BIEN-ÊTRE
13/05/2019 16:43 EDT | Actualisé 14/05/2019 11:08 EDT

Mélanome : avez-vous le cancer de la peau?

Le mois de mai est consacré à la sensibilisation au mélanome.

ChesiireCat via Getty Images

Vous avez ce grain de beauté d’une drôle de couleur qui vous fatigue depuis un moment? Il pourrait s’agir d’un mélanome, le cancer de la peau le plus fréquent et le plus mortel. À l’occasion de la Journée mondiale du mélanome, on vous donne des pistes pour le dépister à la maison.

Si une personne meurt d’un mélanome toutes les heures en Amérique du Nord, et que son incidence a plus que triplé au cours des 30 dernières années, il reste l’un des cancers avec le taux de guérison le plus élevé, avec plus de 85% selon les données du Réseau mélanome Canada.

Mais les médecins sont unanimes : pour le guérir, vaut mieux le diagnostiquer tôt. Pour ce faire, la méthode ABCDE reste la plus répandue.

  • A comme Asymétrie: une tache est douteuse si elle présente une lésion asymétrique
  • B comme Bords: une tache est douteuse si elle présente une bordure irrégulière, encochée, délimitée par rapport à la peau environnante
  • C comme Couleur: une tache est douteuse si sa couleur n’est pas homogène. Cela peut aller du brun clair au noir foncé, ou être des zones blanches où le pigment a disparu, des zones rouges inflammatoires ou des zones cicatricielles bleutées
  • D comme Diamètre: une tache est douteuse si son diamètre est supérieur à 6 millimètres.
  • E comme Évolution: une tache est douteuse si elle est évolutive dans sa taille (la lésion s’élargit) ou si sa couleur ou son épaisseur changent
Réseau mélanome Canada

Le président de l’Association canadienne de dermatologie (ACD), Dr. Neil Shear, avoue que l’ABCDE «n’est pas parfaite», mais que ça aide «à attirer l’attention des gens vers une condition atypique ou inhabituelle» de leur peau. Pour lui, tout le monde devrait étudier sa peau de la tête au pied régulièrement.

« Nous insistons sur la nécessité de consulter votre dermatologue dès que vous remarquez des changements inquiétants sur votre peau», ajoute-t-il.

Les facteurs de risque :

- Brûlures sévères avec cloques avant l’âge de 20 ans

- Des cheveux roux ou blonds et des yeux bleus

- Une peau qui a tendance à brûler

- Antécédents familiaux ou personnels de mélanome ou d’autres cancers de la peau

- Une peau pâle avec des taches de rousseur

- Grains de beauté atypiques avec une couleur et une forme inhabituelle

- Plus de 50 grains de beauté sur votre corps

- Exposition aux rayons UV — notamment le soleil et les sources d’UV artificielles (lits de bronzage, lampes solaires)

Source : Réseau mélanome Canada

Un pays amnésique?

L’ACD profite du mois de la sensibilisation au mélanome pour pointer la méconnaissance et l’indifférence des Canadiens par rapport à la protection solaire. 

Le plus récent sondage annuel réalisé en ligne par leur association dévoile que seulement deux Canadiens sur dix utilisent de l’écran solaire tous les jours. Pire : il relève une augmentation importante du pourcentage de la population qui croit encore qu’il faille prendre un coup de soleil pour obtenir un beau bronzage (23% en 2018, contre 17% en 2017).

« Cet écart entre les connaissances et le comportement concernant certaines mesures de protection solaire est préoccupant pour les dermatologues, affirme Dre Jennifer Beecker, présidente nationale du Groupe de travail de l’ACD sur la prudence au soleil. Alors que nous nous préparons pour les mois d’été, pendant lesquels les Canadiens passent plus de temps à l’extérieur et augmentent leur exposition aux rayons ultraviolets (UV) du soleil, notre profession veut sensibiliser les gens aux pratiques sécuritaires au soleil et dissiper certaines idées fausses courantes. »

L’ACD a également constaté que 60% des Canadiens croyaient à tort qu’une exposition au soleil sans écran était nécessaire pour que le corps absorbe la vitamine D. Or, le système est capable d’emmagasiner tout le nécessaire à son bon fonctionnement même si notre peau est couverte d’écran solaire.

Les bons gestes à adopter pour éviter le mélanome
  • Rechercher de l’ombre entre 11 h et 15 h.
  • Portez des vêtements de protection, un chapeau à large rebord et des lunettes de soleil anti-UV.
  • Porter un écran solaire dont le facteur de protection solaire (FPS) est d’au moins 30.
  • La détection précoce est essentielle à la prévention. Il faut inspecter régulièrement sa peau et consulter un dermatologue certifié si l’on détecte une lésion suspecte.
À voir aussi :