NOUVELLES
14/11/2020 17:26 EST

Max Gros-Louis, ancien grand chef de la Nation Huronne-Wendat, est décédé

Max Gros-Louis est resté grand chef de la Première Nation de Wendake pendant 33 ans en tout, à diverses périodes de l’histoire.

THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot
photo d'archive, 2007

WENDAKE, Qc — L’ancien grand chef Max Gros-Louis, qui a dirigé la Première Nation Huronne-Wendat pendant 33 ans, est décédé. Il avait 89 ans.

«Grand Chef One Onti au nom de la Nation Huronne-Wendat, nous vous remercions d’avoir marché avec nous et à nos côtés, a déclaré le grand chef Rémy Vincent dans un communiqué. Vous faites partie de ceux et celles qui ont forgé notre Nation.»

Max Gros-Louis est resté grand chef de la Première Nation de Wendake pendant 33 ans en tout, à diverses périodes de l’histoire. Il a dirigé la Nation de 1964 à 1984, puis de 1987 à 1996, et finalement entre 2004 et 2008, lorsqu’il avait perdu ses élections contre Konrad Sioui.

Selon le communiqué de la Première Nation, il a contribué à agrandir les terres de la Nation, et à la faire rayonner partout dans le monde. 

Il est d’ailleurs l’un des membres fondateurs de la Fraternité des Indiens du Canada, devenue l’Assemblée des Premières Nations.

L’ancien grand chef a reçu plusieurs distinctions à travers le temps, dont l’Ordre national du mérite de France, l’Ordre national du Québec et l’Ordre du Canada.

«Votre vie a été consacrée à la défense de votre Nation et à la promotion de votre culture. Vous avez été un rassembleur des Premières Nations, avait dit l’ex-premier ministre Jean Charest en le nommant officier de l’Ordre National du Québec en 2011. Votre héritage est celui de la main tendue, Nation à Nation.»

Plusieurs personnalités ont tenu à rendre hommage à cet important personnage de l’histoire de la Première Nation.

«Sa contribution et son apport au rayonnement des Premières Nations ainsi que son sens du devoir, de la communauté et de la fraternité ont fait de lui un leader impressionnant dont tout le monde se souviendra. Bien que son départ laisse un grand vide, son imposant héritage politique, culturel et communautaire demeurera inscrit à jamais dans l’histoire», a affirmé Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador.

«Mes condoléances à la famille et aux proches de Max Gros-Louis.  Le Québec perd un leader, un défenseur passionné des droits et de la culture des nations autochtones. Il a contribué à faire avancer la collaboration et le respect entre nos peuples», a écrit le premier ministre du Québec François Legault sur Twitter.

Voici quelques autres réactions en vrac:

Dominique Anglade, chef du Parti libéral du Québec:

«Monsieur Gros-Louis a marqué notre paysage politique grâce à son engagement pendant 33 ans comme grand chef de sa nation et sa volonté à être cette voix forte pour sa communauté.»

Manon Massé, coporte-parole de Québec solidaire:

«C’est le coeur gros que j’offre mes condoléances à la communauté huronne-wendat et aux proches de Max Gros-Louis, un grand chef s’étant admirablement battu pour les siens, mais aussi pour le respect de toutes les nations autochtones.»

Paul St-Pierre-Plamondon, chef du Parti québécois:

«La Nation huronne-wendat perd un grand homme. L’engagement sincère et inestimable de Max Gros Louis envers son peuple fut plus grand que nature.»

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois:

«J’adresse mes condoléances et amitiés à toute la digne et lumineuse communauté huronne-wendat au moment du départ de Max Gros-Louis, grand chef emblématique entre tous, respecté de tous, et dont les pas resteront imprimés dans le sol riche de traditions des terres de son peuple.»

Gérard Deltell, député fédéral de Louis-Saint-Laurent: 

«Pendant des décennies, son engagement pour les premières nations aura été inestimable. Un monument. Un géant.»

Régis Labeaume, maire de Québec:

«Connu pour ses engagements voués à la défense et au rayonnement de sa culture, l’ancien grand chef Max Gros-Louis a fait une réelle différence pour les siens. Je garde d’excellents souvenirs de ma relation avec ce grand médiateur, qui va me manquer, ainsi qu’à beaucoup d’autres.»