Meghan Markle révèle avoir fait une fausse couche dans un texte poignant

«Je savais, en étreignant mon premier enfant, que je perdais mon deuxième.»

«Après avoir changé sa couche, j’ai ressenti une forte crampe», Meghan Markle comprend qu’elle fait une fausse couche en changeant Archie, en juillet dernier. C’est dans des mots poignants que Meghan se confie dans les colonnes du New York Times, ce mercredi 25 novembre.

Un texte fort et très personnel qui nous engage à être plus empathique en cette période dure et sans précédent.

Casser un tabou

«Après avoir changé sa couche, j’ai ressenti une forte crampe. Je me suis laissée tomber sur le sol avec lui dans mes bras, fredonnant une berceuse pour nous garder tous les deux au calme, la mélodie joyeuse contrastant fortement avec ce sentiment que quelque chose n’allait pas. Je savais, en étreignant mon premier enfant que je perdais mon deuxième.»

Les fausses couches demeurent un tabou dont on parle peu ou pas.

«Perdre un enfant signifie porter un chagrin presque insupportable, vécu par beaucoup, mais dont peu de gens parlent. Dans la douleur de notre perte, mon mari et moi avons découvert que dans une pièce de 100 femmes, 10 à 20 d’entre elles ont vécu une fausse couche».

La voie de la guérison

Dans sa chambre d’hôpital, Meghan Markle réalise que parler et s’enquérir du bien être des autres est un pas décisif vers la guérison.

Elle relate ces mots simples échangés avec un journaliste présent à l’hôpital qui lui a demandé comment elle allait. «Ma réponse spontanée semblait donner aux gens la permission de dire leur vérité. Mais ce n’est pas la réponse honnête qui m’a le plus aidée, c’est la question elle-même.»

S’intéresser aux autres, être empathique, leur demander simplement comment ils vont comme ce journaliste l’a fait.

«J’ai essayé d’imaginer comment nous guéririons», avoue-t-elle. «Lorsqu’une personne dit la vérité, cela nous autorise à faire de même. En étant invités à partager notre douleur, nous faisons ensemble les premiers pas vers la guérison», affirme-t-elle.

Le couple installé en Californie depuis le printemps dernier a vécu une année 2020 mouvementée. Leur déménagement aux États-Unis en temps de pandémie, le lancement d’un nouveau projet piraté sur la toile. Puis, depuis juillet le couple mène des poursuites judiciaires contre une agence américaine qu’ils accusent d’avoir photographié leur fils Archie dans l’intimité de leur jardin.