BIEN-ÊTRE
04/10/2019 16:08 EDT | Actualisé 11/10/2019 09:45 EDT

Les multivitamines en gelée, vraiment bonnes pour vous?

Lisez ceci avant de prendre des suppléments.

bodu9 via Getty Images

Elles goûtent comme des bonbons et sont censées nous sauver d’un vilain rhume pendant la saison froide. Mais les mutivitamines gélifiées sont-elles vraiment efficaces, et même bonnes pour la santé? Tour d’horizon.

«Des vitamines en comprimés et en gélatine, c’est du pareil au même», explique d’abord la nutritionniste Annie Ferland, derrière le blogue Science & Fourchette. Les adultes et les enfants auraient donc une préférence pour celles de type «jujube» pour leur goût, plus sucré et fruité, mais aussi parce qu’elles sont plus faciles à avaler.

Trop sucré?

Qu’ils soient en forme de Pierrafeu ou simplement de gélules, les bonbons vitaminés ont inévitablement plus de sucre que les comprimés.

MONTAGE HUFFPOST
Multivitamines

Avec l’alimentation nord-américaine déjà bien riche en sucre, on pourrait bien se passer de ce sucre supplémentaire, mais la teneur demeurerait tout de même inoffensive dans la plupart des produits proposés sur le marché.

La plupart des multivitamines en gelée contiennent entre 1,5g et 3g par portion recommandée (deux jujubes par jour), soit l’équivalent de plus ou moins 1/2 cuillère à thé. À titre indicatif, l’Organisation mondiale de la Santé recommande d’en consommer maximum 12 cuillères à thé par jour.

«La quantité de gélatine [et de sucre] dans un enrobage, c’est insignifiant [en termes d’effets physiologiques] si on le met dans la perspective de la globalité de nos apports énergétiques journaliers», confirme Annie Ferland.

Comme leur goût est alléchant, il faut cependant faire attention de ne pas les consommer comme de réelles friandises, risquant un surplus de vitamines, de sucre ou faux sucre puis une déficience sur le plan de la santé dentaire.

Bon pour le système immunitaire?

Sur les tablettes, la plupart des flacons de suppléments vitaminés font la promotion d’un «système immunitaire renforcé», mais selon plusieurs scientifiques et nutritionnistes, leur apport ne serait que minimal. Autrement dit, une alimentation saine et équilibrée suffit à nous procurer toutes les vitamines nécessaires à un maintien d’un système immunitaire fort. 

Seules les personnes qui souffrent d’une carence due à une maladie comme l’anémie, une grossesse, ou un régime restrictif en retireraient un réel bénéfice.

Chinnapong via Getty Images

«Une alimentation riche en végétaux reste toujours la clé tant pour avoir plus d’énergie l’automne venu que pour renforcer son système immunitaire», affirme la célèbre nutritionniste québécoise Isabelle Huot. Ce qui l’inquiète avec la prise de suppléments, c’est que les gens qui en consomment ont tendance à négliger les fruits et légumes, pensant avoir tous les nutriments nécessaires pour passer à travers leur journée.

Si vous croyez en avoir besoin, avant de dévaliser les pharmacies, Annie Ferland recommande de consulter d’abord un nutritionniste pour faire un bilan nutritionnel et évaluer s’il y a un réel besoin d’avaler des suppléments pour avoir un régime équilibré. « Parce que prendre des suppléments, ça vide rapidement un portefeuille. Dans la majorité des cas, une rencontre avec une nutritionniste va être rentable assez rapidement», dit-elle.

Supra trop vitaminé

Ceux qui croient qu’on n’a jamais assez de vitamines devraient particulièrement se tenir loin de la pharmacie. Des études démontrent que les excès de suppléments, de bêta-carotène et vitamine E par exemple, augmentent même les risques de cancer. 

PhotoAlto/Laurence Mouton via Getty Images

Autre exemple : la vitamine A consommée en trop grand quantité peut causer des complications du foie. Cette vitamine liposoluble est absorbée par l’organisme grâce aux acides biliaires, ces acides qui servent à l’absorption du gras, et stimule le système immunitaire. Consommée avec des aliments riches en vitamine A comme le lait, les oeufs ou les poissons gras, une surdose peut devenir préoccupante pour le foie, explique la professeure en médecine et chef du département de nutrition à l’Université de Californie, Zhaoping Li, en entrevue avec nos collègues du HuffPost américain

En revanche, la vitamine B serait plus inoffensive pour notre système, selon Dr. Li. Comme elle est soluble dans l’eau, le corps absorbe ce dont il a besoin, puis le reste est filtré dans les reins, évitant qu’un surplus stagne dans le système.

La spécialiste rappelle une chose importante : même si des études font la promotion de certains suppléments, il n’y a aucune preuve qu’il y a une vitamine meilleure qu’une autre. D’autres recherches invalident même les prétendus bienfaits précédemment vantés. La plupart des experts sont d’accord : la clé, c’est une alimentation saine et équilibrée. Pas les pilules.

Les Canadiens font le plein

La plus récente Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, qui s’attardait aux suppléments vitaminiques chez les adultes, révélait en 2004 que pas moins de 38% des femmes et 24% des hommes de 31 à 50 ans avalent des suppléments. Pour les Canadiens de 51 à 70 ans, ce nombre passe de 55% pour les femmes et 29%.

À voir aussi :
Galerie photo 10 fruits et légumes plus riches en vitamine C qu'une orange Voyez les images