NOUVELLES
20/01/2021 08:23 EST | Actualisé 20/01/2021 08:25 EST

Melania Trump ne fera pas visiter la Maison-Blanche à Jill Biden, bafouant la tradition

Les premières dames avaient l'habitude de s'accueillir ainsi depuis un siècle.

Alex Wong/Getty Images
Melania Trump se retrouve sous le feu des critiques puisqu'elle n'offrira pas à Jill Biden une première visite de sa nouvelle demeure.

La première dame des États-Unis, Melania Trump, a exhorté les Américains à «être meilleurs» pendant ses années à la Maison-Blanche. Mais sa décision de ne pas respecter la tradition centenaire d’accueillir chez elle sa successeure a ramené à l’avant-plan sa campagne anti-intimidation pour les mauvaises raisons.

 

Ashley Biden a révélé que Melania n’avait pas encore contacté sa mère, la nouvelle première dame Jill Biden, dans une interview accordée mardi à NBC. Il est de coutume pour les premières dames d’inviter la suivante le jour de l’inauguration, une transition symbolique qui se déroule depuis les années 1920, rapporte The Wrap.

«Je ne pense pas qu’ils appliquent le protocole traditionnel, ce qui est malheureux», a déclaré Biden à NBC, qui a noté que sa famille était «correcte avec ça».

Comme le mentionne le Washington Postces tournées pavent parfois la voie à des amitiés entre premières dames.

Même celles en mauvais termes - comme Jackie O et Mamie Eisenhower, ou Nancy Reagan et Barbara Bush - ont toujours participé à la tradition.

Melania elle-même avait été accueillie par Michelle Obama, qui avait confié en novembre dernier, dans un post Instagram, à quel point il avait été difficile pour elle de surmonter ses problèmes personnels avec les «mensonges racistes» de Donald Trump sur son mari pour remplir son devoir.

«Donald Trump avait répandu des mensonges racistes sur mon mari qui avaient mis ma famille en danger. Ce n’était pas quelque chose que j’étais prête à pardonner, a-t-elle écrit. Mais je savais que, pour le bien de notre pays, je devais trouver la force et la maturité pour mettre ma colère de côté.»

Les Obama avaient eu une expérience chaleureuse et positive lors de leur propre accueil à la Maison-Blanche, via la famille Bush. Bien que les présidents sortant et entrant appartenaient aussi à des partis politiques opposés, leurs enfants avaient joué ensemble et les filles de Bush avaient écrit une lettre remplie de conseils pour les filles d’Obama.

 

L’ironie de Melania Trump snobant Jill Biden, tout en appelant les Américains, dans son discours d’adieu, à «être meilleurs» («Be Best»), n’est pas passée inaperçue sur Twitter.

Dans cet esprit d’unité, Melania Trump refuse de tendre la main à la première dame Dre Jill Biden.

Melania Trump a brisé la tradition en n’invitant PAS la nouvelle première dame à la Maison-Blanche.

Ce n’est pas vraiment «être meilleur», n’est-ce pas?

Quelle partie de «être meilleur» veut dire de ne pas rencontrer Jill Biden?

Michelle Obama avait gracieusement reçu Melania Trump à la Maison-Blanche après l’élection de 2016 pour assurer une transition en douceur.

Melania Trump n’a absolument rien fait pour Dre Jill Biden.

Certaines personnes donnent, d’autres prennent.

 

Melania Trump a également omis de mentionner Biden dans son discours d’adieu; une omission moins significative sur le plan historique, mais qui demeure notable.

Heureusement, en tant que conjointe d’un ancien vice-président, Jill Biden est déjà familière avec la demeure.

Cette controverse de fin de son mandat n’aidera certainement pas Melania à se sortir de sa position de première dame la plus détestée de l’histoire des sondages et de propriétaire d’un compte Twitter personnel que beaucoup ont dit ne pas avoir l’intention de suivre dorénavant.

Elle est également devenue la cible de blagues sur les changements de designs intérieur et extérieur qu’elle a apportés à la renommée résidence. Plusieurs espèrent que la transformation de la roseraie «stérile» de Melania sera repensée, notamment.

 
 


Et qui pourrait oublier ses fameux sapins de Noël dignes d’un film d’horreur?

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: À Paris, le musée Grévin a déjà retiré Trump