POLITIQUE
17/11/2020 09:40 EST

Cette ministre libérale révèle accidentellement qu'elle ne sait pas combien elle gagne

Maryam Monsef n'oubliera plus jamais de couper son micro après cette gaffe en chambre.

Sean Kilpatrick/La Presse canadienne
Maryam Monsef, ministre libérale des Femmes et de l’Égalité des genres, ainsi que du Développement économique rural.

Le bouton «Mute» continue de faire des ravages à Ottawa et sa dernière victime est une ministre libérale.

Maryam Monsef, la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres, ainsi que du Développement économique rural, a laissé son micro allumé pendant le vote sur une motion du NPD réclamant une nouvelle taxe pour les Canadiens dont la fortune dépasse 20 millions de dollars.

Monsef a voté virtuellement et contre la motion. Mais sa voix a ensuite été entendue de façon impromptue après que les députés conservateurs, bloquistes, néodémocrates et verts eurent voté, alors que le nom de la députée indépendante Jody Wilson-Raybould était appelé.

«La question qu’ils vont me poser - combien est-ce que je gagne maintenant? Comme 250? »

Voyez l’incident dans la vidéo ci-dessous:

Les députés gagnent un salaire de base de 182 600 $ et les ministres du cabinet, 87 200 $ de plus. Monsef doit donc gagner 269 800 $ en plus d’autres avantages, comme une allocation de subsistance lorsqu’elle est à Ottawa.

Sa gaffe a fait rire certains ministres et députés à la Chambre des communes.

Une séquence vidéo de l’intérieur de la salle immédiatement après le commentaire de Monsef montre le ministre de la Sécurité publique Bill Blair en train de rire, se penchant en avant à son bureau pour regarder ses collègues à l’extérieur du cadre de la caméra.

Le commentaire a provoqué une réaction similaire chez les conservateurs assis de l’autre côté de l’allée.

Le salaire de la ministre représente plus de quatre fois le revenu médian des ménages de sa circonscription ontarienne de Peterborough-Kawartha.

Selon la ville de Peterborough, le revenu médian des ménages est de 58 127 $.

On ne sait pas ce qui a poussé Monsef à faire le commentaire.

Le bureau de Monsef n’a pas offert de réponse avant la publication.

Micros oubliés

Les oublis de micros sont devenus symptomatiques d’une nouvelle ère de travail adapté à la pandémie, alors que les employés et les employeurs font davantage d’appels vidéo.

Depuis que la Chambre des communes a adopté ce printemps un modèle hybride en personne et virtuel, les séances de la chambre et les réunions des comités ont été marquées par des moments embarrassants causés par des micros oubliés.

La députée de Don Valley-Est, Yasmin Ratansi, a démissionné du caucus libéral la semaine dernière après que CBC News eut révélé qu’elle avait employé sa sœur dans son bureau de circonscription pendant des années - une violation des règles parlementaires.

Ratansi aurait ignoré les «demandes répétées» de commentaires de CBC News. Mais avant la publication de l’histoire, elle a été entendue en train de parler de sa sœur quand son micro s’est allumé pendant qu’elle présidait le comité de l’environnement de la chambre.

«Salut, écoute, Zeenat est ma sœur adoptive, en fait», entend la députée désormais indépendante dire hors cadre avant de se rendre compte qu’elle pouvait être entendue par d’autres, une prise de conscience qui l’a amenée à revenir devant la caméra.

Même avant la pandémie, un incident semblable a embarrassé un autre libéral: le premier ministre Justin Trudeau.

Le premier ministre a été surpris en train de jaser de Trump près d’un micro allumé lors d’une réception avec les dirigeants mondiaux de l’OTAN et la princesse Anne au palais de Buckingham.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.