DIVERTISSEMENT
28/05/2019 17:11 EDT

Loi sur l'avortement: Netflix «repensera à son investissement» en Géorgie

L'entreprise songe même à contester la loi devant les tribunaux.

Bien que les principaux studios de production soient restés silencieux à propos de la loi sur l’avortement récemment adoptée par la Géorgie, l’entreprise Netflix a annoncé mardi qu’elle la contesterait et qu’elle “repenserait tout son investissement” dans l’État si elle devait entrer en vigueur.

Le responsable du contenu de Netflix, Ted Sarandos, a déclaré dans un communiqué que le géant de la diffusion en continu travaillerait avec l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) et d’autres organisations pour contester la loi devant les tribunaux.

Puisque les mesures ne sont pas encore en vigueur, Netflix continuera ses tournages en Géorgie, mais l’entreprise réévaluera ses plans si la loi est appliquée, a expliqué M. Sarandos dans un communiqué fourni au magazine “Variety”.

Depuis que le gouverneur Brian Kemp a signé une loi pour interdire presque tous les avortements dans l’État, plusieurs producteurs ont annoncé qu’ils refuseraient de tourner en Géorgie. Kristen Wiig et Annie Mumolo ont décidé de déplacer le tournage de leur film “Barb and Star Go to Vista Del Mar”. Le tournage de la série d’Amazon “The Power” a aussi déménagé.

Jordan Peele et J.J. Abrams continuent de filmer leur série “Lovecraft County” en Géorgie, mais ils se sont engagés à verser tous les “frais épisodiques” à des organisations qui contestent la loi, dont l’ACLU.

 

La réaction des géants de Hollywood n’est pas aussi marquée qu’en 2016, lorsqu’ils avaient vigoureusement dénoncé une loi qui aurait permis le refus de services aux personnes de la communauté LGBTQ pour des raisons confessionnelles. L’ancien gouverneur Nathan Deal avait finalement apposé son veto sur la pièce législative.

Cette fois-ci, Walt Disney et d’autres grands studios n’ont pas réagi à la loi sur l’avortement.

Brian Kemp devait aller à Los Angeles la semaine dernière pour faire la promotion de son État auprès de l’industrie du cinéma. Son voyage a toutefois été retardé en raison de la controverse entourant la loi.

La loi géorgienne interdit l’avortement dès qu’un rythme cardiaque f?tal est détecté, sauf en cas de viol ou d’inceste. Son entrée en vigueur est prévue pour janvier 2020.