DIVERTISSEMENT
18/02/2020 12:42 EST | Actualisé 18/02/2020 12:46 EST

Mariana Mazza fait le point sur son passage controversé à «Tout le monde en parle»

«Le malaise, vous l’avez créé. Vous l’avez alimenté. Et je décide, que je le tue maintenant...»

Karine Dufour via Radio-Canada
Mariana Mazza à «Tout le monde en parle».

Le passage de Mariana Mazza à Tout le monde en parle, dimanche soir, a fait beaucoup jaser. Et le mot est faible. La principale intéressée a tenu à se défendre et à essuyer certaines critiques qu’elle a reçues depuis en faisant le point dans un long message partagé, ce mardi 18 février, par l’entremise de sa page Facebook.

L’humoriste est demeurée fidèle à elle-même en parlant avec les invités Guy Lafleur, Laurent Duvernay-Tardif et Alain Lefèvre sur un ton très familier et irrévérencieux, multipliant les blagues et les jurons, mais aussi les commentaires et les questions pertinentes.

Pour ses détracteurs, qui n’ont pas raté l’occasion de la traîner dans la boue sur les réseaux sociaux à la suite de la diffusion de l’émission, la pilule n’a pas passé, en particulier pour le «Ah, mon tabarn*k!» lancé à Guy Lafleur.

Mariana Mazza affirme avoir fait une «crise d’angoisse» pour la première fois depuis longtemps, avant de révéler que sa mère l’avait appelée, hier, pour lui dire qu’elle était fière d’elle.

«Avant de raccrocher, elle m’a avoué que ça lui faisait mal de ne pas pouvoir crier haut et fort qu’elle est la mère de Mariana Mazza, parce qu’elle a peur de se faire dire qu’elle est une mauvaise mère. Qu’elle a mal éduqué sa fille. Qu’elle a élevé une merde», a-t-elle déclaré.

Mariana Mazza poursuit en rectifiant certains faits concernant le déroulement de l’enregistrement de Tout le monde en parle.

«La soeur de Guy Lafleur m’a écrit pour me dire que Guy m’adorait et qu’il avait passé une solide soirée, que je lui ai fait du bien. Alain Lefèvre m’a quasiment demandée en mariage après l’entrevue. Et que dire d’Hélène [Mercier], qui m’a demandé mes dates de spectacle en France. Tous ces gens qui étaient mal à l’aise, selon vous.»

«J’ai passé une soirée magnifique. J’ai été irrévérencieuse, comme d’habitude, fidèle à ma personne. J’aime taquiner. J’aime provoquer et décoincer les gens. Je n’ai jamais insulté Guy [Lafleur], ni personne. J’ai jugé que ce serait drôle de dire à une légende du hockey : Mon tabarn*k.»

«À ce que je sache, il n’a pas pleuré. Ni boudé. Il a ri, et fort. Parce que lui aussi, des fois, il redevient un humain, comme vous et moi. Pas juste un joueur qui vous a divertis et que vous vous êtes approprié.»

Ce qui me fait mal dans son appel, ce ne sont pas les gens qui m’insultent. Ce qui me fait mal, c’est que la fierté d’une mère devient silencieuse parce que les cris des autres sont trop forts.Mariana Mazza

Elle poursuit en disant accepter le fait qu’elle ne plaira jamais à tout le monde, soulignant toutefois qu’elle ne tolère pas les insultes à son égard, ainsi que les jugements en ce qui concerne son éducation.

«J’aimerais voir à quel point les gens qui m’insultent sur internet sont capables de me dire en pleine face que vous ne m’aimez pas, et que vous trouvez que ma mère est une mauvaise mère. J’en défie un seul.»

«Le malaise, ce ne sont pas les invités sur le plateau de dimanche qui l’ont vécu. Il n’en a jamais eu. C’était festif, voire jouissif. Le malaise, vous l’avez créé. Vous l’avez alimenté. Et je décide, que je le tue maintenant», conclut-elle, avant d’exprimer une fois de plus tout l’amour qu’elle voue à sa mère.

À voir également: