POLITIQUE
26/08/2019 14:16 EDT | Actualisé 26/08/2019 19:37 EDT

Panneaux retirés: Maxime Bernier se plaint de censure

Il affirme que ses opposants politiques et une «meute gauchiste» veulent étouffer les discussions sur l’immigration.

Moe Doiron / Reuters

OTTAWA - Le groupe publicitaire qui avait loué des espaces sur des panneaux d’affichage géants faisant la promotion de Maxime Bernier et de sa position contre l’«immigration de masse» soutient aujourd’hui qu’il n’a jamais approuvé cette campagne.

«Nous rejetons totalement toute sympathie ou tout soutien aux opinions exprimées par les donateurs qui ont payé et choisi le contenu de leur publicité, que nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion d’approuver», a déclaré Frank Smeenk, directeur du groupe publicitaire «True North Strong & Free Advertising Corp.», dans un courriel transmis lundi à La Presse canadienne.

Élections Canada exige que toute publicité partisane tierce indique clairement quel groupe l’a autorisée; les panneaux publicitaires de True North respectaient cette règle. Les panneaux d’affichage géants proclamaient: «Dites NON à l’immigration de masse», à côté d’une photo de Maxime Bernier et de l’appel «Votez Parti populaire». En bas de l’annonce, on pouvait lire clairement que la publicité avait été autorisée par True North Strong & Free Advertising.

Les panneaux avaient commencé à apparaître à différents endroits du pays, dans les deux langues officielles, vers la fin de la semaine dernière. Ils ont rapidement suscité une vague de critiques, notamment de la part du premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, parce qu’ils reprenaient selon eux un discours anti-immigration.

Pattison Affichage, qui est propriétaire des panneaux, a finalement annoncé dimanche que les publicités seraient retirées, affirmant n’avoir jamais voulu offenser ni aliéner qui que ce soit. Le président, Randy Otto, a ajouté que Pattison réviserait ses directives en matière de messages politiques.

L’entreprise avait d’abord déclaré que toute personne ayant un problème avec le contenu devait contacter l’annonceur. Or, même «True North Strong & Free», de Toronto, conteste maintenant le contenu du message et soutient qu’il ne devait être que la courroie de transmission.

«L’entreprise True North Strong & Free Advertising Corp. a été créée pour aider les tiers partis à faire valoir leurs points de vue avant les prochaines élections, comme un moyen novateur de participer au processus démocratique», a écrit M. Smeenk.

Bernier dénonce la censure

Selon les résultats financiers provisoires déposés par le groupe auprès d’Élections Canada, True North Strong & Free Advertising a dépensé 59 890 $ en panneaux d’affichage dans «certaines villes canadiennes». L’entreprise a également reçu 60 000 $ de Bassett & Walker International, une société spécialisée dans le commerce international de produits à base de protéines. Les messages laissés par La Presse canadienne chez Bassett & Walker n’ont pas été retournés lundi.

Quant à Frank Smeenk, qui est aussi directeur général d’une société torontoise d’exploration minière, il n’a pas immédiatement répondu aux questions de relance, lundi.

Même si ce n’est pas le Parti populaire du Canada qui avait commandé ou autorisé ces annonces, M. Bernier a déclaré dimanche lors du lancement de sa campagne nationale, en Beauce, qu’il était d’accord avec le message.

Lundi, le député libertarien a blâmé une «meute gauchiste totalitaire» pour la décision de retirer les panneaux publicitaires et il a dénoncé cette censure. Il affirme que ses adversaires politiques et une «meute gauchiste» veulent étouffer les discussions sur l’immigration et le tenir à l’écart des débats électoraux.

Le chef du Parti populaire estime que le seuil de 350 000 immigrants que le Canada accepte chaque année devrait être réduit. La plateforme du parti indique que ces seuils font gonfler le prix des logements et que les autres partis politiques utilisent «l’immigration de masse» pour acheter des votes au sein des communautés culturelles.

«Le message sur le placard n’est pas “controversé” pour les deux tiers des Canadiens qui sont d’accord, ni pour les autres qui peuvent être en désaccord mais appuient la liberté d’expression, a écrit M. Bernier sur Twitter, lundi matin. Il est controversé seulement pour la meute gauchiste totalitaire qui veut le censurer.»

La veille, il écrivait que la compagnie Pattison avait «cédé aux pressions de la meute gauchiste» en décidant de retirer les publicités «appuyant la position du PPC sur l’immigration de masse».

«Les gauchistes autoritaires veulent faire taire tous ceux qui ont des opinions différentes, écrivait-il. Ils vont échouer. Le PPC est le seul parti qui rejette l’immigration de masse et propose d’accepter moins d’immigrants mieux intégrés qui répondent à nos besoins économiques.»