DIVERTISSEMENT
10/06/2019 21:18 EDT

Après «Les Invincibles» et «Série noire» la nouvelle série de François Létourneau

Une histoire de couple et de crime organisé...

Radio-Canada

Double bonne nouvelle pour les fans des Invincibles et de Série noire : l’hiver prochain viendra avec le plongeon dans un autre univers sorti tout droit de l’imagination fertile de François Létourneau (sorte de savant mélange des deux premières séries devenues cultes) et les retrouvailles d’une partie de sa bande d’acteurs fétiches composée de Patrice Robitaille, Rémi-Pierre Paquin et Patrick Drolet. S’ajouteront à cette solide distribution les comédiennes Karine Gonthier-Hyndman, Marilyn Castonguay et Sophie Desmarais.    

Une histoire de couple et de crime organisé

Le tournage débutera un peu plus tard cet été et la série ne sera offerte (en primeur et en rafale sur ICI TOU.TV EXTRA) que l’hiver prochain, mais la nouvelle série de François Létourneau, C’est comme ça que je t’aime, suscite déjà un vif intérêt. Il faut dire que ce projet, sur lequel planche l’auteur depuis trois ans - et dans lequel il tiendra aussi l’un des rôles principaux -, est décrit comme une comédie dramatique ludique remplie d’action s’inscrivant dans le même esprit que les deux séries précédentes.

«C’est une série sur le couple, sur la difficulté d’être un couple avec des enfants, quand ça fait longtemps, expliquent le réalisateur Jean-François Rivard et François Létourneau. C’est une histoire explorant la relation amoureuse et le fait de se retrouver en sortant du quotidien. Voilà le point de départ de la série. Mais il y a de la légèreté, de la comédie et beaucoup de revirements», promettent-ils.

Le synopsis? En 1974 dans la banlieue de Sainte-Foy, deux couples (les Delisle et les Paquette) venant d’aller reconduire leurs enfants au camp de vacances se retrouvent face à leurs problèmes, leurs manques et leurs insatisfactions. Un événement majeur les fera plonger dans le monde de la criminalité jusqu’à ce qu’ils deviennent les malfaiteurs les plus meurtriers de l’histoire du crime organisé de la région de Québec.   

En plus de placer «du vrai monde dans des situations extraordinaires», François Létourneau – qui est lui-même originaire de Sainte-Foy et dont les parents se sont réellement séparés un été à son retour du camp de vacances – explique s’être aussi donné comme défi de laisser plus de place aux personnages féminins dans l’écriture de cette nouvelle série.

Résultat? Contrairement aux Invincibles, ce sont les hommes qui sont dépassés par ce qui se passe alors que les femmes essaient des trucs qui viendront les bousculer; ce qui permettra à celles-ci de retrouver l’excitation qui leur manquait et de se redécouvrir.

Radio-Canada

Patrice Robitaille et ses nouvelles amies

Grands amis depuis leur rencontre au cégep Sainte-Foy en 1991, Patrice Robitaille et François Létourneau avaient grandement envie de se retrouver à l’écran.   

«Je suis content d’être de retour avec les amis, explique Patrice Robitaille. C’est un privilège immense de travailler, mais ça l’est encore plus de travailler avec des chums. Je sais que je vais passer un super été. Je vais aussi développer de nouvelles amitiés avec cette distributionde feu. J’avais joué avec Karine dans un épisode des Invisibles l’an dernier et cela avait vraiment cliqué. J’en avais parlé à François, puis on l’a revue lors du processus d’auditions.»

«François et moi, on se connaît vraiment bien tous les deux, ajoute celui qui tient le rôle de Serge, directeur des ventes dans un magasin à grande surface. Mais en même temps, lorsque je lis ses affaires, je me demande si le connais vraiment. Je reconnais son style en deux phrases, mais il réussit toujours à me surprendre. C’est une série très flyée. Je trouve ça le fun qu’il revienne à quelque chose d’assez grand public, soit l’histoire de deux couples qui battent un peu de l’aile pour de multiples raisons.»

Flatté de faire partie du moteur créatif du parrain de sa fille aînée, Patrice Robitaille confie avoir l’impression de faire partie du cerveau d’auteur de son ami. «Comme si, dans sa psyché, j’incarne quelque chose qui le motive. François a toujours son personnage qui est un peu comme son alter ego et j’ai l’impression que je suis quelque chose sur lequel il rebondit bien. Donc, je suis souvent dans sa tête, j’ai cette chance-là et ça ne s’invente pas, c’est juste magique.»

L’acteur décrit leur duo de personnages comme deux hommes bien de leur époque, un peu conservateurs, des banlieusards très classiques, alors que les femmes (Karine Gonthier-Hyndman personnifiant Micheline, chargée de cours à l’Université Laval, et Marilyn Castonguay interprétant Huguette, parfaite femme au foyer) sont plus sollicitées, émoustillées et excitées par les changements qui s’opèrent à leur époque. «Cette espèce d’émancipation de la femme va bousculer la cellule de couple», dit-il.  

C’est le personnage d’Huguette, que se tarde d’interpréter la comédienne Marilyn Castonguay, qui servira de bougie d’allumage à cette grande aventure. C’est son malheur, plus précisément, qui lui permettra de découvrir sa fibre de criminelle.

«C’est un beau gros projet, explique celle qui, très malade le jour de l’audition, a dû annuler celle-ci pour envoyer plus tard une vidéo de sa proposition du personnage. J’ai assez hâte de jouer ça, je suis bénie des dieux. Je n’ai jamais vraiment joué de comédie, alors ça me sort de ma zone de confort. Je suis choyée, car tout le monde voulait jouer dans cette série.»

Radio-Canada

Sa Huguette, elle la décrit comme «une femme au foyer, mère de deux enfants, enceinte, une ménagère parfaite, une femme douce et bienveillante qui veut bien faire les choses, qui est bien mise et qui sait comment bien se tenir aux côtés de son mari très conservateur. C’est une rêveuse qui veut s’émanciper, être une femme moderne, se sortir de ce carcan. Un personnage qui sera en évolution tout au long de la série et qui se cherche.»

«Elle tombe dans cet univers de crime organisé et elle va être bonne, ajoute-t-elle. En fait, Huguette va être LA criminelle. La première journée où elle va prendre la carabine et où elle va charger quelqu’un, elle va être bonne comme elle est bonne dans tout, en fait.»  

La comédienne vante le ton particulier qui se retrouve dans l’écriture de François Létourneau. Un ton qui se veut humoristique, fin et très particulier. «Ce sont les situations qui rendent ça drôle, ainsi que le fait que les personnages sont dépassés par ce qu’ils vivent. Tu trouves mille nuances à amener dans les situations et le regard du personnage à travers ce qui a été écrit. De tomber là-dedans dans ma première comédie franche, c’est extraordinaire.»

Quant à l’actrice Sophie Desmarais (qui interprétera Marie-Josée Bolduc, la jeune employée de Serge, mystérieuse et confuse, décrite comme la cinquième roue du carrosse), elle se dit émue par le fait que ce rôle ait été écrit spécialement pour elle.

«Ça m’a vraiment touchée, car pour moi c’était un rêve télévisuel de travailler avec cette gang-là. Ils font un travail extraordinaire, alors c’était oui même avant de le lire. C’est le genre de télé qui s’adresse beaucoup à moi, je suis le bon public pour ça, donc je suis vraiment contente d’en faire partie. On va beaucoup rire. C’est tellement bien écrit, c’est fou.»

La distribution de C’est comme ça que je t’aime compte aussi René Richard Cyr («le caïd», donc le méchant de l’histoire), Jean-François Provençal, Alexis Lefebvre, Sébastien Rajotte, Gaston Lepage, Mani Soleymanlou, Patrick Drolet, Rémi-Pierre Paquin (qui sera de la bande du caïd) et Chantal Fontaine (qui interprétera la femme dudit caïd).

La série C’est comme ça que je t’aime sera offerte en primeur et en rafale l’hiver prochain sur ICI TOU.TV EXTRA.

À VOIR AUSSI: