Les meilleurs matériaux à utiliser pour fabriquer un masque maison, selon une nouvelle étude

N'utilisez pas des foulards.

Après que l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a reconnu que le port d’un masque peut aider à stopper la propagation de la COVID-19, les Canadiens se sont empressés de commencer à fabriquer leurs propres masques ou de les acheter auprès d’entreprises locales qui vendent des masques à mesure que la demande augmente.

Le 6 avril, la Dre Tam a déclaré que les Canadiens pouvaient utiliser des masques non médicaux, en plus de mettre en pratique les mesures de distanciation sociale pendant qu’ils étaient à l’extérieur.

«Le port d’un masque non médical est une mesure supplémentaire que vous pouvez prendre pour protéger les autres autour de vous», a déclaré Mme Tam. «[Un masque non médical] peut réduire le risque que vos gouttelettes respiratoires entrent en contact avec d’autres ou atterrissent sur différentes surfaces.» Tam a réitéré que le port d’un masque facial ne protège pas la personne qui le porte.

Pour ceux qui désirent créer le leur, une nouvelle étude portant sur les meilleurs et pires matériaux à utiliser pour les masques maison vient d’être publiée.

Smart Air, une entreprise sociale certifiée B-Corp qui fait la promotion de filtres à air économiques comme solution à la pollution particulaire de l’air intérieur a publié les résultats de sa dernière recherche sur les matériaux de masques faciaux faits maison. Dans le cadre de celle-ci, ils ont testé plus de 30 matériaux différents ― y compris des coussins de soutien-gorge, des filtres à café, des taies d’oreiller, des chiffons électrostatiques, des t-shirts en coton, de la laine, des draps, du polyester, des bandanas et plus ― pour leur efficacité à filtrer les microparticules de la taille d’un coronavirus, ainsi que leur respirabilité.

Ces deux facteurs sont essentiels, car bien que certains matériaux puissent être testés pour la filtration, ils obtiennent un mauvais résultat pour ce qui est de la respirabilité ― un masque dans lequel vous ne pouvez pas réellement respirer n’est pas vraiment utile à personne.

Parmi les points clés à retenir: les foulards sont parmi les matériaux les moins efficaces, tandis que le denim, le canevas (toile en coton) et les serviettes en papier étaient parmi les meilleurs.

(De gauche à droite et de haut en bas) Denim, draps, essuie-tout, canevas (toile en coton), serviette d'atelier
(De gauche à droite et de haut en bas) Denim, draps, essuie-tout, canevas (toile en coton), serviette d'atelier

De quelle façon les tests ont-ils été effectués?

Smart Air cherchait à imiter la configuration de test utilisée par les chercheurs de l’Université de Cambridge, connue sous le nom d’appareil Henderson, dans laquelle un ventilateur souffle de l’air et des particules à travers le matériau du masque. L’équipe a testé la capacité des matériaux à filtrer les particules de grande taille (1 micron, similaire à la taille du virus Ebola) et de petite taille (0,3 micron, la taille du virus de la variole) et leur facteur de respirabilité. À titre de référence, les particules de coronavirus COVID-19 mesurent entre 0,06 et 0,14 microns, mais entre 5 et 10 microns lorsqu’elles sont en gouttelettes.

Les tests ont été effectués pour clarifier certains mythes à propos des meilleurs masques faciaux pour la santé publique. Smart Air avait déjà publié des données avant que la COVID-19 n’atteigne son apogée, mais la société a déclaré que les résultats étaient «incomplets». Au cours des dernières semaines, la compagnie a testé certains matériaux usuels que l’étude précédente avait omis, ainsi que des variables telles que le nombre de fils au pouce carré.

«Il y a une énorme demande d’informations dans le monde entier sur ce qui rend un masque facial fait maison sécuritaire et efficace, mais il y a aussi beaucoup de peur et de désinformation», a déclaré le PDG de Smart Air et ingénieur aéronautique Paddy Robertson, dans un communiqué de presse.

«En publiant ces données et en continuant à être totalement transparent sur notre méthodologie, nous espérons aider les individus, les institutions et même potentiellement les gouvernements à prendre des décisions éclairées à propos de la bonne façon de créer des masques faciaux qui les protégeront réellement.»

Les filtres à café ne sont plus recommandés pour des masques faits maison

La nouvelle étude a démontré que bien que les filtres à café soient extrêmement efficaces pour filtrer les microparticules, ils obtiennent un très mauvais résultat sur l’échelle de respirabilité, les éliminant de la liste des matériaux recommandés pour la fabrication de masques faits maison.

«Les filtres à café, bien que très efficaces pour filtrer les particules de la taille d’un virus, ne feront pas de bons masques», a déclaré Robertson dans le communiqué. «Il est tout simplement trop difficile de respirer à travers ceux-ci.»

Les foulards échouent au test

«La suggestion de Trump d’utiliser des foulards comme masques faciaux n’est peut-être pas le meilleur choix», a déclaré Robertson. «Nos tests ont démontré que les trois écharpes que nous avons testées obtenaient un résultat systématiquement faible à propos de leur capacité à capturer de minuscules particules. Peut-être que Trump devrait regarder nos données et en informer le grand public.»

(De gauche à droite) Des foulards en laine mérinos, en cachemire et en ramie
(De gauche à droite) Des foulards en laine mérinos, en cachemire et en ramie

Les trois foulards testés ― en laine mérinos, cachemire et ramie légère (similaire au lin) ― ont tous capté moins de 10% des particules d’une grosseur similaire à celles de la variole. Le pire matériau de foulard ― 100% ramie ― n’en filtrait que 2,8%.

Les meilleurs matériaux pour les masques maison

Sur la base d’une combinaison entre la respirabilité et l’efficacité à filtrer les particules, l’étude a recommandé le denim, les draps de lit (80-120 fils au pouce), les serviettes en papier, la toile (0,4-0,5 mm d’épaisseur) et les serviettes d’atelier pour fabriquer des masques maison.

Gardez cependant à l’esprit que les serviettes en papier ne sont ni lavables ni réutilisables.

La toile en canevas de 0,4 à 0,5 mm d’épaisseur est classée comme ayant une meilleure respirabilité qu’un masque chirurgical, tout en restant assez performante en ce qui a trait à la filtration des particules. Mais si vous n’avez pas de tissus épais à votre disposition, les données de l’étude ont démontré que les t-shirts 100% coton superposés sont également des options efficaces pour les masques faits maison.

En général, les matériaux naturels sont de meilleures options que les matériaux synthétiques. Étant donné que les fibres synthétiques (comme le polyester) ont tendance à être lisses, elles ne filtrent pas les particules aussi bien que les fibres naturelles (comme le coton à 100%), qui ont une texture plus rugueuse.

Que se passe-t-il lorsqu’on utilise plusieurs couches d’un matériau?

De nombreux masques maison incorporent au moins deux couches de tissu, et parfois jusqu’à 16 voire 32 couches. Alors, comment cela augmente-t-il l’efficacité du matériau?

Les tests de cette étude ont été effectués sur une et deux couches. Robertson a déclaré au HuffPost: «Le fait de doubler les couches a augmenté l’efficacité de 0,3 micron de 2% à 15%, tout en réduisant la respirabilité. Il est difficile de donner une “formule” exacte pour chaque matériau sur la façon dont le fait de doubler les couches augmente l’efficacité, car la résistance à l’air joue un rôle majeur. Nous voulons cependant y travailler.»

Robertson a déclaré que Smart Air prévoit poursuivre ses recherches et publier une troisième édition de l’étude avec plus d’informations sur la superposition des matériaux.

Les meilleurs matériaux pour bloquer les particules de grande taille

La majorité des matériaux testés dans le cadre de l’étude de Smart Air ont bloqué plus de 50% des particules de 1 micron, mais certains des matériaux les moins performants étaient le foulard en laine, le bandana (100% coton) et le foulard léger (gardez à l’esprit que ceux-ci ont chacun été testés en une seule couche ― l’ajout de couches supplémentaires augmente légèrement le nombre de particules pouvant être bloquées).

«Les matériaux qui filtrent le mieux les particules de 1,0 micron de la taille du virus Ebola»
«Les matériaux qui filtrent le mieux les particules de 1,0 micron de la taille du virus Ebola»

Les meilleurs matériaux pour bloquer les particules de petite taille

Pour les particules de 0,3 micron, les recherches de Smart Air ont révélé «un éventail beaucoup plus large en termes d’efficacité». Le masque N95, le filtre HEPA et le masque chirurgical ont obtenu les meilleurs résultats, capturant tous plus de 75% des petites particules. Mais en termes de matériaux domestiques, ceux qui bloquaient le mieux les particules étaient les filtres à café de marque Hero. Dans l’étude, seuls quatre autres matériaux ont filtré plus de 48% des petites particules: le nylon 40D, le filtre à café Chemex, le torchon et la toile.

«Huit matériaux de masques maison ont filtré plus de 45% des particules de 0,3 micron»
«Huit matériaux de masques maison ont filtré plus de 45% des particules de 0,3 micron»

Selon l’étude, «certains matériaux n’étaient que légèrement mieux que rien du tout». Le bandana, le cache-cou, les foulards, les chiffons de nettoyage et les t-shirt 100% coton (une couche) ont tous capté moins de 10% des petites particules.

Peu importe la composition de votre masque, assurez-vous de le porter de manière responsable

Quel que soit le matériau à partir duquel vous choisissez de fabriquer votre masque, et quelle que soit la manière avec laquelle vous choisissez de le fabriquer ― couture, sans couture, pliage ― ce n’est pas une protection garantie contre la COVID-19.

Les masques ne remplacent pas la distanciation sociale. Si les masques faits à la maison peuvent être utiles lorsque vous êtes par exemple à l’épicerie ou à la pharmacie, où vous ne pouvez pas toujours rester à deux mètres des gens, ils ne doivent pas être utilisés en remplacement de la distanciation sociale.

Et n’oubliez pas: en couvrant votre visage en public, vous aidez les autres à demeurer à l’abri de tout ce que vous portez. Il s’agit davantage de leur protection que de la vôtre.

Avec les informations de Chloe Tejada.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: Quelques conseils pour nettoyer votre masque facial