Une famille anti-vaccin a bu sa propre urine pour combattre la COVID-19

WhatsApp n'est pas un bon endroit pour obtenir des conseils médicaux.

Avis à tous: si quelqu’un sur WhatsApp vous dit que de faire votre «numéro un» dans une tasse et le boire ensuite peut vous guérir de la COVID-19, il est probablement plein de «numéro deux».

Et il y a une raison bien précise pour laquelle il semble qu’on doive le rappeler. Une famille du Royaume-Uni a fait la une des journaux alors que ses membres ont bu leur propre urine pendant quatre jours, croyant qu’il s’agissait d’un remède naturel contre le nouveau coronavirus. Non, ça ne l’est pas.

Un rapport de santé publique indique que la femme a été informée de cette fausse cure via des vidéos partagées par une connaissance sur WhatsApp. Cette personne était apparemment devenue sa principale source d’informations sur la COVID-19.

La maman, une anti-vaccin qui croyait aussi à tort que Bill et Melinda Gates déployaient des vaccins par malveillance - un autre mythe qui s’est propagé pendant la pandémie - pensait que de faire boire de l’urine à ses enfants allait être plus sécuritaire que le vaccin.

«Certaines des vidéos qu’elle a reçues affirmaient que de boire sa propre urine chaque matin était un remède contre la COVID-19. La femme a raconté qu’elle et ses enfants l’ont fait pendant quatre jours», indique le rapport.

Boire votre propre pipi est généralement inoffensif à court terme, mais inutile, sauf si vous êtes confronté à une déshydratation sévère et que vous ne disposez pas d’un approvisionnement en eau potable.

De nombreux faux remèdes ont été vantés au cours de la dernière année, comme l’ingestion d’argent, d’eau de Javel et d’huile d’origan. Boire de l’urine est bizarre, mais pas nouveau; certaines personnes ont déjà affirmé que l’urine de vache avait des propriétés anti-coronavirus.

Bien que ces exemples soient extrêmes, l’hésitation envers la vaccination reste un problème qui touche de nombreuses communautés au Canada.

Les deux tiers des Canadiens font confiance au vaccin, selon un récent sondage. Les agences de santé s’efforcent d’atteindre ceux qui ont des hésitations, que ce soit en raison d’une méfiance envers le gouvernement ou de la désinformation liée à la COVID-19.

Et ça ne fait pas de mal de le répéter: les théories du complot qui impliquent votre salle de bain sont à éviter.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.