NOUVELLES
06/07/2020 19:09 EDT

Montréal s'apprête à rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics

La mairesse Valérie Plante a déclaré qu’il fallait «tout mettre en oeuvre pour nous protéger».

THE CANADIAN PRESS/Paul Chiasson
La mairesse a déclaré qu’il fallait «tout mettre en oeuvre pour nous protéger».

MONTRÉAL - Le port du couvre-visage sera obligatoire dans tous les lieux publics fermés de Montréal, à compter du 27 juillet, a annoncé la mairesse Valérie Plante sur les réseaux sociaux.

Dans un premier message publié sur Twitter, la mairesse a déclaré qu’il fallait «tout mettre en oeuvre pour nous protéger». Et que ce constat a poussé le conseil municipal à travailler «sur un règlement qui rendra obligatoire le port du couvre-visage».

Dans une seconde publication plus étoffée, sur Facebook, Valérie Plante précise que ce règlement devrait entrer en vigueur le 27 juillet. «Nous nous baserons sur les expériences des villes canadiennes qui ont déjà adopté un tel règlement, ou qui s’apprêtent à le faire, écrit-elle. Le conseil municipal sera convoqué afin que le règlement soit appliqué d’ici la fin du mois.»

Valérie Plante soutient avoir été motivée par «l’émergence de certains foyers d’éclosion en banlieue de la métropole» au cours des derniers jours. Un relâchement qui pourrait «miner les efforts que nous faisons depuis le début de cette pandémie», craint-elle.

Le port d’un couvre-visage est déjà obligatoire dans le réseau de transport en commun de la métropole. En entrevue à RDI, la mairesse Plante a fait savoir que la nouvelle obligation concernera autant les lieux publics municipaux que les commerces, incluant les bars et les restaurants.

Dans son long message publié en ligne, Valérie Plante dit être allée à la rencontre des gens d’affaires depuis le début du déconfinement progressif.

«Si nos courageux entrepreneurs entrevoient l’avenir avec enthousiasme et résilience, plusieurs m’ont souligné les défis quotidiens auxquels ils sont confrontés afin de faire respecter les règles d’hygiène et de distanciation dans leur établissement», rapporte-t-elle.

La mairesse de Montréal souligne que pour de nombreux commerces, «un reconfinement éventuel impliquerait carrément de mettre la clé sous la porte». Un scénario qu’elle qualifie de «désastre pour des vies humaines et pour notre économie».

Valérie Plante plaide que ce règlement se veut un outil pour aider les propriétaires de commerces à faire respecter les consignes pour limiter la propagation de la COVID-19. Elle ajoute que les contrevenants devront assumer les conséquences et que des contraventions pourraient être remises au client et/ou au commerce selon la situation.

En terminant, la mairesse de la métropole concède que la population a hâte de reprendre une vie normale, mais rappelle que «c’est en respectant les consignes ensemble que nous pourrons nous prémunir» contre une nouvelle vague du coronavirus.

À VOIR AUSSI: Nous devons nous préparer à une deuxième vague, dit le Dr Arruda