départ étudié le design de mode au Collège Lasalle, à Montréal.

«J’ai travaillé chez GAP au salaire minimum, 20 - 25 heures semaine, tu peux à peine payer ton loyer, dit-elle en buvant une gorgée de Chardonnay. Quand je fais de la webcam, je fais entre 400 et 1000 $US en 4 heures. Juste ma page de fans, ça paye mon loyer et plus. Une seule photo de mes seins le matin me fait gagner plus de 3000 $US par mois.»

Ariel, qui préfère ne pas dévoiler son vrai nom publiquement, aime se réapproprier l’étiquette de «pute virtuelle».

«J’ai fait des jouets sexuels, des filles, et des fellations avec mon ex-copain car c’était une partie de notre couple qu’on avait envie de partager. Je fais aussi de la nudité frontale, et ce qu’on appelle «spread». Ça reste soft, il n’y a aucune pénétration. J’ai fait trois ou quatre films pour les boîtes Dorcel et Harmony, mais c’était juste des scènes lesbiennes.»

Sur son site, dont elle a pris le contrôle il y a environ quatre ans, Ariel offre des photos, des vidéos, des fonds d’écran, une partie blogue. Elle charge 30 $US pour un abonnement mensuel, et a assez d’abonnés pour extrêmement bien gagner sa vie.

«J’adore mon travail, mais le jugement des gens, c’est définitivement le plus dur. J’ai perdu beaucoup d’amis. Ça a filtré mon entourage.»

Celle que les clients reconnaissent souvent dans la rue ou dans le métro anime également un compte sur un réseau social payant destiné aux fans, à 7,95 $US par mois, sur lequel elle poste des «teasers» de ce qu’on trouve sur son site, et des photos d’elle dénudée, prises vite fait le matin devant son miroir.

«Aujourd’hui, une fille peut faire de la webcam pour payer ses études. Elle n’est plus obligée d’aller se frotter contre des étrangers dans des bars, elle peut être bien confortable chez elle et se broadcaster sur internet.»

Un autre de ses services payants: texter avec ses clients.

«En ce moment, j’échange avec un petit garçon de 21 ans, qui est super déprimé de pas avoir de blonde, il a de la misère à parler aux femmes. Je le coache. Je peux aussi donner des minis cours de photographie aux clients. On parle de bouffe, on s’échange des recettes. J’envoie un texte, le client paye. Il m’envoie un texte, il paye. Même chose pour les photos.»

«Des hommes veulent se faire vider leur compte de banque. Ils aiment se faire dire qu’ils sont absolument nuls, qu’ils sont des petites merdes.»

De façon générale, le métier est très payant. Certaines filles font 50 000 dollars... par mois!

Un truc qui paye en ce moment, c’est la domination financière.

«Des hommes veulent se faire vider leur compte de banque. Ils aiment se faire dire qu’ils sont absolument nuls, qu’ils sont des petites merdes et la fille dit: “Si tu ne mets pas 10 000 $ dans mon compte, je vais envoyer une lettre à ta femme pour lui dire que t’es un pauvre mec.” Il y a aussi des hommes avec un petit pénis qui veulent se faire insulter et qu’on rit d’eux. Même moi je trouve ça spécial!»

Le poids de la stigmatisation

Oui, le boulot est payant. Mais pour autant, Ariel ne veut en aucun cas le romancer, car les violents préjugés rattachés au travail lui ont réservé bien des soirées de déprime et de questionnements.

«J’adore mon travail, mais le jugement des gens, c’est définitivement le plus dur. J’ai perdu beaucoup d’amis. Ça a filtré mon entourage. Quand tu travailles dans l’industrie du sexe, la majorité des gens te voient comme une pauvre fille, une conne, ou, au mieux, une brebis égarée.»

Rencontrer une personne pour la première fois n’est pas chose facile, quand revient toujours la question fatidique: qu’est-ce que tu fais dans la vie?

«Une fois sur trois, je tombe sur quelqu’un de fermé ou rigide. Ou alors, ça va être quelqu’un qui va “fétichiser” ton travail, donc là ce n’est plus moi qu’il voit, c’est l’image. Ou bien la personne se montre hostile et me pose des questions un peu accusatoires, comme sur ce qu’en pense ma famille.»

Pas facile, les rendez-vous. «Les hommes adorent le flirt, mais la minute où j’enlève mon linge, ils bandent mou. Les femmes fortes qui savent ce qu’elles veulent et n’éteignent pas la lumière, ça fait débander les hommes et capoter le monde! Une des dernières personnes m’a dit : je crois que je ne serai jamais à l’aise du fait que tu sois plus à l’aise que moi.»

Récemment, un homme aux convictions religieuses extrêmes a reporté massivement les comptes Instagram de gens évoluant dans l’industrie pour adultes. Résultat: Ariel a perdu sa page aux 80 000 abonnés. Il lui a ensuite écrit sur Twitter: «Quitte la porno et vis une vie acceptable et saine.»

«C’est le genre de conneries avec lesquelles il faut que je deale

«Ce travail me permet aussi de voyager, de me sentir belle, forte, de prendre conscience de ma féminité, d’explorer ma sexualité, mes limites.»

«Empowering»

Malgré le poids que font peser ces jugements sur sa vie, Ariel assure qu’elle a toujours tiré du positif de sa profession qui lui a permis d’affirmer haut et fort que c’est elle, et seulement elle, qui décide de ce qui se passe avec son corps, et de ce qui est correct ou non.

«Ce travail me permet aussi de voyager, de me sentir belle, forte, de prendre conscience de ma féminité, d’explorer ma sexualité, mes limites. Grâce à lui, j’ai pris de l’assurance. Je regarde mes photos et je me dis: “Elle est belle cette fille-là.” Ça a brisé une espèce de pudeur que j’avais à l’intérieur de moi depuis des années.»

À ceux qui pourraient encore avoir des préjugés, Ariel répond que ce qui peut paraître dégradant à une personne peut se révéler très «empowering» pour une autre.

«Au final, on essaie tous de payer notre loyer, d’avoir un toit sur nos têtes, de la bouffe dans notre frigo. Les gens qui font le travail que je fais sont des gens comme tout le monde! On veut juste payer notre loyer, that’s it!»

À VOIR AUSSI - Esthétique: moins de 30 ans et injectés