DIVERTISSEMENT
07/02/2020 09:16 EST | Actualisé 07/02/2020 09:21 EST

Mickaël Gouin: Escouade 99, «c’est pas mal le summum de ce dont je pouvais rêver»

Le comédien se confie sur le tournage de l’adaptation – très attendue – de «Brooklyn 99».

Mickaël Gouin est un grand fan de Brooklyn 99, cette série humoristique américaine devenue culte. Inutile de dire que de décrocher le rôle du légendaire Jake Peralta – devenu Max Lemieux dans l’adaptation québécoise Escouade 99, qui verra le jour cet été sur Club Illico – était comme réaliser un rêve, pour lui. Le HuffPost Québec s’est entretenu avec le sympathique comédien, qui est en plein tournage de cette série très attendue. 

Comment ça se passe, le tournage?

Tellement bien! On trippe vraiment beaucoup. Patrick [Huard, le réalisateur] est arrivé au début avec une méthode un peu particulière. Il nous a dit: “Je veux pas que vous appreniez trop votre texte, je ne veux pas que vous répétiez. Je veux que ça reste vivant, et que vous improvisiez.” 

Ça donne tout un terrain de jeux!

Ça nous oblige à rester sur le qui-vive. Ça donne un peu une genre de game d’impro structurée, c’est ben hot

Et comment c’est, être dirigé par Patrick Huard?

C’est ma plus belle expérience de direction! J’ai une belle complicité avec Pat – il faut dire que j’avais déjà travaillé avec lui, il a produit les premières web séries que j’ai écrites. 

Il vient souvent nous prendre à part nous dire un petit secret, pour faire une surprise à notre partenaire de jeu. Il va nous faire rajouter une joke, juste pour faire réagir l’autre, pour le déstabiliser et avoir une réaction vraiment naturelle. Ça m’est arrivé quelques fois avec Mylène [Mackay, qui joue Fanny, le pendant québécois d’Amy Santiago]! 

Est-ce que ça te stresse, de jouer le rôle principal de cette adaptation? D’être en proie aux comparaisons…?

En fait, ça ne me stressait pas tellement, j’étais plutôt très heureux! C’est sûr que tu ne veux pas scrapper Brooklyn... Mais notre objectif, c’est de se l’approprier, et de faire un show principalement pour ceux qui n’ont jamais écouté cette série-là… On le fait pour que ça devienne un show québécois.

 

Est-ce que tu crois que les fans de la série originale y trouveront quand même leur compte?

Oui, je pense! Moi, je suis un fan pur et dur, et je ris très fort sur le plateau. 

C’est sûr qu’il y aura des gens qui vont avoir envie de chialer, qui n’attendent que ça… mais on ne le fait pas pour eux! 

 

Est-ce que la version québécoise ressemblera beaucoup à l’originale?

On a à peu près les mêmes textes, à 90%. On ajoute certaines choses, mais on reste proches de ce que c’est déjà. NBC [qui diffuse actuellement la septième saison de Brooklyn 99] nous a donné carte blanche. 

L’esthétique est plus travaillée, je dirais que ça fait plus «série» que «sitcom». Les cascades, les arrestations et les bagarres sont jouées de manière plus vraie, moins burlesque que dans la série originale.

T’sais, mine de rien, c’est vraiment des estis de bons policiers (rires)! Ils sont caves, ils sont nonos, c’est une famille dysfonctionnelle... mais ce sont de vrais bons policiers! Les scènes d’action sont vraiment hot.

Mais deux minutes après, dès qu’on se met à parler, c’est niaiseux.

Mais pour Patrick, l’objectif, c’est de créer une famille qui a l’air réelle, qu’il y ait un réel esprit de groupe. C’est ca qui est le fun. Après ça, si c’est drôle, tant mieux. Mais il veut d’abord et avant tout que cette gang-là existe, et je pense qu’on réussit à le faire.

Quel est ton personnage préféré, dans Brooklyn 99?

C’est sûr que je vais te dire Jake Peralta! C’est celui qui me ressemble le plus. Ce que j’aime dans ce personnage, c’est la dualité entre le “cool cop”, le bon policier performant, et le gars vraiment niaiseux, l’adolescent… C’est vraiment un petit con (rires)! Je me retrouve vraiment beaucoup dans ce contraste-là. 

Le personnage de Gina [interprété dans la version québécoise par Léane Labrèche-Dor, son amoureuse] et celui du commandant qui n’a pas d’émotions [Widemir Normil, ici] me font aussi beaucoup tripper!

On te voit aussi dans En tout cas, un autre beau projet qui t’a fait connaître du grand public... 

Oui, ça dépend pour qui. Certaines personnes m’ont découvert avec SNL Québec, d’autres avec Hubert et Fanny.

Mais, oui, on a vraiment beaucoup de fun, là-dessus aussi. En ce moment, c’est la troisième saison [à TVA], et si tout va bien, ça devrait revenir pour une quatrième saison. L’intérêt est là pour tout le monde, les chiffres sont là…

 

Est-ce qu’il y a un projet ou un rôle de rêve que tu aimerais faire?

Je t’avoue que jouer Jake, c’est pas mal le summum de ce dont je pouvais rêver. Faire une adaptation de Brooklyn, c’était pas mal un rêve. Ça regroupe pas mal tout ce que j’aime: une comédie de police, des cascades, des guns, travailler avec Pat et avec toute cette équipe-là – on n’a pas parlé de Guy Jodoin, mais c’est un moyen niaiseux, ce gars-là (rires)! 

Sinon, moi, je viens beaucoup de Dans une galaxie près de chez vous, que j’écoutais quand j’étais plus jeune. J’avoue que j’aimerais beaucoup faire quelque chose du genre. J’avais l’impression que c’est ce qu’on était en train de faire, avec Le camping de l’ours, à Vrak, mais ça s’est arrêté après une saison.

Aussi, j’avoue que j’aimerais beaucoup faire un film sportif, dans lequel je jouerais un sportif de haut niveau... C’est juste que là, je commence à être vieux pour ça!

Mais faire des cascades et jouer les policiers, c’est ce qui me fait tripper en ce moment!

Escouade 99, qui met également en vedette Guy Jodoin, Mylène Mackay, Widemir Normil, Bianca Gervais, Léane Labrèche-Dor, Jean-Marc Dalphond et Louis Champagne, devrait être disponible sur Club illico à l’été 2020.