NOUVELLES
05/02/2020 11:07 EST | Actualisé 05/02/2020 11:09 EST

Montréal interdira tous les sacs de plastique cette année

«2020, c'est la dernière année des sacs de plastique», a affirmé Valérie Plante.

Capture d'écran/Webdiffusion de la réunion du Comité exécutif
Valérie Plante

La Ville de Montréal interdira «tous les sacs de plastique» sur l’ensemble de son territoire en 2020, a affirmé la mairesse Valérie Plante lors d’une réunion du Comité exécutif, mercredi matin.

Alarmée par la crise du recyclage et l’ébauche d’évaluation scientifique de la pollution plastique rendue publique la semaine dernière par Environnement et Changement climatique Canada, la responsable de la transition écologique et de la résilience, Laurence Lavigne Lalonde, a demandé au Comité exécutif d’agir «rapidement» pour interdire les sacs de plastique à usage unique.

Mme Lavigne Lalonde a estimé que la Ville dispose déjà du cadre réglementaire nécessaire pour bannir les sacs de plastique, puisque l’administration Coderre avait adopté en 2016 un règlement encadrant l’épaisseur des sacs d’emplette en plastique qui pouvaient être distribués sur son territoire. Entré en vigueur le 1er janvier 2018, le règlement interdit les sacs d’une épaisseur de 50 microns et moins.

«On nous disait que si les sacs étaient plus épais, les gens allaient les réutiliser», a rappelé Mme Lavigne Lalonde. «Je ne sais pas pour vous, mais moi c’est rare que je vais à l’épicerie et que je vois des gens ramener ces sacs-là pour une deuxième utilisation.»

«Beaucoup de gens, même des commerçants, nous ont dit que c’était un coup d’épée dans l’eau parce qu’il suffisait de rentrer dans un commerce pour se rendre compte qu’on nous offre encore à la caisse des sacs de plastique qui sont seulement plus épais», a-t-elle ajouté.

La conseillère a donc demandé au Comité exécutif de traiter l’interdiction des sacs de plastique séparément du futur règlement sur les plastiques à usage unique promis par l’administration Plante, en modifiant d’abord le règlement déjà en vigueur.

«Je pense qu’on a tous les outils et toutes les bonnes raisons d’aller de l’avant», a-t-elle conclu, saluée par une salve d’applaudissements.

«2020, c’est la dernière année des sacs de plastique», a acquiescé la mairesse, affirmant que son administration «est toujours à la recherche de solutions efficaces qu’on peut mettre en place rapidement».

«Monsieur le directeur général [Serge Lamontagne], je vous demande qu’on change le règlement qui est présentement en vigueur concernant l’épaisseur des sacs et qu’on le modifie pour que ce soit une interdiction complète des sacs de plastique sur le territoire de la Ville de Montréal. Et ça doit se faire en 2020», a déclaré Mme Plante.

La mairesse a ajouté que «toutes les municipalités du Québec devraient emboîter le pas».

Certains commerces sur le territoire montréalais, dont les épiceries de la bannière IGA, ont déjà cessé volontairement de distribuer des sacs d’emplette en plastique. Le Conseil canadien du commerce de détail a aussi recommandé, la semaine dernière, de bannir ces sacs partout au Québec.

À travers le monde, plusieurs pays l’ont déjà fait, comme l’Italie, le Bangladesh et la Chine. Au Rwanda, la production, la distribution et l’importation des sacs de plastique non biodégradable sont interdites depuis 2008. Les propriétaires de commerce délinquants s’exposent à une peine d’emprisonnement d’un an. Même les bagages des touristes qui visitent le pays sont fouillés et les sacs confisqués.

À VOIR: Le recyclage, un procédé toujours mal compris?