3 chics nouveaux restaurants à tester au centre-ville

La fin de 2019 nous réservait trois belles surprises gastronomiques.

Vous sortez du bureau ou d’une intense virée de magasinage l’estomac dans les talons? Nul besoin de fuir le centre-ville pour trouver une irrésistible option gourmande. Voici trois nouvelles adresses raffinées à découvrir en plein coeur de Montréal.

Ce n’est pas une trattoria, loin d’une pizzeria, mais un restaurant de fine cuisine d’inspiration italienne qui vous transportera ailleurs.

D’abord en raison de son décor hyper éclectique. Plafond métallique bossé, plafonniers circulaires abondants, papier peint en dégradé, marbre bleu et boiseries se côtoient dans ce design inspiré de l’eau et signé Sid Lee Architecture. On aime ou on déteste.

Le meilleur est, selon nous, en cuisine, menée par Joris Larigaldie. Gnocchis moelleux faits à la main au confit de canard élevé au Québec, servis sur une purée de courge veloutée, et papardelles fraîches et crémeuses accompagnées de broccolis, d’épinards et de croûtons à l’ail croustillants. Notre coup de coeur : les fines charcuteries québécoises et les décadentes cavatellis au homard et chou. On en rêve encore! Mais idéalement, on laisse carte blanche au chef qui, pour 80$, nous concocte un menu découverte mystère.

Le Boulevardier
Le Boulevardier

Pendant ses travaux de plus d’un an, le chic hôtel Le Germain du centre-ville de Montréal n’a pas qu’ajouté des étages à sa tour et complètement revampé ses chambres, il accueille aussi un nouveau bar fort sympathique au rez-de-chaussée, le Flâneur, ainsi qu’une nouvelle table gourmande. Au revoir Laurie Raphael, bonjour le Boulevardier.

Le Flâneur
Le Flâneur

Au design, gage de succès, on retrouve Zébulon Perron. On y retrouve ses éléments stylistiques signatures : de longues banquettes, des miroirs (ici jusqu’au plafond pour agrandir la pièce), un éclairage judicieusement réparti et tamisé, offrant une ambiance intime, dans un décor rétro-moderne.

En cuisine, on est heureux de retrouver le chef David Pellizzari, dont on avait perdu la trace depuis la fermeture du bien-aimé Lili.Co. Il nous propose une cuisine de brasserie française réinventée. Pensez tartares et poireaux vinaigrette en entrée et pétoncles, gnocchis et magrets de canard comme plats.

Lors de notre visite, on a particulièrement craqué pour la surprenante et élégante crème brûlée aux pois verts avec son boudin noir, fenouil mariné. Coup de coeur aussi pour le magret salé et le succulent torchon de foie gras accompagné d’échalottes marinées, mâche, amandes et vinaigrette à la framboise. Le mélange des saveurs et des textures nous a séduits. L’entrée de radis était cependant un peu fade. De même pour le flanc de porc - bien saisi par contre - servi sur cassoulet, chou et pomme. La prochaine fois, il faudra goûter aux fruits de mer, qu’on dit être LA force de l’endroit.

Avant, penser à un bon souper avant notre concert en amoureux au Centre Bell, était mission impossible sans avoir à traverser la moitié de Montréal. Maintenant, c’est au Bazarette que ça se passe, le nouveau bar à vins situé au coin de l’avenue des Canadiens de Montréal et de la rue De La Montagne.

Dans un cadre évoquant les brasseries parisiennes, entre luminaires façon lampadaires, murs de briques blancs, banquettes en cuir, tables bistro et plafond industriel, l’espace à la fois vaste et intimiste est une réussite en soi.

On peut y prendre place du matin, 7 am, au soir tard jusqu’à 3 am la fin de semaine, du café (Larue & Fils) à l’alléchante carte des vins d’importation privée qui nous révèle des petits trésors bios ou nature.

Bazarette
Bazarette

Quant aux plats de saison - inspirations du chef - à partager, ils ont tout de réjouissants. La pieuvre, crème fraîche et cébette, est sans mentir la meilleure que l’on ait mangée ces dernières années, parfaitement tendre et magnifiquement apprêtée, un régal. Le foie gras dans son cacao est aussi une petite réussite. Le sucré n’envahit pas la bouche laissant le foie gras exploser en saveurs. Quant aux options végés, elles mixent bien croquant, saveurs et couleurs.

Un conseil, partagez au moins quatre assiettes à deux. Aux manettes de cette nouvelle adresse qui vaut le déplacement en soi : Adam Martin (Chez L’Épicier, Miel), Jérémie Pratte (Hélicoptère, McKiernan) et Charlie April (Hoogan & Beaufort, Au Pied de Cochon).

10 meilleurs restaurants italiens à Montréal