DIVERTISSEMENT
11/12/2019 16:06 EST

Maripier Morin se sent privilégiée d'avoir tourné dans la série «La faille»

«Je ne sais pas ce que j’ai fait au petit Jésus pour vivre cette vie-là. Je me sens super chanceuse.»

Club illico
Maripier Morin dans la série La faille

Maripier Morin n’a que de bons mots pour ses camarades de jeu et son expérience de tournage dans la froidure de Fermont pour la série policière La faille. Tous semblent lui rendre la pareille, comme on a pu le constater lors du visionnement de presse des deux premiers épisodes, alors qu’on la couvrait de bisous, d’étreintes et de clins d’œil complices.

La série écrite par Frédéric Ouellet, dont la deuxième saison vient d’être confirmée, semble intrigante au plus haut point... et risque de recevoir beaucoup d’éloges. Le Huffpost Québec a discuté avec l’animatrice devenue comédienne, aussi lumineuse en personne qu’à la télé. 

Savourer sa chance et travailler fort

Première série québécoise à avoir été tournée dans le Grand Nord du Québec, La faille est née d’une inspiration bien concrète pourtant remplie d’allégories: le fameux mur de Fermont, se faisant ici porteur de la symbolique de la paroi qui protège ou derrière laquelle on se cache entre deux prises de vue aériennes à couper le souffle. C’est derrière ce mur que sont dissimulées les blessures des personnages de La faille, dont celles de Sophie Taylor, interprétée par Maripier Morin.  

«Je ne sais pas ce que j’ai fait au petit Jésus pour vivre cette vie-là, affirme-t-elle. Je me sens super chanceuse. Ç‘a tellement été une belle expérience, et comme deuxième expérience de tournage de fiction, d’avoir la chance d’être entourée d’acteurs aussi spectaculaires, je capote ! Tout ce que je me disais lorsque je me rendais compte que je tournais, entre autres, avec Marc Messier, c’était: “sois bonne” !»

Afin «d’être bonne», la comédienne a travaillé avec la coach Dominique Pétin, qui, par un heureux hasard, se trouve à être la meilleure amie d’Isabel Richer, celle qui joue la mère de Sophie dans la série, l’enquêteuse Céline Trudeau.

«Elle me disait qu’Isabel était une fille groundée et un peu rough sur les bords, à l’instar de son personnage de Trudeau, qui est dominante, poursuit Maripier. Étant “la fille de”, il fallait que j’aie aussi cette force et ce genre d’assise, moi qui suis plutôt une petite fille gentille dans la vie. Sophie n’est pas du tout là-dedans, c’est une fille qui est super écorchée et qui a un passé assez lourd, qu’on découvre au fil des épisodes. Son histoire se construit au fur et à mesure et c’est là que tu découvres toute la profondeur de ses blessures. Je voulais juste être juste et capable de maintenir le niveau de ces acteurs qui sont fabuleux.»

Club illico
Maripier Morin joue la fille d'Isabel Richer, une enquêteuse, dans La faille.

 Si elle affirme se sentir privilégiée de faire partie d’un aussi beau projet, elle explique aussi être arrivée sur ce plateau avec beaucoup d’humilité, ainsi qu’avec le désir de travailler et d’apprendre. Retrouver Alexandre Landry, avec qui elle partageait le grand écran dans La chute de l’empire américain, l’a rassurée. 

«Isabel Richer a dit en entrevue récemment que si je n’avais pas fait La chute de l’empire américain avant d’arriver sur le plateau de La faille, cela l’aurait peut-être un peu dérangée, confie-t-elle. J’ai fait le travail que j’avais à faire sur La chute et je pense que les acteurs reconnaissent l’effort, le travail et la rigueur que je mets dans les projets dans lesquels je m’investis. Je pense que, pour des acteurs, c’est rassurant de voir quelqu’un qui arrive prêt à travailler. Moi, je fais au mieux de mes capacités. Les acteurs ont été d’une grande bienveillance avec moi. Je pense qu’on s’est tous beaucoup aimés. Et puis jouer, ça se fait à deux.»  

Tourner à Fermont 

Un lien avec cette ville fascinante au possible, Maripier Morin en avait déjà un, puisque son oncle et son cousin habitent et travaillent dans la ville minière. Ironiquement, ils étaient partis en voyage lors de son passage, mais elle a tout de même pu utiliser ce rapport afin de créer plus aisément des liens avec les habitants de l’endroit et les membres de la communauté. 

«Je trouvais fascinant d’aller à la rencontre de ce monde-là, qui est un huis clos au fond», souligne celle qui a passé une semaine dans un Fermont bien glacé pour les besoins de ce tournage.

«C’est assez étrange aussi, ce mur où tout le monde vit et duquel tu n’es absolument pas obligé de sortir, car tous les services essentiels s’y trouvent, ajoute-t-elle. C’est assez particulier. En même temps, les gens de Fermont ont été d’une gentillesse sans nom.»  

Malgré le froid et le vent du nord encore plus intenses qu’on ne pourrait l’imaginer («mais qui n’empêchent pas les habitants d’aller fumer des cigarettes dehors sans manteau», s’étonne-t-elle), Maripier affirme avoir eu un plaisir fou à jouer dans cette série «à la distribution incroyable».  

C’est parce qu’elle a réussi à créer une connexion avec le réalisateur Patrice Sauvé, un grand directeur d’acteurs, souligne-t-elle, que Maripier croit être parvenue à «livrer la marchandise» et à avoir été à la hauteur du personnage de Sophie.

La série La faille, qui met aussi en vedette Patrick Hivon, Marc Messier, Élise Guilbault et Benoit Gouin, sera disponible en intégralité dès ce jeudi 12 décembre sur Club illico.