NOUVELLES
26/06/2019 11:17 EDT | Actualisé 26/06/2019 13:45 EDT

Montréal aura finalement (en partie) sa ligne rose

Les Villes de Québec et de Montréal, ainsi que les gouvernements du Québec et du Canada se sont finalement entendues sur le financement des projets de transport en commun.

MARTIN OUELLET-DIOTTE via Getty Images

Après des années de promesses, la mairesse Valérie Plante semble finalement avoir trouvé le financement pour offrir aux Montréalais une partie de sa fameuse ligne rose.

Un accommodement est intervenu entre les villes de Québec et Montréal et les gouvernements du Québec et du Canada quant au financement des projets de transport en commun dans la capitale et la métropole.

Montréal sera compensée par le gouvernement du Québec, à hauteur de 800 millions $, pour que l’enveloppe fédérale de 800 millions $ qu’elle devait recevoir puisse plutôt être allouée au projet de tramway à Québec. Montréal se trouve ainsi à céder son enveloppe fédérale de 800 millions $ à Québec et, en retour, le gouvernement du Québec contribuera au financement de projets de transport en commun à Montréal pour une somme équivalente. Cette somme devrait servir à financer une partie de la ligne rose de métro, une promesse phare de la mairesse Valérie Plante.  

Pas nécessairement un tramway

Ainsi, à Montréal, un “projet de transport en commun structurant” pourra notamment être financé entre le centre-ville et Lachine, dans l’ouest de Montréal. Ce projet, qui ne sera pas nécessairement un tramway, suivra l’axe est-ouest de la rue Notre-Dame.

“Là, on vous parle d’un tramway, mais ce sera à déterminer. Au final, ce n’est pas tant la couleur ni la technologie (qui compte), mais on est tous d’accord qu’il faut du transport structurant. Et ça passe par du transport lourd ou mi-lourd. On va l’appeler tramway, parce que c’est comme ça que ça a été initié - et on y croit au tramway, ce serait exceptionnel - mais on va laisser l’ARTM (Autorité régionale de transport métropolitain) et les études se faire en fonction de ce qui est le plus pertinent”, a affirmé la mairesse Plante.

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a renchéri: “on est dans le principe qu’on veut se rendre jusqu’à Lachine”, mais il serait “prématuré” de dire combien vaudra ce seul projet, le nombre de stations qu’il y aura ou le tracé qu’il suivra, a-t-il fait savoir. C’est “un projet qu’on va définir dans la prochaine année”, a-t-il ajouté.

Trois autres projets pourront ainsi être financés à Montréal, soit l’ajout de portes-palières sur les quais des stations de la ligne orange (système de protection), un nouveau système de contrôle des trains sur la ligne bleue et un nouveau “centre d’attachement” pour la ligne bleue du métro dans le secteur nord-ouest.

Le problème, pour Québec, venait du fait que le programme fédéral destiné à financer de telles infrastructures, comme le tramway, est basé sur l’achalandage. Montréal se trouve donc avantagé face à Québec puisque l’achalandage y est bien plus important. C’est pour cette raison que “l’échange” de 800 millions $ a lieu entre les deux villes.

- Avec le HuffPost Québec