4 grands mythes sur les variants de la COVID-19 auxquels il faut faire attention

Il y a beaucoup de désinformation sur les nouvelles souches de coronavirus du Royaume-Uni, d'Afrique du Sud et du Brésil. Voici ce qu'il faut savoir.
Plusieurs variants du coronavirus qui causent la COVID-19 circulent maintenant dans le monde entier.
Plusieurs variants du coronavirus qui causent la COVID-19 circulent maintenant dans le monde entier.

Au cours du mois dernier, de nouveaux variants du SRAS-CoV-2 sont apparus dans le monde entier: d’abord au Royaume-Uni, puis en Afrique du Sud et au Brésil. Ces sources se propagent maintenant et les trois ont notamment été identifiées aux États-Unis.


Nous sommes replongés dans une période de réelle incertitude scientifique. Vous avez du mal à comprendre ce qui se passe? Voici quatre mythes courants sur les variants de la COVID-19 - et quelques détails sur ce que nous savons (et ne savons pas) jusqu’à présent.

Mythe n° 1: Les variants de la COVID-19 ont surpris les experts de la santé.

La récente explosion de la couverture médiatique liée aux variants de COVID-19 peut donner l’impression que ces souches sont apparues de manière inattendue. Mais ce type de situation n’est pas nouveau. Comme l’explique les Centers for Disease Control and Prevention (CDC): «Les virus changent constamment par mutation, et de nouveaux variants d’un virus devraient apparaître avec le temps.»

Depuis le début de la pandémie, les responsables de la santé s’attendaient à ce que de nouvelles souches se développent et se propagent.

«Les variants ne sont pas inattendus», explique Priya Soni, spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques au Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles. Elle ajoute que la COVID-19 semble en fait muter à un rythme plus lent que d’autres virus, comme la grippe saisonnière.

Cela dit, le fait que certains de ces variants se soient largement répandus à ce stade suggère qu’ils existaient avant que les responsables de la santé ne les remarquent vraiment. C’est en partie parce que le séquençage génomique du virus ne s’est pas produit suffisamment.

«Bien que le variant britannique initial ait été détecté en novembre, il semble que la plupart des virus en circulation au Royaume-Uni soient maintenant de cette souche - jusqu’à 60%», indique Soni. «Cela nous indique que les variants étaient présents longtemps avant que nous les découvrions.»

Le CDC note également que certains variants, comme la souche découverte en Afrique du Sud, sont apparus des mois avant de commencer à faire l’objet d’une couverture médiatique internationale.

Mythe n° 2: Les variants de la COVID-19 sont plus dangereux.

À l’heure actuelle, personne ne sait vraiment si les nouveaux variants sont plus susceptibles de provoquer une maladie grave ou la mort.

Récemment, des responsables britanniques ont avancé que le variant pourrait être plus mortel que le virus d’origine, ce qui allait à l’encontre de leur évaluation initiale selon laquelle le variant était seulement plus contagieux. En donnant cette nouvelle version, le directeur scientifique du Royaume-Uni a donné un exemple: si 1000 hommes de 60 ans et plus étaient infectés, le virus d’origine en tuerait probablement environ 10, tandis que le nouveau variant pourrait en tuer 13 ou 14.

Mais cela reste à confirmer. Les nouveaux variants «se propagent plus facilement et plus rapidement - ce qui peut conduire à plus de cas de COVID-19», selon le CDC. Par conséquent, cela pourrait entraîner plus d’hospitalisations et peut-être plus de décès.

Les experts s’attendent à ce que davantage de variants puissent émerger à mesure que la pandémie se poursuit - mais ils ne seront pas nécessairement pires.

«En général, la façon dont les variants évoluent avec le temps est qu’ils deviennent plus infectieux et moins virulents», explique Eric Vail, directeur du programme de pathologie moléculaire chez Cedars-Sinai. Il ajoute qu’il n’est pas à l’avantage des virus de tuer leurs hôtes, car ils veulent continuer à se propager.

«Il est moins probable qu’une forme plus mortelle évolue», dit-il.

Mythe n° 3: Nos vaccins actuels ne fonctionnent pas contre les variants de la COVID-19.

À ce stade, les vaccins Pfizer et Moderna semblent protéger dans une certaine mesure contre les variants connus de la COVID-19.

Moderna et Pfizer ont tous deux déclaré que leurs vaccins étaient moins puissants contre la souche sud-africaine. Ce n’est cependant pas la même chose que de dire que ces vaccins ne fonctionnent pas. En outre, les deux fabricants de médicaments travaillent sur des boosters qui, espèrent-ils, seront encore plus efficaces pour lutter contre les variants de la COVID-19.

De nouvelles données sur le vaccin à une dose de Johnson & Johnson suggèrent qu’il n’est pas aussi efficace contre le variant sud-africain. (Mais, encore une fois, cela ne veut pas dire que cela ne fonctionne pas du tout.)

Dans l’ensemble, les médecins et les chercheurs ont vraiment bon espoir que les fabricants de médicaments pourront rapidement s’adapter à de nouveaux variants au fur et à mesure qu’ils émergent, d’autant plus que les vaccins à ARNm sont plus programmables.

«Parce qu’il s’agit de plates-formes de vaccins à ARNm, les changements apportés au vaccin lorsque des mutations se produisent peuvent être effectués assez rapidement en raison de notre capacité à séquencer les mutations spécifiques en temps réel», explique Soni.

Mythe n° 4: Nous ne pouvons pas empêcher ces variants - ou les prochains - de se propager.

Oui, les nouveaux variants de COVID-19 se répandent définitivement rapidement. Aux États-Unis, le CDC a averti que le variant britannique pourrait être la souche prédominante dans ce pays d’ici mars.

Cela peut sembler assez surprenant, mais il existe des moyens connus pour atténuer le problème. Toutes les stratégies de protection qui ont contribué à la lutte contre la souche d’origine du virus peuvent également aider à prévenir la propagation de variants.

«Il existe une réelle capacité d’empêcher la propagation de ce virus», assure Vail, rappelant les mesures éprouvées que sont le port du masque, le lavage des mains et la distanciation sociale. Les responsables de la santé comme le Dr Anthony Fauci, le plus grand spécialiste des maladies infectieuses aux États-Unis, affirment maintenant que le moment serait venu d’utiliser le double masque, afin de créer un bouclier plus fort contre les particules virales. L’idée reste en cours d’évaluation.

Notre outil le plus puissant est le vaccin. Alors encore une fois, assurez-vous de vous faire vacciner quand vous le pourrez.

«Nous sommes dans une course contre les variants de la COVID-19, et nos voitures sont les vaccins», illustre Soni. «En fin de compte, si nous pouvons accélérer le processus de vaccination de masse, nous pouvons gagner la course et ainsi limiter les implications potentielles de ces variants.»

Les experts sont toujours en train d’en apprendre sur la COVID-19. Les informations contenues dans cet article sont celles qui étaient connues ou disponibles au moment de la publication, mais les orientations peuvent changer à mesure que les scientifiques en découvrent davantage sur le virus.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.