DIVERTISSEMENT
04/11/2019 12:17 EST

«Dans l’oeil du dragon» accueillera un nouveau «dragon» dès le printemps 2020

George Karam succédera à Dominique Brown.

Yanick Macdonald/Radio-Canada
Georges Karam, nouveau dragon à ICI TÉLÉ

Un nouveau dragon sera de la neuvième saison de l’émission Dans l’oeil du dragon, dès le printemps prochain. L’homme d’affaires Georges Karam, qui a déjà été dragon invité, prendra la place de Dominique Brown, a annoncé Radio-Canada ce matin.

Georges Karam est impliqué dans le domaine de l’immobilier et siège au sein de plusieurs conseils d’administration, ceux des compagnies dans lesquelles il a investi.

Le propriétaire de la chaîne de chocolateries Chocolat favori, Dominique Brown, quitte son fauteuil, mais participera tout de même à deux reprises à la prochaine saison, en tant que dragon invité.

Arrivé au Canada avec 200 $ en poche

Arrivé au Canada à l’âge de 19 ans avec 200 $ en poche, Georges Karam, originaire du Liban, a d’abord fondé au début des années 2000 une entreprise proposant des solutions technologiques évoluées aux centres d’appels, évoque Radio-Canada dans son communiqué de presse. Il a par la suite mis sur pied une compagnie soeur, Atelka Inc, en 2003, dont il a orchestré la vente en 2016, alors qu’elle comptait 2500 employés.

En mai dernier, il a investi dans Cognibox, une compagnie de Shawinigan, et travaille actuellement à la propulser au niveau international.

«Il partage également son expérience auprès de jeunes entrepreneurs. “Persévérance et écoute” sont ses mots d’ordre», ajoute Radio-Canada.

Les trois autres dragons resteront les mêmes, soit Isabèle Chevalier,
présidente propriétaire de Bio-K+, Nicolas Duvernois, président fondateur de Pur Vodka et romeo’s gin, ainsi que Marie-Josée Richer, cofondatrice de PRANA.

Les entrepreneurs en herbe qui seraient intéressés à soumettre leur idée et leur entreprise pour participer à la prochaine saison de Dans l’oeil du dragon peuvent encore le faire jusqu’au 18 novembre.

À VOIR AUSSI: François Lambert commente la position de Catherine Dorion à propos de l’avenir des médias