DIVERTISSEMENT
04/06/2019 12:59 EDT

Un album, du cinéma et de la télé pour Évelyne Brochu

«C’est le plus beau cadeau qu’on m’ait offert dans ma vie...»

Amanda Edwards via Getty Images

Si la comédienne Évelyne Brochu a attendu ce moment de sa vie pour plonger dans son premier projet musical solo, c’est qu’elle attendait de sentir LE déclic qui l’y mènerait. Celui-ci est bel et bien survenu et a donné lieu à un album qui sera lancé « alors que les feuilles seront encore vertes, quelque part à la rentrée » et qu’elle promet à l’image des deux premiers extraits que l’on peut déjà apprécier : bourré d’amour, de joie et de soleil.

La musique et le jeu

Sur le point de lancer son premier album, au cœur du tournage de la troisième saison de la populaire série Trop et en plein tourbillon festif entourant le long-métrage La femme de mon frère (primé à Cannes et sur le point de sortir au Québec), Évelyne Brochu parle de chacun de ses projets avec une équivalente affection.

Ce premier album, elle l’a concocté en compagnie de celui qu’elle surnomme son frère cosmique Félix Dyotte, un grand ami avec qui elle fait de la musique depuis l’âge de 17 ans.

«C’est lui qui a initié l’aventure, explique-t-elle. C’est le plus beau cadeau qu’on m’ait offert de ma vie. Il m’a téléphoné et m’a dit : ‘J’ai envie de t’écrire un album, on fait ça?’ Cela ne se refuse pas. C’est mon ami depuis le cégep et c’est l’artiste que j’admire les plus dans mon entourage, toutes formes d’art confondues. La musique a toujours fait partie de la fibre même de notre amitié. Donc, oui ça prend une dose de courage pour faire un premier album, mais quand tu as quelqu’un comme lui à la base du projet, ça aide à être courageuse.»

Ainsi entourée de son comparse et de Philippe Brault au mixage et à la prise de son (avec qui la comédienne s’était liée d’amitié lors de la création de la pièce de théâtre Tom à la ferme, dont il avait fait la musique), la chanteuse affirme avoir été dotée d’un souffle bien assez grand pour avoir envie de faire le saut.

«Je trouve qu’il y a une tendresse qui se dégage de cet album, dit-elle, et que c’est quelque chose dont on a peut-être bien besoin en ce moment. Ça porte beaucoup sur l’amour : un amour qui nous a échappé, un amour qu’on recherche, un amour qu’on va révéler, un amour de voyage, un amour de passage, une histoire d’un soir… Chaque chanson est comme une petite bulle, une petite histoire d’amour.»

«Il y a des chansons qui sont un peu plus dans la joie de l’amour estival, ajoute-t-elle. D’autres un peu groundées, sensuelles et un peu plus mystiques comme Copie carbone, et d’autres qui se retrouvent un peu entre les deux. J’ai l’impression que c’est un album qui a une bonne cohésion et qui présente à la fois une bonne variété de types de chansons.» 

Enceinte lors de la production de l’album, l’actrice compare aussi son expérience d’exercice de création musicale à «une longue germination, quelque chose qui était planté, mais qui prenait du temps à pousser».  

«C’est assez puissant comme période de transformation et d’implantation, explique la nouvelle maman. On s’enracine peut-être plus dans sa propre vie, dans son propre corps. À ce moment-là, je vivais un grand bonheur, je pense que ça s’entend dans ma voix. Aujourd’hui, mon fils reconnaît ma voix quand elle passe à la radio; c’est notre petite et première connexion avec l’album.» 

Fille d’une enseignante de violoncelle ayant baignée dans la musique pendant son enfance et son adolescence, l’interprète de Maintenant ou jamais et de Copie carboneconfie que la musique lui sert aussi dans son travail de comédienne.   

«La musique est tellement un accès direct au cœur; le rythme, les mots… Sur un plateau, il y a beaucoup de gens, beaucoup de distractions, alors la musique a un double emploi, soit celui d’aider à te concentrer et celui d’avoir un accès plus rapide à l’émotion et d’ouvrir les canaux du cœur. J’écoute de la musique avant des scènes d’émotion, de tristesse ou de colère, par exemple.»

Le nom de l’auteur-compositeur-interprète Pierre Lapointe («un monument de la chanson au Québec», dit-elle) se retrouvera aussi sur le feuillet de ce premier album; l’artiste ayant collaboré à la pièce Désordre (ou Désordre de ta chambre, cela reste à confirmer). «Félix et lui travaillent ensemble depuis longtemps, ce sont de très bons amis. Ils ont voulu écrire une chanson ensemble pour moi. Je suis chanceuse hein? Je pense même que ça va être la première chanson, celle qui va ouvrir l’album.»

La magie de La femme de mon frère

À l’instar de Félix Dyotte, la réalisatrice du film La femme de mon frère Monia Chokri est une amie de longue date d’Évelyne Brochu. Les deux artistes, qui étaient dans la même classe au Conservatoire, sont devenues de grandes amies.

«Ça fait longtemps que je savais que Monia avait un grand talent, explique-t-elle. C’est beau de voir le talent de ton amie éclore dans la trentaine, ça me rend fière. C’est d’autant plus le fun de faire partie de l’aventure. On faisait déjà partie de la vie de l’autre et là, notre amitié se transforme en création. C’est assez émouvant.»

Croyait-elle que le premier long-métrage de son amie pourrait remporter un prix aussi prestigieux que celui de coup de cœur du jury au Festival de Cannes? «Oh oui! Quand j’ai vu le film, j’ai trouvé que c’était une bombe nucléaire cinématographique, j’ai tellement été soufflée! C’est un film qui ne ressemble à rien d’autre de par l’intelligence des dialogues, la couleur, le plaisir qu’elle a eu à faire des choix formels un peu audacieux, la qualité du jeu, la finesse du propos. Il s’agit d’une histoire jamais racontée avant. Et puis, comme pour tous les grands films, c’est à propos de notre époque et de nos liens.»  

À propos de ses collègues-acteurs Anne-Élisabeth Bossé et Patrick Hivon, celle qui se rendra en France pour un mystérieux projet télé en juillet n’a aussi que de bons mots.

«Je trouve que ce sont deux très grands acteurs de ma génération. Ce sont aussi des gens que je ne connaissais pas dans la vie, donc ce fut un bonheur absolu de les voir être si géniaux, si magnifiquement bons, d’être aux premières loges, c’était formidable. Ce sont aussi deux personnes tellement sympathiques, c’était facile d’avoir un vrai lien avec elles.»  

L’album d’Évelyne Brochu devrait être lancé à la rentrée.

Le film La femme de mon frère prend l’affiche partout au Québec le 7 juin.

À VOIR AUSSI: