DIVERTISSEMENT
02/02/2020 01:30 EST | Actualisé 02/02/2020 01:35 EST

Marc Labrèche imagine le passage de Patrick Bruel à «En direct de l'univers»

«Je ne porte jamais de slip, c’est très rare. C’est con parce que j’oublie, et après on voit tout...»

Télé-Québec

Marc Labrèche s’est bien payé la tête de Patrick Bruel, ce samedi 1er février, dans le cadre de l’émission Cette année-là.

Pour sa parodie hebdomadaire, l’animateur nous a servi quelques extraits de ce à quoi aurait pu ressembler le passage du chanteur à l’émission En direct de l’univers.

Rappelons que Patrick Bruel devait être l’invité d’honneur de France Beaudoin en septembre dernier, pour la première émission de la saison. L’artiste avait toutefois dû annuler l’ensemble de ses apparitions à la télé québécoise en raison d’une enquête entourant des allégations d’inconduites sexuelles.

Marc Labrèche avait d’ailleurs pris part à cette fameuse émission, qui fut finalement dédiée à Normand Brathwaite, déclarant en guise d’introduction : «La dernière fois que des musiciens s’étaient autant accrochés, c’était durant le naufrage du Titanic».

«Tu veux que je t’organise gentiment quelque chose?», demande de façon on ne peut plus directe Patrick Bruel (Marc Labrèche) à France Beaudoin (Marc Labrèche), lorsque celle-ci lui parle de son emploi de G.O. dans un Club Med dans les années 1970.

Dans le sketch, le chanteur révèle ensuite que les paroles de la chanson Alors regarde devaient être à l’origine : «Alors regarde, regarde un peu, je n’ai pas de caleçon sous mon pantalon». Un choix artistique qui n’a toutefois pas plu à son gérant.

«Je ne porte jamais de slip, c’est très rare. C’est con parce que j’oublie, et après on voit tout», explique-t-il ensuite «candidement».


Bruel cherche dès lors à déconcentrer l’animatrice en se jouant à outrance du double sens du verbe «venir», mais sans succès.

«Ça fait onze saisons que j’applaudis comme une damnée à côté d’une vedette qui pleure sa vie pendant qu’Ima chante une toune qui lui rappelle ses Noëls d’enfance. Ce n’est pas ce soir que ça va changer, OK?», déclare-t-elle en tapant des mains de façon on ne peut plus mécanique.

France Beaudoin aura d’ailleurs tenté en vain d’intéresser son invité au concept de son émission en faisant monter Led Zeppelin (rien de moins) et Robert Charlebois sur scène, mais Bruel n’a qu’une chose en tête et demeure tout écartillé sur sa chaise.

«On a resuscité Aznavour, tabarn*k», lance-t-elle à un certain moment, complètement désemparée.

«Ça j’adore! Quand tu adoptes ce ton-là, c’est que tu es sur le point de craquer!», s’enthousiasme aussitôt le chanteur.

Bref, nous étions définitivement mieux avec Normand Brathwaite.

Cette année-là est diffusée le samedi à 20h, sur les ondes de Télé-québec.

À voir également: