DIVERTISSEMENT
08/12/2019 21:34 EST | Actualisé 09/12/2019 10:33 EST

Mike Ward règle ses comptes au gala Les Olivier

«Voyons! Voir que ça pourrait arriver dans un pays libre, on n’est pas en Chine ou en Arabie saoudite?»

Paméla Lajeunesse
Mike Ward a reçu quatre trophées, dont celui de l'Olivier de l'année.

En montant sur scène pour cueillir son Olivier d’auteur de l’année, Mike Ward n’a pas pu s’empêcher d’aborder le fait qu’il a perdu en Cour d’appel cette semaine contre Jérémy Gabriel.

«Je veux remercier tous ceux qui m’ont envoyé des messages de soutien dans les derniers jours... Je vous trouve naïfs!» a-t-il lancé, ajoutant que «c’est clair que c’est un stunt pour gagner l’Olivier de l’année».

«Voyons! Voir que ça pourrait arriver dans un pays libre, on n’est pas en Chine ou en Arabie saoudite? Tu penses-tu que Justin Trudeau, Capitaine Blackface, laisserait passer ça?» a-t-il continué. 

Il a ensuite affirmé qu’il avait écrit un petit discours sur la liberté d’expression, mais qu’il le gardait pour la fin de la soirée, si jamais il gagnait l’Olivier de l’année, déterminé par le vote du public.

Trois autres prix

Il a pu poursuivre son discours un peu plus tard, puisqu’il a effectivement raflé ce prix (en plus de celui de spectacle de l’année et celui du podcast de l’année).

«On a le droit de rire de tout, la seule chose qui devrait compter, c’est le contexte et l’intention», a-t-il affirmé.

À voir: le discours de Mike Ward


«Est-ce que la joke a été faite dans le but de faire rire ou dans le but de blesser? Si c’est pour faire rire sur un stage, on ne devrait plus en parler. C’est pour ça que je veux me rendre en Cour suprême. C’est l’idée d’avoir le droit de faire ce genre d’humour-là.»

Il a également souligné que ce sont les médias, et non lui, qui ont fait preuve d’acharnement, en énumérant combien de fois chaque média avait parlé de son fameux numéro.

Il a ensuite ajouté que l’humour noir est un art. Et il a terminé en expliquant que si le canari était utilisé autrefois pour alerter les travailleurs des mines quand ils devaient sortir, on dit aujourd’hui aux États-Unis que «le stand-up est le canari de la liberté d’expression».

«Ça veut dire qu’on va tous avoir de la misère bientôt. SI tu ne le réalises pas encore, il va être trop tard, bientôt.»

Mike Ward a ensuite été chaleureusement applaudi par la foule, créant même le «premier rappel de l’histoire des Olivier», a souligné l’animateur Pierre Hébert, amusé.

Les faits reprochés à Mike Ward par le Tribunal des droits de la personne du Québec concernent un numéro que l’humoriste présentait sur scène entre 2010 et 2013, qui contenait des propos jugés discriminatoires sur le handicap du garçon. Le tribunal l’a d’abord condamné à verser en dommages-intérêts moraux et punitifs 35 000 $ à Jérémy Gabriel et 7000 $ à sa mère. La Cour d’appel a ensuite revu cette décision, retirant le montant à payer à la mère.

Mike Ward veut maintenant se rendre en Cour suprême.

À voir également: