NOUVELLES
09/08/2019 14:15 EDT

Une campagne de vaccination contre la rage du raton laveur en Montérégie

L’appât vaccinal a l’apparence d’un gros ravioli vert olive sert à immuniser les ratons laveurs, les mouffettes et les renards.

Dahrs via Getty Images

Un épandage d’appâts vaccinaux aura bientôt lieu en Montérégie afin de maintenir l’immunisation des ratons laveurs, des mouffettes et des renards contre la rage du raton laveur.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs procédera à l’opération du 17 au 29 août. Selon le territoire visé, l’épandage sera fait par avion ou à la main.

Ainsi, du 16 au 19 août inclusivement, des avions voleront à basse altitude particulièrement au-dessus des régions boisées pour larguer quelque 175 000 appâts vaccinaux. En tout, 32 municipalités de la Montérégie seront visées.

Du 20 au 29 août, l’épandage manuel se déroulera principalement dans les régions à vocation agricole ou près des résidences. Ces lieux incluent les zones boisées, les berges des cours d’eau ou les abords des poubelles dans 36 municipalités.

Un appât attrayant 

L’appât vaccinal a l’apparence d’un gros ravioli vert olive. Il mesure environ 4 cm sur 2 cm sur 1 cm. Il est très solide car il a été conçu pour résister à l’impact d’un largage aérien.

L’appât vaccinal doit être perforé pour répandre le liquide vaccinal qu’il contient, ce que l’animal sauvage fait en le croquant.

Le ministère recommande aux gens d’éviter de manipuler les appâts vaccinaux bien qu’ils soient très sécuritaires.

Si des personnes entrent en contact avec un appât vaccinal brisé, elles doivent se laver les mains et la partie du corps qui est entrée en contact avec l’appât avec de l’eau et du savon. Elles sont aussi invitées à composer le numéro de téléphone qui apparaît au dos de l’appât ou d’appeler Info-Santé au 811.

Les gens sont aussi invités à signaler aux autorités la présence de ratons laveurs, de mouffettes et de renards morts ou qui semblent désorientés, blessés, anormalement agressifs ou paralysés.

À VOIR AUSSI: Aux États-Unis, la santé des animaux de compagnie n’a pas de prix.