NOUVELLES
23/02/2020 15:59 EST | Actualisé 23/02/2020 16:03 EST

Des milliers d'abeilles attaquent la police et les pompiers à Pasadena

Les premiers répondants d'un appel au 911 en Californie ont été accueillis par 30 000 à 40 000 abeilles agressives.

Un appel au 911 pour une personne qui s’était fait piquer par une abeille à Pasadena, en Californie, a vivement dégénéré: les premiers répondants, y compris les pompiers et la police, ont été attaqués par un essaim agressif d’environ 30 000 à 40 000 abeilles. Plusieurs personnes ont été emmenées à l’hôpital.

Jeudi, vers 16 heures, quelqu’un a appelé le 911 au sujet d’une personne piquée par une abeille près du Pasadena City College, a rapporté le Los Angeles Times. Si une seule personne avait été piquée au moment de l’appel, l’appelant a observé «plusieurs abeilles dans les environs» et a eu l’impression que les choses pourraient se détériorer, a déclaré la porte-parole du service d’incendie de Pasadena, Lisa Derderian, au HuffPost américain.

Le premier pompier arrivé sur les lieux a immédiatement «commencé à être attaqué par les abeilles», a déclaré Derderian, notant que le nombre d’abeilles autour de lui à ce moment-là était absolument énorme.

«L’appel sur la radio disait: “Il y a un essaim d’abeilles d’un bloc (de long)”», a-t-elle déclaré.

La première pensée du pompier a été de retourner dans le véhicule pour se mettre à l’abri, mais il s’est ensuite souvenu que son partenaire resté à l’intérieur était allergique aux abeilles; toutes les abeilles qui allaient le suivre pouvaient donc constituer une menace mortelle pour lui. Coincé à l’extérieur, il a finalement subi de 15 à 20 piqûres d’abeilles, a déclaré Derderian.

Le service d’incendie a appelé la police pour établir un périmètre de sécurité autour de la zone bourdonnante d’abeilles et les policiers qui ont répondu à l’appel ont également commencé à se faire piquer. Les répondants ont utilisé des extincteurs à mousse et à CO2 pour disperser les abeilles. Certaines d’entre elles ont été tuées, bien que Derderian ne sache pas combien.

«Nous avons essayé de faire de notre mieux pour les encourager à s’envoler et à se disperser», a déclaré Derderian, ajoutant que la «sécurité publique» était leur principale préoccupation.

Un apiculteur appelé sur les lieux a retiré la ruche, qui avait été repérée entre l’avant-toit et le toit d’un hôtel, de sorte que les abeilles restantes ne reviendraient pas et s’installeraient probablement dans un autre endroit.

L'appel sur la radio disait: «Il y a un essaim d'abeilles d'un bloc (de long).»Lisa Derderian, porte-parole du service d'incendie de Pasadena

«Nous travaillons souvent avec un apiculteur», a déclaré Derderian. «Rien de l’ampleur que nous avons connue l’autre jour... C’était plus comme une scène de film.»

Au total, deux pompiers, un officier de police et deux civils se sont rendus à l’hôpital pour y recevoir des soins, a déclaré Derderian. Elle a ajouté que d’autres personnes ont été piquées mais ont refusé toute assistance médicale.

Un apiculteur appelé sur les lieux a estimé qu’il y avait entre 30 000 et 40 000 spécimens de ce qu’il pensait être des abeilles «africanisées» - un terme souvent utilisé pour désigner un hybride entre les abeilles africaines et européennes. Alors que les abeilles africanisées sont généralement plus agressives que les autres types d’abeilles, la BBC note que certains reportages exagèrent le danger qu’ils représentent - ainsi que leur surnom d ’«abeille tueuse».

«Le terme donne l’impression que ces abeilles sont là pour tuer, alors qu’elles défendent leur ruche», a expliqué l’entomologiste Bert Rivera-Marchand au média.

Derderian a déclaré que des agents seraient de retour à l’hôtel pour vérifier si des abeilles vivaient toujours dans les murs.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: Voici le premier influenceur… chez les abeilles!