POLITIQUE
11/09/2019 15:51 EDT

Maxime Bernier propose un populisme intelligent et non émotif

Il assure que le Parti populaire du Canada présentera des candidats dans les 338 circonscriptions fédérales et continue de réclamer une invitation aux débats des chefs télévisés.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne
Maxime Bernier, le chef du Parti populaire du Canada, lors du lancement de sa campagne, le 25 août dernier.

TORONTO – Maxime Bernier veut définir son nouveau Parti populaire du Canada comme celui du populisme intelligent, appuyé sur des principes et non sur les émotions.

Devant des partisans, mercredi à Toronto, il a promis de nombreuses réductions de dépenses, dont l’abolition de l’aide internationale dans le but d’équilibrer les finances du pays en deux ans s’il prend le pouvoir.

Les sondages suggèrent cependant que ce scénario est peu probable même si Maxime Bernier est convaincu que son parti va surprendre le 21 octobre.

Le chef du PPC dit avoir un programme de réforme fiscale permettant de faire économiser 35 milliards $ aux Canadiens. Il promet également de réduire le nombre d’immigrants et d’abolir le système de gestion de l’offre qui régit l’industrie laitière.

Le député de Beauce a tourné le dos au Parti conservateur l’an dernier, peu de temps après avoir perdu la course à la chefferie par une très faible marge face à Andrew Scheer.

Maxime Bernier assure que le PPC présentera des candidats dans les 338 circonscriptions fédérales et il continue de réclamer une invitation aux débats des chefs télévisés qui doivent avoir lieu au début du mois prochain.