Vivre

La moitié des milléniaux canadiens s'endettent pour suivre leurs amis

Un sondage révèle que les jeunes s'endettent majoritairement par peur de passer à côté d'une activité mémorable ou d'être jugés.
50% des jeunes Canadiens interrogés par Credit Karma ont affirmé avoir contracté des dettes pour suivre le rythme de vie de leurs amis.
50% des jeunes Canadiens interrogés par Credit Karma ont affirmé avoir contracté des dettes pour suivre le rythme de vie de leurs amis.

Le syndrome du FOMO («fear of missing out») semble avoir atteint de nouveaux sommets: la moitié des jeunes au pays ont contracté des dettes pour suivre leurs amis, selon un sondage effectué par l'entreprise Credit Karma.

Le sondage, réalisé auprès de 1050 Canadiens âgés entre 18 et 38 ans, révèle aussi que 56% des jeunes qui se sont endettés pour sortir avec leurs amis l'ont fait pour acheter de la nourriture, alors que 41% d'entre eux l'ont fait pour acheter entre deux et quatre boissons alcoolisées. Près du tiers des répondants (31%) ont contracté des dettes pour voyager avec leurs amis. Et 34% des jeunes interrogés disent se sentir contraints par des amis ou des situations sociales de dépenser de l'argent au moins une fois par mois.

Voici les montants dépensés par les répondants qui se sont endettés pour suivre leurs amis, selon un sondage réalisé par Credit Karma.
Voici les montants dépensés par les répondants qui se sont endettés pour suivre leurs amis, selon un sondage réalisé par Credit Karma.

Des résultats que le directeur général de Credit Karma Canada trouve préoccupants, mais pas nécessairement surprenants.

«Nous avions fait le même sondage aux États-Unis, et nous avions eu des résultats similaires : 39% des jeunes disaient s'être endettés pour suivre leurs amis, affirme Ray Philipose. Disons que je m'attendais à ce que les résultats se ressemblent, mais je ne croyais pas que le pourcentage serait encore plus élevé ici, au Canada (50%).»

Une donnée est particulièrement inquiétante, selon M. Philipose: 63% de ceux qui se sont endettés pour suivre leurs amis ont gardé leur dette secrète auprès d'eux.

«Ça témoigne de la honte reliée au fait de parler de sa santé financière, souligne-t-il. Alors qu'en fait, c'est important de ne pas éviter cet aspect de notre vie, et de prendre des moyens pour l'améliorer. En améliorant notre cote de crédit, on a accès à de meilleurs produits financiers.»

Le syndrome «Fear of missing out»

  • Selon le sondage de Credit Karma, près de la moitié des jeunes qui se sont endettés (49%) ont dit l'avoir fait parce qu'ils craignaient de ne pas participer à quelque chose qui les exclurait des événements futurs
  • Un pourcentage égal (49%) de jeunes ont déclaré qu'ils ne voulaient pas rater quelque chose comme une expérience unique ou nouvelle
  • Près de la moitié (45%) ont déclaré qu'ils ne voulaient pas être perçus comme des étrangers
  • 34% ne voulaient pas perdre leurs amis
  • 29% avaient peur d'être jugés

Angela Iermieri, planificatrice financière au Mouvement Desjardins, n'a pas non plus été étonnée par les résultats de ce sondage. Cela suit la tendance de la population en général, qui est très endettée.

«On essaie de mieux connaître la clientèle des milléniaux, et ce sont des données qui ressortent assez souvent: ils sont déchirés entre vivre le moment présent et épargner pour l'avenir», affirme-t-elle.

Desjardins essaie par plusieurs moyens d'aller à la rencontre de cette génération (sur le web, sur les réseaux sociaux, sur les campus universitaires), puisque rares sont les jeunes milléniaux qui consultent un planificateur financier, malheureusement.

«Ils pensent qu'ils n'ont pas assez d'actifs, qu'ils ne sont pas rendus là, précise Mme Iermieri. Alors qu'ils devraient le faire, c'est souvent une bonne première étape quand on entre sur le marché du travail, c'est un bon moment pour recevoir des conseils, pour créer de bonnes habitudes de crédit et d'épargne qui leur profiteront pour le reste de leur vie financière.»

Quelques conseils pour jeunes endettés

» Choisir des activités à petit coût

Il est possible de réduire ses dépenses sans s'isoler de ses amis. Vous pouvez par exemple passer la soirée chez un ami au lieu de sortir dans un restaurant ou un bar, ou alors aller vous rendre dans un parc.

» Être honnête à propos de ses finances

En proposant des activités à coût réduit à vos amis, peut-être devrez-vous également leur faire part de votre situation financière. Et peut-être que vous découvrirez que vous n'êtes pas le ou la seul(e) à avoir des contraintes financières. En partageant votre situation (nul besoin d'entrer dans les détails), peut-être que tout le monde sera plus à l'aise finalement, note Ray Philipose, de Credit Karma.

» Laisser sa carte de crédit à la maison

L'idéal, ce serait de toujours payer comptant, avance Angela Iermieri, du Mouvement Desjardins. Mais évidemment, cela peut-être complexe, de nos jours: on a souvent besoin d'une carte. La planificatrice financière propose de se munir d'une carte de crédit pré-payée, par exemple, ce qui nous impose une limite de dépenses. Attention, toutefois: ces cartes ne sont pas acceptées par tous les commerçants (n'est-ce pas, P-O Beaudoin?). Il est aussi possible, chez Desjardins, de recevoir une alerte lorsque votre compte de débit ou de crédit atteint une certaine limite, pour vous avertir que votre budget de dépense est sur le point d'être dépassé.

» Rembourser ses dettes (évidemment), une à la fois

Ça semble évident, mais nous vous le rappelons quand même: quand on a des dettes, il faut prioriser le remboursement pour éviter de payer davantage de frais. Angela Iermieri conseille de commencer par les plus petites dettes. «Ça donne le sentiment du devoir accompli, c'est satisfaisant, et ensuite, on est prêt à passer à la suivante!»