Les montres sportives, une dépense superflue?

Lisez ceci avant de passer à la caisse.

Vous les avez vues au bras de vos collègues, sur Instagram et en vedette dans les magasins de sport. La popularité des montres sportives qui traquent nos activités ne fait que grimper. Mais en avez-vous vraiment besoin pour honorer vos bonnes résolutions? Le verdict d’experts.

C’est quoi?

Il faut savoir d’abord qu’il y a deux types de montres dites «sportives» : les moniteurs d’activité ou d’entraînement (dont il est question dans cet article), et les montres intelligentes de type Apple Watch ou Galaxy Watch de Samsung qui se veulent une extension du téléphone intelligent. Ces dernières permettent notamment de contrôler la musique, d’appeler et de télécharger des applications en plus d’enregistrer l’activité physique. Des centaines de dollars séparent les deux catégories.

S’ils sont considérés comme un peu plus bas de gamme, les moniteurs d’activité se sont néanmoins grandement raffinés dans les dernières années. Aujourd’hui, en plus de donner l’heure (bien sûr), ils sont pour la plupart munis de GPS, d’un moniteur cardiaque et de différents capteurs qui mesurent le nombre de pas, la distance parcourue, le niveau d’activité et font un suivi du sommeil.

La montre ou l’application mobile reliée permet de suivre l’évolution de notre santé, de se réajuster au besoin, de se fixer un objectif, puis de suivre la progression jusqu’à l’atteinte de celui-ci.

La demande en montres sportives a augmenté de 32% de 2018 à 2019, atteignant 68,2 millions de ventes unitaires en 2019, selon les plus récents chiffres dévoilés par la firme d’analyse financière américaine S&P Global.

PRATIQUE OU NON?

Mais si vous êtes en bonne santé, à quoi vous sert de connaître votre fréquence cardiaque? Ou avez-vous vraiment besoin d’un dispositif qui confirme que vous êtes présentement en train de courir? Les avis sont partagés.

Rappels de bouger et de dormir

Selon le kinésiologue Nicolas Prud’homme, monsieur et madame tout le monde pourraient en tirer profit. «C’est un incitateur à bouger et ça aide à prendre conscience de ton niveau de sédentarité pour ensuite te fixer des objectifs et les mettre en action».

Il affirme qu’avoir au poignet un rappel constant du nombre de pas effectués nous aide à nous rapprocher du minimum quotidien fixé à 10 000 pas, mais également à programmer des entraînements à l’avance.

Une récente étude publiée dans le British Journal of Sport Medecine confirme ses dires. Les gens utilisant un traqueur de pas, comme une application ou une montre connectée, marchent en moyenne 1850 pas de plus que ceux n’employant pas la technologie.

La montre sportive aiderait également à se souvenir de boire de l’eau et de se mettre au lit à une heure donnée pour un maximum de récupération.

L’entraîneur personnel Jonathan Gagné n’est pas entièrement d’accord. Même s’il en possède une, selon lui, il y a des ressources plus pertinentes pour se motiver à bouger. «Si c’est pour de la motivation, la montre ne te fera pas courir. Il y a des groupes, des applications, et des bonnes communautés en ligne pour ça. Encore mieux, un coach», dit-il.

Une autre étude de l’Université de Pittsburgh réalisée sur deux ans et publiée dans le Journal of the American Medical Association en 2016 lui donne raison en quelque sorte. Cette dernière montrait que ceux qui portent un traqueur fitness ont tendance à perdre moins de poids que ceux qui gèrent par eux-mêmes leur alimentation et leurs séances d’exercice.

Pour les sportifs sérieux

Connaître sa performance après une marche de 30 minutes n’est pas particulièrement utile, mais connaître son rythme cardiaque, le niveau d’intensité d’une activité, et la distance parcourue, par exemple, peut être très pratique pour quelqu’un qui se prépare à un marathon, une compétition de nage ou une grande randonnée de vélo.

«C’est très utile pour suivre sa progression, reconnaît Jonathan Gagné. [Elles sont conçues], selon moi, pour des gens intéressés à connaître leurs statistiques d’entraînement et leur niveau de récupération pour qu’ils soient plus optimaux. La montre te connaît et ça peut aider de savoir si ton entraînement aurait pu être meilleur».

Pas le meilleur nutritionniste

Beaucoup de modèles proposent aussi de faire un suivi alimentaire. L’utilisateur indique ce qu’il mange afin d’avoir un portrait sur son apport calorique quotidien versus sa dépense énergique. Le processus est cependant laborieux et ne prend pas nécessairement en compte la variété des groupes alimentaires et le poids de chaque aliment, rendant la fonction quelque peu obsolète. «Compter les calories est contreproductif et restreignant pour rien», croit la nutritionniste derrière le blogue Science & Fourchette, Annie Ferland.

La pertinence de connaître son coeur

S’il peut nous sembler futile d’être constamment informé de notre fréquence cardiaque grâce à une montre lorsqu’on n’a pas de problèmes de santé connus, connaître la mesure demeure rassurante, surtout à long terme, selon Nicolas Prud’homme.

«Plus la fréquence [cardiaque] est basse, moins on est susceptible de souffrir de maladies cardiovasculaires. C’est comme si le cœur travaille moins fort pour pomper le sang dans le corps. Le cœur c’est comme ton moteur de véhicule», souligne-t-il pour rappeler l’importance de cet organe qu’on néglige trop souvent.

«Je suggère de la mesurer habituellement tôt le matin au réveil, car c’est la nuit que c’est le plus bas. On devrait se trouver entre 50 à 90 battements par minute selon les recommandations», indique-t-il.

Sinon, la montre peut s’avérer un outil de choix pour ceux qui ont tendance à faire de la basse ou de la haute pression, leur permettant de la contrôler davantage avec les données en temps réel.

Verdict

La montre sportive est intéressante pour toutes les personnes qui désirent en savoir plus sur leur performance sportive et suivre leur progression en détail. Elle demeure toutefois un luxe, puisque même si elle peut nous aider à bouger, elle n’est pas essentielle au maintien d’une bonne santé, ni n’aide à perdre du poids. Les études se contredisent d’ailleurs sur son efficacité. Tout dépend de l’usage qu’on en fait et surtout de notre motivation initiale à adopter de bonnes habitudes.

Fitbit ou Polar?

Le HuffPost Québec a fait un test comparatif de modèles récents des fabricants de moniteurs d’activité (ou montres sportives) les plus populaires. Voici nos impressions :

Les plus :

  • Facile à utiliser
  • Autonomie de la batterie longue durée. On ne branche la montre qu’une fois par semaine, malgré une utilisation quotidienne.
  • À l’épreuve de l’eau
  • Légère
  • Rappels fréquents de marcher pour atteindre son objectif
  • Essai gratuit d’un an à Fitbit Premium qui donne accès à des conseils personnalisés
  • Bracelet disponible en trois couleurs
  • Des entraînements, des défis, et plusieurs communautés sur l’application pour se motiver davantage à bouger
  • Les badges et trophées qui nous récompensent plus on bouge
  • Équipée d’un GPS
  • Prix raisonnable
  • Lecture des battements par minute facile

Les moins :

  • Un look un peu trop «médical» ou simpliste. On dirait un bracelet de caoutchouc. Elle s’agence donc difficilement à une tenue plus habillée, alors qu’on désire la porter en tout temps pour bien suivre notre niveau d’activité.

Les plus :

  • Un look minimaliste et passe-partout
  • Affichage numérique en couleur
  • À l’épreuve de l’eau
  • Légère
  • L’application fournit des données précises et claires sur l’intensité de l’activité, jusqu’au temps passé en position assise.
  • Bracelet disponible en sept couleurs
  • Équipée d’un GPS
  • Lecture des battements par minute facile

Les moins :

  • La batterie se décharge rapidement. On doit la recharger tous les jours, ce qui rend difficile le suivi de sommeil.
50 idées cadeaux pour adoucir notre quotidien