3 nouveaux restaurants branchés où se réfugier à Montréal

À notre carnet d'adresses favorites s'ajoutent Roseline, Vinette et Paloma.

Prenez une pause de cet hiver interminable en vous attablant à l’une de ces nouvelles tables aussi fines que chaleureuses dans la métropole. On vous présente Roseline, un sympathique café-buvette du Plateau, Vinette, un resto de fruits de mer signé Joe Beef, puis le charmant bistro niçois Paloma. D’heureuses rencontres en perspective.

Roseline, buvette-café à Montréal

Dès qu’on y pénètre, on oublie immédiatement le brouhaha des rues Saint-Laurent et Saint-Joseph pour se retrouver dans un chic lounge façon années 30. Canapés et banquettes de cuir, velours, boiseries et lumière tamisée se côtoient sur des airs de Jazz dans cet espace qui invite à la causerie en petit comité.

Autour de nous, des photos de famille. Celles du propriétaire, Jean-Marc Renaud, ayant fait carrière au petit et grand écrans comme directeur artistique. Il y a même une photo de son père au-dessus du bar, autrefois mannequin de pipes. «On a fait notre vie sur le Plateau. Ici, on est un peu comme chez moi au temps de mes parents, dans les années folles», raconte-t-il.

Ce qui devait être une boulangerie est finalement un café dès 8h le matin, puis une buvette en soirée jusqu’à tard, minuit ou 1h. On y savoure le jour de bons cafés de torréfacteurs locaux (Kittel) accompagnés du pain de la Boulangerie Guillaume, les croissants de chez Brioche à tête et les bagels de Fairmount Bagel.

Le soir, c’est du sérieux! Premièrement, en raison de la plus que satisfaisante carte des vins d’importation privée soigneusement élaborée par l’acteur et oenophile Martin Laroche, mais aussi en raison de ce qu’on retrouve dans l’assiette.

Le chef Alex Collyer (Bon Vivant, Taverne sur le Square) signe un menu inspiré des classiques français d’une autre époque : oeuf mimosa, betteraves, tartine de champignons et bavette. Notre grand coup de coeur va aux succulents choux de Bruxelles, bien colorés, parfaitement rehaussés par les graines de moutarde et le parmesan. Assez divin pour qu’on revienne et en commande plus qu’un plat. Autres réussites : le tartare coupé finement et ses croustilles de topinambour et graines de tournesol qui craquent sous la dent, ainsi que la pieuvre parfaitement grillée et ses ultras savoureuses pommes de terre en accompagnement.

On y reviendra encore, et encore.

Jusqu’ici, la famille du Joe Beef ne nous a jamais laissés sur notre faim. Et son petit dernier, le Vinette, situé juste derrière le Liverpool House, ne fait pas exception.

À cet invitant comptoir lumineux ouvert sur la cuisine, c’est le party de la mer. Des fruits de mer frais de toutes sortes sont servis dans des plateaux ou petites assiettes à partager. Parmi les appétissantes propositions : le demi-homard aux algues, les poissons fumés, mais aussi le crabe Colbert.

On boit évidemment des vins d’importation privée tirant davantage sur le nature judicieusement choisis par Max Campbell, sommelier de toutes les institutions du groupe.

Comme au Vin Papillon et au Vin Mon Lapin, pas de réservation ici. Premier arrivé, premier servi.

Pas tentant de se rapprocher du métropolitain… Sauf pour aller chez Paloma. Le tout nouveau restaurant ouvert dans le nord de Villeray ne pourrait être plus accueillant.

Ce n’est pas parce que le décor est particulièrement impressionnant, il est même très minimaliste, c’est qu’on y est reçu par le plus sympathique des duos formé par le chef Armand Forcherio (Nizza, Larini) aux fourneaux et sa fille Rosalie (Montréal Plaza, Filet) en salle et derrière la carte des vins. Et la clientèle y vient pour y passer un bon moment entre amis, sans presse, ni flafla. C’est détendu, intime, joyeux, et la cuisine est fameuse. Vraiment.

Le court menu séparé en cinq sections - apéro, entrées, plats, à-côtés et desserts - est inspiré des origines du chef italien qui a grandi à Nice. Pâtes fraîches, parfois farcies, charcuteries, fruits de mer et légumes du marché s’amalgament joyeusement.

Côté vin, on a droit à quelques classiques, mais aussi quelques petites perles un peu plus funky.

Ça vaut le détour vers la 40!