DIVERTISSEMENT
08/05/2019 09:54 EDT

O.G.B remporte la grande finale des Francouvertes

La formation hip-hop a tout donné lors de cette ultime prestation.

C’est le groupe de hip-hop O.G.B. - pour Original Gros Bonnet - qui a remporté lundi soir la grande finale du concours de musique Francouvertes. Présenté au Club Soda de Montréal et présidé par le duo de porte-paroles formé par Karim Ouellet et de sa soeur rappeuse Saramée, l’événement a poursuivi jusqu’au bout son engagement de faire connaître et de célébrer le talent d’artistes locaux provenant de diverses origines musicales. Entre le rock un peu blues, la musique festive aux accents acadiens et le hip-hop, c’est ce dernier qui a fait craquer le cœur du jury comme des spectateurs.

Frédérique Ménard Aubin

Du hip-hop en folie

«O.G.B., ce n’est pas un interprète avec son band de musiciens, c’est une équipe, et que les sept montent ou tombent, on le fait tous ensemble», a lancé le rappeur Franky Fade entre deux pièces de leur prestation livrée avec une énergie et une fougue qui laissaient planer la victoire. Enthousiastes, professionnels et visiblement enivrés par la scène, la danse, la réponse de la foule et tout de la musique hip-hop, les membres de ce groupe originaire de Montréal - s’étant formé au cégep de Saint-Laurent - ont tout donné lors de cette ultime prestation. Cela leur a valu une victoire bien méritée qui n’a surpris personne, le groupe ayant doucement pris ses aises à la tête des diverses rondes d’élimination du concours.    

Le talentueux musicien originaire de la Montérégie Alex Burger s’est glissé en deuxième position, lui qui avait pourtant séduit la foule avec sa musique - qu’il qualifie de rock & drôle - aux touches de blues, de «québécois» (rappelant parfois un Vincent Vallières à ses débuts), de poésie, d’un peu de pop et de doux folk.

Flanqué de ses grosses coques, l’artiste multi-instrumentaliste originaire de la Nouvelle-Écosse P’tit Belliveau a terminé en troisième position de cette grande finale. Le groupe a livré une performance réjouissante, mais plutôt inégale avec ses pièces faisant plonger dans l’univers acadien, ses paroles loufoques (par contre souvent difficiles à saisir), ses costumes estivaux et ses nombreux et festifs élans de banjo.

Frédérique Ménard Aubin

Les souvenirs de Karim Ouellet

C’est en famille que Karim Ouellet et sa sœur Saramée (qui s’était retrouvée en quart de finale du concours en 2016) ont lancé les festivités de cette grande finale en se retrouvant, pour une énième fois, sur scène afin de livrer quelques pièces de leur répertoire respectif en ouverture de gala.

Pour Karim Ouellet, dont le passage aux Francouvertes en 2011 lui avait fait remporter la deuxième place, les souvenirs de sa participation à ce concours se font à la fois vifs et flous.

«Même si on termine 23e, peu importe, dit-il, on est obligé de choisir des gagnants. Moi, j’ai continué de travailler après, donc ç’a débloqué pour moi ensuite.»

«J’étais super nerveux. J’avais donné un spectacle correct, mais personnellement, je n’étais pas content de ma prestation. J’étais trop nerveux, je n’avais pas eu autant de plaisir que je l’aurais cru. Dès que je suis sorti de scène, je savais que je ne gagnais pas et le reste de la soirée s’était passé dans ma tête. Je n’imaginais pas un jour devenir l’un des porte-paroles du concours ni un membre du jury. J’ai dit oui tout de suite, je me trouve privilégié et ça me permet d’avoir une vision bien personnelle.» 

«Les Francouvertes ont été synonymes de nouvelles expériences pour moi qui n’avait pas fait énormément de scène avant le concours, ajoute-t-il. Il y avait la sortie de mon premier album en même temps, à deux mois de différence, j’apprenais donc sur le tas, sans arrêt. Les Francouvertes m’ont permis d’apprendre rapidement les rouages du métier, de la musique que je voyais plutôt comme quelque chose à court terme, d’un peu pour le fun.»

Se remémorant la nervosité qui l’avait happé en 2011, l’artiste dit s’être «gardé une petite gêne» en ne souhaitant qu’un bon spectacle au trio de finalistes lundi soir.

«Je n’avais pas envie de leur faire un discours avant qu’ils entrent sur scène, car je me remets à la place où j’étais et je me rends compte que je ne me souviens même plus qui étaient les porte-paroles. J’étais trop nerveux. Je sais qu’ils sont venus me parler en me disant : ‘ce soir amuse-toi’.»

Le jury de la grande finale des Francouvertes était composé de Gabrielle Rémillard des Francos de Montréal, Guillaume Moffet de Spotify, Jean-Philippe Lavoie de SIRIUSXM, Karim Ouellet auteur-compositeur-interprète, Myriam Fehmiu d’ICI MUSIQUE, Olivier Boisvert-Magnen de VOIR et Saramée, auteure-compositrice-interprète.

Also on HuffPost