POLITIQUE
22/10/2019 01:41 EDT | Actualisé 22/10/2019 03:20 EDT

Jagmeet Singh veut bâtir sur son premier rendez-vous électoral avec le Québec

«Nous n’allons pas laisser tomber le Québec, je continuerai à être présent au Québec», a lancé le chef du NPD.

Nathan Denette/The Canadian Press via AP
Le chef du NPD Jagmeet Singh et son épouse Gurkiran Kaur 

Jagmeet Singh ne sera pas le prochain premier ministre du Canada, mais il pourrait avoir obtenu avec ses collègues du Nouveau Parti démocratique (NPD) un rôle clé pour aider à orienter l’ordre du jour du gouvernement libéral minoritaire de Justin Trudeau.

Dans son discours en fin de soirée, M. Singh a parlé d’une “aventure incroyable” et s’est dit fier d’avoir dirigé une équipe d’une grande diversité.

Le chef du NPD a dit avoir parlé à M. Trudeau et lui avoir affirmé qu’il souhaitait travailler sans relâche pour faire avancer les priorités des Canadiens.

Avant le déclenchement des élections, le NPD détenait 39 sièges à la Chambre des communes. En fin de soirée, ses candidats étaient déclarés élus dans 23 circonscriptions, et deux autres étaient en avance dans des courses serrées.

Néanmoins, les organisateurs clamaient victoire, célébrant l’émergence de M. Singh en tant que dirigeant populaire ayant généré un grand enthousiasme. 

Nous voulons maintenir l’énergie que nous avons bâtie dans la campagne. (...) Nous voulons jouer un rôle positif au sein du Parlement que les Canadiens ont choisi.Jagmeet Singh, chef du NPD

“Chaque jour, le NPD va travailler fort pour aider à améliorer la vie des gens”, a-t-il ajouté.

En dépit des résultats décevants au Québec, M. Singh a tenu à saluer l’accueil reçu dans la province.

Le chef adjoint Alexandre Boulerice est le seul néo-démocrate déclaré élu au Québec, dans Rosemont-Petite-Patrie. Ruth Ellen Brosseau a perdu son siège dans Berthier-Maskinongé, remporté par le bloquiste Yves Perron.

″Évidemment, les résultats ne sont pas ce que nous voulions, mais l’accueil que j’ai reçu au Québec m’a fait chaud au coeur. Ce premier rendez-vous électoral nous a permis de mieux nous connaître”, a déclaré M. Singh en français.

“J’ai eu la chance de vous montrer que nous avons les mêmes valeurs. (...) Nous n’allons pas laisser tomber le Québec, je continuerai à être présent au Québec, j’ai dit que nous allions unir les progressistes du Québec et du reste du Canada, et ensemble nous pouvons le faire, et nous allons le faire.

“Jack (Layton) a commencé le travail, nous devons le continuer, parce que les progressistes, c’est nous. Merci mes amis, et à très bientôt.”

Jagmeet Singh a été réélu dans Burnaby-Sud.

L’atmosphère était tendue chez les militants du NPD au début de la soirée tandis que les écrans de télévision annonçaient un gouvernement libéral minoritaire. Il y a eu quelques huées lorsque des réseaux ont annoncé que Catherine McKenna, ministre libérale de l’Environnement, était réélue dans Ottawa-Centre.

Mais l’ambiance est devenue plus festive lorsque la candidate Jenny Kwan en Colombie-Britannique est montée sur la scène après avoir été déclarée réélue.

Le chef du NPD a passé la semaine précédant la soirée électorale à tenter de consolider les votes dans trois provinces qui, selon le parti, offraient le meilleur potentiel de percée: le Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique.

M. Singh - qui a pris les rênes du parti en 2017 après une défaite dévastatrice deux ans plus tôt - a donné au parti une base sur laquelle se développer, a déclaré Mme Kwan.

“Il a jeté de nouvelles bases pour le NPD. Cette fondation est jeune et engagée”, a-t-elle soutenu.

Le NPD a commencé la course au troisième rang à une longue distance des meneurs, mais a commencé à gagner du terrain au fur et à mesure du déroulement de la campagne, attirant des foules de plus de 1500 personnes dans les rassemblements de M. Singh lors des derniers jours de la course.

À voir: les moments forts du discours de Trudeau